Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

DOSSIER Santé et numérique: potentiels et défis du secteur wallon

Dossier
Par · 02/12/2015

Sommaire

  1. Sommaire Sommaire Publié par Brigitte Doucet, 02/12/1515 ♦ Un futur cluster pour “doper l’offre wallonne en matière d’e-santé”? Comment “exploiter” le numérique au service des…
  2. Un futur cluster pour “doper l’offre wallonne en matière d’e-santé”? Publié par Brigitte Doucet, 13/11/1515 Un futur cluster pour “doper l’offre wallonne en matière d’e-santé”? Comment “exploiter” le numérique au service des soins de santé? Comment la Wallonie doit-elle se positionner en la matière? Quel est le champ d’opportunités? Comment palier aux risques? Tels furent quelques axes de discussion lors des travaux préparatoires du futur Plan wallon du Numérique. Nous vous proposons une petite série d’articles consacrés à la vision qu’en ont trois professionnels du secteur et au contenu e-santé du rapport du Conseil du Numérique.
  3. André Vandenberghe (CHU Charleroi): “nombreuses opportunités pour les acteurs e-santé locaux” Publié par Brigitte Doucet, 16/11/1515 André Vandenberghe (CHU Charleroi): “nombreuses opportunités pour les acteurs e-santé locaux” André Vandenberghe est le directeur informatique du CHU de Charleroi mais aussi le directeur du projet RSW (Réseau Santé Wallon). Que pense-t-il des travaux du Conseil du Numérique, auxquels il a participé? Le rapport final, remis au Ministre Marcourt, lui semble-t-il satisfaisant? Y manque-t-il des éléments? Quelles opportunités identifient-ils pour les acteurs (commerciaux) locaux en termes de solutions orientées e-santé? Et quel rôle jouera demain le RSW?
  4. André Vandenberghe (CHU Charleroi) – 2ème partie: “une importante marge de progression pour le Réseau Santé Wallon” Publié par Brigitte Doucet, 17/11/1515 André Vandenberghe (CHU Charleroi) - 2ème partie: “une importante marge de progression pour le Réseau Santé Wallon” Deuxième partie (accessible à tous les lecteurs) de notre interview avec André Vandenberghe, directeur informatique du CHU de Charleroi et membre du Conseil du Numérique. Il aborde le sujet du rôle futur du Réseau Santé Wallon. Il commente à cet égard les idées et recommandations formulées dans le rapport du Conseil du Numérique. Il s’exprime aussi sur certains “oublis”, autrement dit des éléments qu’il aurait souhaité voir figurer dans le rapport du Conseil.
  5. Isabelle Salmon (Erasme): apprendre à négocier le “virage serré du numérique” Publié par Brigitte Doucet, 19/11/1515 Isabelle Salmon (Erasme): apprendre à négocier le “virage serré du numérique” Deuxième de nos trois rencontres avec ces professionnels du monde des soins de santé qui ont activement participé aux travaux de préparation du futur Plan wallon du Numérique. La parole est cette fois à Isabelle Salmon, chef de la pathologie à l’Hôpital Erasme et de l’unité de recherche Diapath (Digital Image Analysis in Pathology) de l’ULB à Gosselies, qui a siégé au Comité des Sages.
  1. Isabelle Salmon (Erasme) – 2ème partie: “l’idée de mise en réseau est essentielle” Publié par Brigitte Doucet, 20/11/1515 Isabelle Salmon (Erasme) - 2ème partie: “l’idée de mise en réseau est essentielle” Deuxième partie (accessible à tous les lecteurs) de notre entretien avec Isabelle Salmon, membre du Comité des Sages et chef de la pathologie à l’Hôpital Erasme. Elle y aborde notamment le thème de la mutualisation des expertises et celui du rôle que peut jouer la Région pour impulser et structurer efforts et initiatives en matière d’e-santé.
  2. Julien Compère (CHU Liège): d’éventuels futurs “champions du numérique” auront besoin d’un coup de pouce Publié par Brigitte Doucet, 24/11/1515 Julien Compère (CHU Liège): d’éventuels futurs “champions du numérique” auront besoin d’un coup de pouce Julien Compère, administrateur-délégué du CHU de Liège, livre sa vision des besoins et défis du secteur des soins de santé (secteur hospitalier, en particulier). Quel rôle pour les autorités publiques, notamment dans le cadre du Plan du Numérique? Quelles orientations nouvelles pour les relations hôpitaux-fournisseurs? Comment perçoit-il les recommandations de création d’un cluster e-santé en Wallonie? A lire en deux volets…
  3. Julien Compère (CHU Liège): “Nous sommes prêts à venir avec des propositions très concrètes” (2ème partie) Publié par Brigitte Doucet, 25/11/1515 Julien Compère (CHU Liège): “Nous sommes prêts à venir avec des propositions très concrètes” (2ème partie) Suite de notre interview avec Julien Compère, administrateur-délégué du CHU de Liège. Il a participé aux travaux du Conseil du Numérique et livre ici sa vision des défis prioritaires à relever, dans le secteur des soins de santé, par les acteurs (professionnels et autorités publiques), de ressources à y allouer et de recherche de meilleure collaboration “intelligente” entre les divers rouages.
  4. Le secteur de la santé belge passe à la version 2.0 de sa “roadmap e-Health” Publié par Brigitte Doucet, 15/10/1515 Le secteur de la santé belge passe à la version 2.0 de sa “roadmap e-Health” Les diverses parties prenantes de la Table Ronde e-Santé exposaient, hier, les résultats de leurs travaux et les grands axes du Plan d’Action 2014-2018 légèrement réactualisé. Petit coup d’oeil sur des chapitres pointés comme majeurs: solutions santé mobiles, robustesse de l’infrastructure, gouvernance du déploiement, sensibilisation et formation des acteurs, concertation avec les fournisseurs privés…
  5. “Roadmap e-Health” 2015-2018: quelques étapes-clé Publié par Brigitte Doucet, 21/10/1515 “Roadmap e-Health” 2015-2018: quelques étapes-clé Quels sont quelques-uns des grands rendez-vous à retenir dans ce Plan d’Action 2014-2018 de l’e-santé belge? Nous pointons quelques dates qui verront la mise en oeuvre de nouvelles solutions informatiques et procédures dématérialisées, qui influenceront la manière dont professionnels de la santé et patients gèrent leurs dossiers, échanges et relations.
Partager

