Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Tioga Capital: premier tour de table et avalanche de dossiers

Article
Par · 17/12/2020
Partager

Le nouveau fonds d’investissement Tioga Capital Partners, constitué voici quelques mois avec pour objectif spécifique d’investir dans des start-ups et scale-ups (belges mais aussi européennes) positionnées sur le terrain des technologies blockchain, a bouclé son premier tour de table sur un score meilleur que prévu.

Il visait 10 millions d’euros. Il en aura au final récolté 14. Parmi les investisseurs, des privés – des noms bien connus tels que les family offices Vlerick, De Clerck, Van Hool, Caenen ou Lhoist – mais aussi, côté institutionnel, la SRIW.

L’intervention de cette dernière est loin d’être anecdotique.

Tioga y voit même un signal majeur à deux égards. D’une part, en raison de son statut public: “c’est le premier fonds d’investissement public, en Europe, à prendre une participation dans un fonds qui est entièrement dédié à la blockchain”, souligne Patrick Van de Mosselaer, co-fondateur de Tioga Capital Partners et lui-même entrepreneur “en série”, à l’origine de la start-up d’e-santé DocBook (prise de rendez-vous en ligne).

Autre intérêt de l’entrée de la SRIW dans le portefeuille de Tioga: “cela nous ouvre des perspectives, avec possibilité d’attirer d’autres acteurs publics lors de nos futurs tours de table” (le but étant toujours de pousser jusque’à 50 millions, avec montée en puissance dès 2021).

Le surplus récolté par rapport aux espérances de départ va-t-il pousser Tioga Capital Partners à revoir son scénario d’investissement? Il ne semble pas en être question. Le but continue d’investir à hauteur maximum d’environ un million d’euros. Autrement dit, le fonds pourra potentiellement intervenir dans un nombre plus important que prévu de jeunes pousses.

“nous demeurons dans une optique d’investissement de type “late seed, early A”, souligne Patrick Van de Mosselaer. “Cela signifie que la start-up doit avoir déjà apporté la preuve d’une certaine traction sur le marché, de l’existence d’une première clientèle et d’une réelle adéquation avec un besoin du marché.

La “traction” pourrait correspondre à un nombre déjà conséquent d’utilisateurs actifs sur base mensuelle ou un chiffre d’affaires récurrent de x milliers d’euros…”

Premiers dossiers rentrés

Petit rappel, tout d’abord, du positionnement thématique de Tioga: le fonds vise à investir dans des start-ups déjà relativement matures. Des jeunes pousses qui proposent essentiellement des produits et services d’infrastructure dans le domaine de la blockchain.

Le terme d’“infrastructure” est ici à prendre au sens large puisqu’il peut correspondre à des réalisations de type bourses et plates-formes d’échanges de crypto-monnaies ou de crypto-actifs, outils de création de liquidités pour les courtiers en crypto-actifs, plates-formes et “gardiens” d’actifs numériques, sécurisation, services d’analyse sur les valeurs et volumes de crypto-actifs, outils de traçabilité d’actifs, mécanismes et services de dépôt et d’aide au “commerce” de crypto-actifs, gestion de données, des identités, des mécanismes de confidentialité…

Par ailleurs, Tioga vise à investir dans des start-ups d’où qu’elles proviennent en Europe – les pays les plus “prolixes” pour l’instant en matière de blockchain étant par exemple l’Allemagne, la Suisse ou encore le Royaume-Uni.

Les premiers dossiers d’investissement sont déjà à l’étude au sein du comité d’investissement (composé de Patrick Van de Mosselaer, de Jurgen Ingels, de Michiel Lescrauwaet et de Nicolas Priem). D’où viennent-ils? L’équipe de Tioga dit avoir reçu à ce jour une vingtaine de candidatures belges. Avec autant de dossiers grand-ducaux.

“Mais, tout naturellement, la plupart des dossiers viennent d’Allemagne, de Suisse, d’Autriche – pour un total d’une centaine de dossiers. Un nombre assez similaire de dossiers provient du Royaume-Uni. Nous avons également reçu des dossiers intéressants venant de France ou d’Europe de l’Est. Cela confirme le caractère “disloqué” du marché et la multitude d’entrepreneurs blockchain en Europe.”

Un premier investissement pourrait être annoncé “dans les toute prochaines semaines.”

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?