Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

BiSoft-SignPost: offre “packagée” pour le virage numérique de l’enseignement

Article
Par · 26/05/2021
Partager

L’enseignement a changé. Son virage numérique, encore accentué par les périodes de confinement et devant perdurer, sans doute, au-delà de la période actuelle, exige plus que jamais que de la méthode soit au rendez-vous pour l’équiper et l’accompagner.

C’est, en quelque sorte, le message qu’un duo de partenaires désire (espère) faire passer. Dès la rentrée, les écoles (de tous les niveaux d’enseignement) pourront s’ils le désirent se tourner vers le duo SignPost/BiSoft pour s’équiper et bénéficier d’un support technique, de formations et de conseils.

SignPost, prestataire qui s’adresse exclusivement au monde de l’enseignement, est déjà bien présent et depuis longtemps comme prestataire pour l’informatisation des établissements scolaires en Flandre. Plus récemment, il a planté ses banderilles du côté francophone, décrochant plusieurs contrats-cadre – l’Ecole numérique, côté wallon, voici cinq ans ; un contrat de fournitures de matériels du côté de Wallonie Bruxelles Enseignement ; ou encore, plus récemment (avril 2021), un contrat d’approvisionnement en solutions Microsoft (licences Campus pour l’enseignement supérieur et de promotion sociale de la Fédération (via l’ETNIC).

D’autres marchés publics ont été passés en France et dans d’autres pays européens (Pays-Bas, Espagne…). A la rentrée, c’est sur les terres de l’enseignement francophone que SignPost espère progresser.

Aux termes d’un partenariat passé avec BiSoft, société nivelloise du groupe BDE spécialisée dans le déploiement et la gestion d’infrastructures informatiques (entreprises, services publics, enseignement), les deux sociétés se répartiront différents volets de services et prestations.

Chacun selon son expertise

En amont des processus d’achat, BiSoft  procédera, sur demande, à des états des lieux, afin de déterminer les besoins en matériels des écoles, l’adéquation ou les besoins de mise à niveau de leur réseau…

SignPost négocie des achats massifs auprès de grands constructeurs et éditeurs IT, obtenant des tarifs préférentiels, encore accentués par les volumes commandés (qui prennent la direction de multiples pays européens).
Grandes marques telles que…
Matériels: HP, Lenovo, Benq
Logiciels: Microsoft, Google, Adobe, Autodesk, SolidWorks, Sketch
Au rayon connectique: accord avec Proximus, pour l’équipement des écoles mais aussi des enseignants (à domicile). En février, les deux sociétés signaient la convention “Academic Connect”. Proximus s’engage à raccorder la quasi-totalité des écoles secondaires de Belgique à la fibre d’ici fin 2023”. SignPost, pour sa part, propose Connect for Schools, une solution “réseau as-a-service”, Connect for Teachers, des prix préférentiels pour une gamme de produits télécoms, et DigiPack, un offre package (PC portable, logiciels, connectivité, méthodologie numérique) pour les enseignants et les élèves.
Un exemple de tarif privilégié que peut offrir SignPost: Adobe lui octroie une réduction de 80% sur ses tarifs habituels pour toute commande passée par un établissement d’enseignement.

Une fois l’analyse effectuée et le marché balisé, la commande sera formulée, SignPost se chargeant de toute la logistique, jusqu’à la livraison des matériels (dûment configurés et disposant des logiciels nécessaires), et mettra à disposition sa plate-forme Academic Software à partir de laquelle les établissements scolaires, les enseignants et les élèves ou étudiants peuvent aller télécharger les logiciels dont ils ont besoin.

A noter que chaque école bénéfice d’un espace “webshop” dédié où elle spécifie le type de matériels et logiciels dont elle est équipée (et qu’elle accepte donc de supporter). En dehors de tout contrat d’achat passé par l’école, un élève ou étudiant relevant de cette école, qui serait amené à financer lui-même son équipement, peut bénéficier, sur la plate-forme de SignPost, des mêmes conditions (tarifs, supports) que celles assurées à son établissement.

Une fois les équipements livrés, BiSoft reprend le relais pour la maintenance, le support technique, voire l’accompagnement. De même que pour le déploiement et la mise à niveau (éventuelle) du réseau.

