Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Espaces de télétravail: comme une chasse aux papillons…

Dossier
Par · 13/05/2013 12 crédits

Sommaire

  1. Mobispot – Smart Work Centers scrl: mariage de raison? Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Mobispot - Smart Work Centers scrl: mariage de raison? L’idée de Mobispot de constituer un réseau de sites de télétravail (ou de “bureaux partagés”)…
  2. Réseau Smart Work Centers: parcours un rien chahuté Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Réseau Smart Work Centers: parcours un rien chahuté Lors du lancement du réseau wallon de Smart Work Centers, l’ambition affichée était de développer…
  3. Mobispot: bientôt 30 sites affiliés Publié par Brigitte Doucet, 08/05/1313 Mobispot: bientôt 30 sites affiliés L’ambition de Mobispot: donner un accès “instantané à un réseau de workspaces locaux qualifiés”. Autrement…
  1. Quel avenir pour les “Smart Work Centers mini”? Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Quel avenir pour les “Smart Work Centers mini”? Difficile pour une initiative telle le “smart work center mini” de se couler dans le moule…
  2. Télétravail cherche modèle rentable Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Télétravail cherche modèle rentable Quelle formule (économique) gagnante imaginer pour ces “tiers lieux de travail” que les professionnels appellent…
  3. Une conférence comme si vous y étiez Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Une conférence comme si vous y étiez L’appel à projets lancé par la Région wallonne a permis à 9 sites de smart…
  4. Venez travailler au… Club(House) Publié par Brigitte Doucet, 13/05/1313 Venez travailler au... Club(House) En décembre 2012, Aurelium, société de services IT basée à Kontich, près d’Anvers, emménageait dans…
Partager

Alors que chacun dispose de plus en plus d’équipements qui lui permettent de travailler de n’importe où, le processus inverse est à l’oeuvre dans le domaine de la mobilité- physique- des personnes. Inutile de vous rappeler les problèmes de congestion chronique de nos axes routiers…

Pour faire échec aux embouteillages, minimiser les déplacements et optimiser le temps utile des personnes actives, un certain nombre d’initiatives de délocalisation ou de “flexibilisation” du lieu de travail fleurissent depuis quelques années déjà.

Bureaux partagés, télécentres, “tiers lieux de travail”, coworking spaces, smart work centers… Tous ces concepts tentent de faire entrer dans les habitudes le principe du “bureau-orbite”, du “télé-bureau”, cette extension virtuelle de l’espace traditionnellement ancré dans les murs de l’entreprise.

Ce dossier fait le point sur quelques initiatives qui, toutes, mais à des degrés divers, font évoluer leur modèle de base, recherchent des synergies et le moyen de rentabiliser l’idée de départ, parfois via des partenariats.

Mobispot, jeune start-up bruxelloise, s’est ainsi alliée au réseau wallon des smart work centers, une initiative privée/publique qui a vu le jour, voici environ deux ans, sous le pilotage d’EuroGreen IT. Cette idée de réseau wallon a connu quelques déboires dans son parcours et n’a pas connu, jusqu’à présent, le succès escompté. Désormais géré par une SCRL, il n’abandonne pas pour autant sa volonté de franchiser davantage le modèle, en le déclinant peut-être sous des formes plus variées, tout en préservant et renforçant une certaine spécificité technologique.

En s’alliant les deux réseaux espèrent se rapprocher de cette fameuse masse critique nécessaire pour que le concept de télétravail dans des sites dédiés convainquent le marché. La densité géographique sera un élément-clé. La diversité et l’attractivité des services (technologiques ou autres) proposés en sera un autre.

Pendant ce temps, le scénario des “smart work centers mini” se prépare, mais à un stade encore trop préliminaire pour juger de son impact.

Autre acteur sur lequel nous nous attardons: Aurelium. Cette société anversoise, qui commence à s’intéresser au marché “du Sud”, lance, sur ses terres, une recette assez inédite puisqu’elle a décidé d’ouvrir son espace à des clients, partenaires ou à des personnes totalement étrangères à la société.

L’espace professionnel privé tente ainsi de se muer en site ouvert de télétravail. Trop tôt pour juger de son attrait ou de son succès. Le “modèle” évoluera peut-être au gré de l’utilisation qui en sera faite. Aurelium, qui plus est, ne rejette pas totalement l’idée de s’insérer dans l’un ou l’autre réseau de “télécentres”. Mais, là encore, les décisions se prendront sans doute en fonction des opportunités.

Pour tous ces acteurs, l’un des grands défis sera de rendre les services attractifs, de générer et justifier une réelle valeur ajoutée. Le besoin existe. La demande s’exprime, même si elle n’est pas encore clairement formulée. Le tout est de réussir à faire s’imbriquer offre et demande, en résolvant une équation pas si évidente qu’il n’y paraît dans la mesure où elle fait intervenir des critères et paramètres multiples, tels que gestion des ressources humaines, habitudes, résistance au changement, aspects législatifs, légaux voire juridiques, confidentialité des données et ressources, réorganisation du temps et de la structure du travail.

Partager
Acheter ce dossier