La transformation numérique du secteur des soins de santé, au lieu d’être perçue comme un lourd fardeau, ne devrait-elle pas plutôt procurer de nouvelles opportunités? Non seulement pour les usagers de première ligne (les professionnels des soins de santé) et les destinataires de leurs prestations (chacun de nous) mais aussi pour les sociétés en tous genres qui conçoivent de nouvelles solutions? Telle est en tout cas l’optique suivie dans le cadre de la préparation du Plan wallon du numérique.

Certains des travaux des Assises du Numérique et du Conseil du Numérique ont dès lors porté sur l’identification de mesures, de projets et initiatives qui, en matière d’e-santé, pourraient avoir un impact, un effet de dynamisation sur l’économie de la Région.

Qu’en est-il ressorti? Que se cache-t-il derrière le rapport du Conseil? Quelles sont les priorités que le futur Plan du Numérique devraient favoriser? Quelles opportunités peuvent/doivent-elles être saisies par la Wallonie et par ses acteurs économiques dans le domaine de l’e-Santé?

Nous faisons le point dans ce dossier (à quelques encablures de la publication du Plan numérique) et nous rappelons ce qui se prépare au niveau fédéral (“Roadmap eHealth 2014-2019), puisque certaines adaptations du plan initial ont récemment été annoncées.

La parole aux acteurs de terrain

Dans ce dossier, nous donnons aussi – et surtout – la parole à trois professionnels du monde des soins de santé — André Vandenberghe (directeur du Réseau Santé Wallon et CIO du CHU de Charleroi), Isabelle Salmon (Hôpital Erasme, Bruxelles) et Julien Compère (administrateur-délégué du CHU de Liège) — qui ont activement participé aux travaux des Assises et du Conseil du Numérique.

Quelle est leur vision des choses? Qu’attendent-ils du Plan? Où mettraient-ils les priorités? Quels sont les défis et les opportunités pour le secteur?

Dans ce dossier, vous pourrez découvrir leurs idées et commentaires. En voici un petit aperçu.

André Vandenberghe

“Si l’on veut que les professionnels s’échangent et partagent les données patient, il faut nécessairement que la sécurité et la confidentialité des données apparaissent comme des garanties. L’Etat ou les Régions devraient investir davantage sur cet aspect de “confiance”.

“Les acteurs wallons [de l’e-santé] sont assez nombreux mais tous petits. Il y aurait donc intérêt à organiser une synergie entre eux mais aussi avec d’autres acteurs. Ils devraient peut-être se fédérer pour atteindre une taille critique sur le marché.”

“On dénombre d’ores et déjà 680.000 patients inscrits, répertoriés via le Réseau Santé Wallon. C’est là un parc de clientèle important qui peut servir de catalyseur pour le déploiement de nouvelles solutions.”

Isabelle Salmon

“On se rend compte que le patient est vraiment partie prenante de son diagnostic et de sa thérapeutique. Il va donc falloir mettre en place une série de métiers qui encadreront le patient parce que le médecin n’aura plus nécessairement le temps de faire tout cela.”

“La meilleure manière de régler le problème de la raréfaction des radiologues et des anatomopathologistes et d’une demande croissante en expertise, c’est de mettre en réseau les ressources humaines présentes, en faisant circuler les clichés pathologiques via les réseaux.”

“Nombre de briques lego existent. Reste à les mettre en ensemble. Seules les Régions sont en mesure de rassembler les compétences, de mettre en présence la société qui a développé un produit et qui est prête à mettre son énergie financière au service de son application à d’autres domaines, avec le corps médical qui veut avancer, avec le politique qui doit faire évoluer la législation…”

“Il faudrait, au niveau juridique, établir des normes  pour qu’on ne puisse pas mettre sur Internet n’importe quelle appli – tout comme on ne peut pas mettre n’importe quel médicament sur le marché – sans qu’il y ait un parcours normatif.”

Julien Compère

“La grappe e-santé doit avant tout servir à cette interaction, à déterminer ensemble la manière de gérer les défis du futur. Comment les hôpitaux peuvent par exemple réagir à ce qui se prépare.”

“Le premier défi consiste à améliorer l’intégration entre les différentes lignes de soins. La deuxième priorité reste la manière de favoriser le développement de la télémédecine.”

“Si on veut développer le numérique en Wallonie, il faut un fonds qui, non seulement, apporte des moyens importants mais qui s’appuie également sur une équipe suffisamment experte pour pouvoir analyser les dossiers que soumettent les start-ups.”

“Il faut réfléchir aux domaines dans lesquels l’intervention du gouvernement wallon est nécessaire. Il y a des choses qui peuvent être faites par le privé, si on lui supprime toute une série de freins.”

Consultez le sommaire et piochez dans les articles
(réservés, pour rappel, à nos abonnés Premium).
Partager
Acheter ce dossier