Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Technord: comptabilité automatique carbone… Un pas, parmi d’autres, vers une stratégie environnementale

Pratique
Par · 28/09/2021
Partager

Voici déjà quelques années que Technord s’est engagée dans une démarche de responsabilité environnementale. L’année dernière, la société a décidé de franchir une étape supplémentaire, en vue de se doter d’une réelle stratégie environnementale. Pour ce faire, il lui fallait à la fois structurer encore davantage sa démarche et s’équiper en “outils” lui permettant de démontrer, documenter, voire chiffrer les mesures prises et les pratiques adoptées.

En juin de cette année, Technord décrochait la certification B-Corp au terme d’un audit réussi en s’appuyant (notamment) sur l’outil Carbolean de CYC2 (relire la présentation que nous en avons faite récemment), afin de démontrer sa conformité dans l’axe Environnement. “Nous avions besoin de mesurer notre impact CO2. Il se fait que nous avions déjà eu recours aux services de Cyc2 pour la génération de rapports concernant notre consommation de services téléphoniques. A l’époque, et cela remonte déjà à quelques années, le but de ces rapports était essentiellement de conscientiser les collaborateurs de la société aux frais de téléphonie, pas forcément de réduire nos coûts dans ce registre – même si ce fut un effet collatéral inattendu…” déclare Frédéric Bossu, HR business partner chez Technord.

Dans le cadre de son processus de certification B-Corp, la société a donc décidé d’élargir le spectre des paramètres évalués pour y inclure toutes les données de consommation énergétique (gaz, électricité, carburant, eau). “Cela nous donne une vision d’environ 90% de notre empreinte CO2, compte tenu du fait qu’un certain nombre d’autres paramètres, tels que l’impact des voyages professionnels, ne sont pas comptabilisés et analysés automatiquement.”

Un comité de direction mobilisé dans la stratégie environnementale de la société. Source: Technord.

On le voit, l’outil Carbolean est donc l’un des leviers et outils dans l’attirail RSE de Technord. “Une pierre parmi d’autres dans l’édification de l’édifice”, pour reprendre les termes de Frédéric Bossu.

“La solution contribue à nous projeter vers l’avenir et à concrétiser notre objectif global, d’ailleurs transposé dans nos statuts, qui est de réduire notre production de CO2 et d’opérer en pensant aux générations futures.

Carbolean nous aide à poser le socle de notre politique et de notre stratégie en nous permettant de mesurer nos consommations de manière fiable.”

Une véritable stratégie

Aux yeux de Frédéric Bossu ou tel que le conçoit Technord, le fait de recourir à une solution telle que Carbolean n’est ni une solution-miracle – simplement une pièce du puzzle – ni une fin en soi.

“Voici déjà trois ans que nous travaillons sur les aspects d’impact environnement de la société. Et cela inclut notamment des actions telles que la suppression des gobelets en plastic, la construction d’abris à vélos, l’aménagement de ruches pour la production de notre propre miel, la diffusion de lettres d’informations…

Au-delà de l’utilisation de l’outil Carbolean de CYC2, nous faisons également appel à CO2logic [partenaire de CYC2] pour définir une stratégie de réduction de notre empreinte environnementale, avec définition de différents scénarios – optimiste, réaliste, pessimiste. La stratégie devrait ainsi avoir été définie et balisée d’ici la fin de l’année.”

 

Frédéric Bossu (Technord): “Le plus dur est d’agir sur les comportements de chacun. Il faut tout d’abord informer, sensibiliser. Ensuite, accompagner et démontrer par l’expérience. Et répéter, répéter, répéter. Il n’y a pas de solution miracle…”

 

Une stratégie (d’amélioration) environnementale est souvent perçue, voire considérée, comme du “green washing”, de la comm’ vertueuse, d’argument de séduction ne reposant guère sur du concret. Frédéric Bossu, lui, insiste sur le fait que, pour développer une telle stratégie (bien réelle, s’entend), il faut avant tout que les bases soient déjà posées et soient solides. “Pour avoir un réel impact, la société doit, au départ, être financièrement saine. A partir de là, elle peut commencer à réfléchir à autre chose qu’à sa survie.”

Mobiliser tout le monde

Reste à convaincre et à mobiliser les collaborateurs…

La solution ayant été déployée à la fin du printemps 2021, il est encore beaucoup trop tôt pour parler l’impact sur le comportement des employés. D’autant plus que, comme le souligne Frédéric Bossu, “on touche [avec l’énergie] au confort des employés”. Mais l’implémentation de l’outil s’accompagne d’une campagne de communication et de promotion – notamment en matière d’éco-conduite, avec des prix à gagner pour les plus vertueux. 

La consommation de chaque collaborateur est ainsi comparée à la moyenne valable pour l’ensemble de la société – tous types de véhicules concernés ou par catégorie.

Mesurer et visualiser. Première étape vers la conscientisation et l’action sur l’impact environnemental. Ici, le tableau de bord généré par l’outil Carbolean de CYC2 (les chiffres sont fictifs…).

Pour mieux faire passer le message, la comm’ permet de rendre davantage compréhensible l’analyse chiffrée que propose l’outil Carbolean. La solution, destinée aux gestionnaires, se contente en effet de “traduire” les chiffres des factures des fournisseurs (électricité, carburant…)) en équivalents CO2 (un litre d’essence équivaut par exemple à 2,64 kg de CO2). L’équipe comm’ de Technord, elle, transpose ces kg CO2 en “images” plus parlantes (du genre nombre d’arbres abattus ou à replanter…).

Autre élément digne d’être mentionné, la stratégie environnementale de Technord se veut “vécue” par chaque échelon de la société et co-pilotée par les premiers intéressés. “Un comité participatif de 15 personnes, baptisé TechGreen, a été constitué. Il se compose de collaborateurs venus de toutes les strates de l’entreprise: direction, employés, cadres, ouvriers… Le fait est que les meilleurs ambassadeurs d’une stratégie environnementale sont les collaborateurs eux-mêmes.”

Le fait que la direction soit réellement impliquée est un atout indispensable, à ses yeux [deux membres du conseil d’administration de Technord sont d’ailleurs actifs au sein de B-Corp].

“L’implication de la direction est essentielle. Enormément de choses doivent en effet venir de la direction: budget, choix, volonté, décisions…”

Le plus dur? “Agir sur les comportements de chacun. Notre objectif est, à terme, d’impacter le comportement de chacun au quotidien, tant au travail et, à plus long terme, dans son cadre privé.

Pour cela, il faut tout d’abord informer, sensibiliser. Et ensuite, accompagner dans les progrès, expérimenter, démontrer par l’expérience. Et répéter, répéter, répéter. Il n’y a pas de solution miracle…”

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?