 

Thomas Van Cauwenberghe (Signpost): “Pour la rentrée, nous avons commandé 250.000 ordinateurs pour les besoins de l’enseignement belge”. Dont une partie pourra donc prendre la direction des établissements d’enseignement francophones.

 

Prendre l’école par la main

Le partenariat des deux sociétés et le service qu’ils proposent ne s’arrêtent pas là. Un pan majeur concerne l’accompagnement et la formation – tant au bénéfice des enseignants que des apprenants.

Ici encore, c’est BiSoft qui sera à l’oeuvre, côté francophone, s’appuyant sur l’expertise et les formations préexistantes de SignPost mais aussi et surtout, mettant à disposition du personnel pour assurer les formations.

L’agenda

> 26-29 mai: (à l’occasion du salon virtuel SETT Connect) premières séances d’information sur l’offre conjointe BiSoft-SignPost
> De juin à septembre: information aux établissements d’enseignement
> Juillet-août: formation Coordinateur ICT pour chercheurs d’emploi/personnes à reconversion chez Technofutur TIC
> Août-septembre: début de mise en oeuvre des contrats d’équipement et de support.

En termes de formation, différents types de ressources seront proposées. Tout d’abord, une bibliothèque de tutoriels davantage génériques, disponibles via YouTube. Ensuite, des “formations plus structurantes” (formations aux outils numériques – par exemple aux différents modules d’Office 365, maîtrise de Microsoft Teams, formation à SharePoint…) “selon les besoins spécifiques de chaque école” [et enseignant]. Ces formations plus spécifiques seront données à distance (au départ du site BiSoft de Nivelles) ou sur site.

En plus des formations proprement dites, BiSoft proposera également du support. Pour ce faire, dès la rentrée, 12 personnes intégreront ses équipes, venant d’ajouter à son équipe Helpdesk préexistante. Elles opéreront en qualité de “personnes-ressource” spécialement dédiées à l’enseignement.

Ces 12 recrues auront préalablement été formées pendant l’été chez Technofutur TIC, via un parcours de deux mois comme “coordinateurs ICT”. Formations prodiguées: assistance informatique de base, compétences en encadrement en milieu scolaire (compétences davantage de type soft skills), compétences de base en Microsoft Education.

De la part de Technofutur TIC, pour les besoins de BiSoft, il s’agit là d’un premier cycle de formation “coordinateur ICT”, financé par Agoria, en collaboration avec la Ville de Charleroi. D’autres cycles de formation pourraient suivre, pour d’autres bénéficiaires.

 

Bernard Persoons (BiSoft): “La formation continue du personnel et des étudiants, la mise en place d’infrastructures numériques adaptées, l’accompagnement et le support technique continus sont autant d’impératifs que le secteur de l’enseignement ne peut plus éviter.”

 

Pour sa stratégie d’équipement et d’accompagnement des établissements d’enseignement, BiSoft, quant à elle, devra évidemment faire en sorte que ses effectifs puissent faire face à la demande. D’autres personnes pourraient donc, le cas échéant, venir s’ajouter aux effectifs. “Pour ce faire, nous devrons trouver le bon modèle économique”, souligne Bernard Persoons, directeur de BDE Group. En clair: trouver un mode de financement viable.

L’espoir demeure (mais risque d’être ténu) de voir des budgets être libérés en ce sens (formation et accompagnement des enseignants) par la Région et/ou par la Fédération. Aux yeux de Bernard Persoons, il semble inéluctable que le client final – en l’occurrence, ici, les établissements d’enseignement – doive financer le support et les services d’accompagnement et de formation (enseignants et élèves).

L’une des pistes pourrait être une proposition déjà formulée par le collectif FICT (groupement de personnes-ressources). A savoir, le regroupement de plusieurs écoles ou pouvoirs organisateurs qui financeraient conjointement un ou plusieurs coordonateurs ICT “volants”, partageant leur temps entre plusieurs établissements. Relire nos articles à ce sujet – notamment celui-ci ou encore celui-ci.

La Flandre, en la matière, a pris de l’avance, réservant des heures fixes pour des coordinateurs ICT interne. On sait que ce sujet est nettement moins mûr côté francophone et reste en suspens… Pour l’instant…

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?