Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

ESIA: important contrat avec LafargeHolcim

Pratique
Par · 07/05/2019
Partager

La société liégeoise ESIA, spécialisée dans la supervision du fonctionnement d’équipements connectés (systèmes industriels ou informatiques, équipements médicaux connectés, “objets” IoT…), continue de convaincre le marché français. Depuis deux ans, ESIA en a fait son marché prioritaire — relire notre article: “Une liégeoise à l’assaut de la France”  , y réalisant 55% de son chiffre d’affaires et y multipliant les partenariats pour revente et intégration de sa solution.

Parmi les derniers projets décrochés, le déploiement de sa solution Infinity (version “grands comptes” gérée dans le cloud) chez Holcim Belgique, désormais membre du groupe LafargeHolcim. 19 sites de production (centrales à béton) sont concernés et la société liégeoise espère qu’il ne s’agira là que d’une première étape avant un déploiement sur d’autres sites, dans d’autres pays. Pour l’heure, les sites concernés sont en effet ceux situés en Belgique, aux Pays-Bas ainsi que quelques centrales françaises.

Que surveille la solution Infinity pour ce spécialiste des matériaux de construction? Pas moins d’un millier de systèmes et de dispositifs informatiques ou numériques, dédiés ou associés à la production, connectés à Internet. Et le champ est vaste: serveurs, commutateurs réseau, routeurs, UPS, serveurs virtuels, applications… “La surveillance constante, temps réel, de l’état du réseau, de la qualité des connexions, du fonctionnement des différents équipements et “objets” connectés peut permettre de détecter immédiatement le moindre problème: vitesse de rotation d’un ventilateur de serveur, taux de charge d’un processus, saturation ou dégradation d’un disque, surchauffe d’un composant, application qui “plante” et doit être réinitialisée…”, indique Daniel Etienne, directeur général d’ESIA.

Dans une phase ultérieure, d’autres équipements pourraient s’ajouter à la liste. Notamment des capteurs installés sur les lignes de production. “Nous avons déjà eu l’occasion de le faire pour d’autres clients”, indique Daniel Etienne. “Ce type de supervision se fait par exemple dans le cadre de partenariats avec Véolia et 4R Système… [Ndlr: distributeurs/intégrateurs de la solution ESIA], où les températures, taux d’humidité, présence, taux de CO2… sont surveillés. De même, dans un environnement urbain, notre solution peut contribuer à superviser des systèmes de vidéosurveillance de ville – par exemple dans le contexte des plans Vigipirate français…

Dans le cas d’Holcim, dans la mesure où chaque système ou dispositif est géolocalisé, cela permet non seulement de détecter immédiatement un problème mais d’intervenir sur-le-champ. “Par le passé, les ingénieurs réseau passaient parfois plusieurs heures, voire plusieurs jours, à identifier précisément l’élément en défaut. Le coût pouvait en être important, non seulement en tarif ingénieur mais aussi en coûts provoqués par un arrêt ou un ralentissement de la production.”

Dans une première phase, Holcim utilisera la solution ESIA pour détecter, diagnostiquer et intervenir sur des problématiques “critiques” avant de s’en servir pour affiner sa surveillance réseau.

Partager

Laisser un commentaire