Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Des solutions locales en tous genres à l’heure du Covid-19

Article
Par · 20/03/2020
Partager

Toute une série de sociétés, opérant dans divers secteurs et sur diverses thématiques, ont annoncé, depuis le début de la crise du coronavirus, des initiatives visant à proposer leurs services ou solutions de manière plus large et plus accessible.

Impossible de toutes les lister ici. Voici en tout cas un petit florilège qui s’enrichira sans doute au fil du temps.

Sans vouloir “casser l’ambiance”, peut-être malgré tout quelques petits mots de mise en garde. A lire dans l’encadré ci-dessous.

Service de notification citoyenne gratuite pour les communes

L’appli mobile Wallonie en Poche, solution fédératrice d’informations et d’interaction entre pouvoirs locaux et citoyens, ajoute une nouvelle fonction d’informations à son catalogue.

Petite ironie au passage: dans le vocabulaire de LetsGoCity, la société liégeoise à l’origine de la solution, un module fonctionnel ou service s’appelle… “tuile”. Jamais sans doute, ce terme n’a eu autant de sens qu’à l’heure actuelle…

Un nouveau service, entièrement dédié au Covid-19, centralise et “répertorie les initiatives et applications Web et mobiles qui permettant soit de lutter contre l’épidémie, soit de soutenir les personnes en difficulté.”

Aussi généreux, participatifs, désintéressés ou louables que puissent paraître les “gestes” que d’aucuns proposent, ne jamais oublier que, dans le chef de certains (et nous précisons qu’aucune des sociétés listées ici n’est concernée, ce qui n’est pas le cas de tout ce qu’on peut découvrir sur le Net ou recevoir dans son mail ces derniers jours), il y a ou il y aura des motivations nettement plus commerciales. Il faut en prendre conscience et ne pas perdre cela de vue – en tout cas, dans le long terme.
De même, gare au “virus washing”, aux initiatives qui dissimulent des intentions plus obscures. Un exemple typique est celui des applis qui vous proposent des cartes ou alertes permettant de suivre en quasi temps réel la propagation du virus ou de déterminer si son environnement immédiat ou sa zone géographique proche est plus ou moins contaminée… Certaines de ces applis et initiatives sont en effet légitimes et ont les mains propres (si on peut dire). Mais d’autres sont aussi du social engineering pur et dur, des vecteurs de contaminations virales (numériques), des hameçons qui visent à dérober ou à vous faire livrer certaines informations et données.
Là encore prudence. Que la situation, anxiogène, du moment ne nous fasse pas oublier de prendre un minimum de précautions et de faire jouer notre bon sens et notre vigilance.

Par ailleurs, LetsGoCity proposera gratuitement aux communes, pendant trois mois (avec prolongement si la crise sanitaire s’éternise?) sa fonction de notification dynamique. Dès cette semaine, les communes wallonnes non encore clientes qui désirent pouvoir ainsi envoyer des notifications (informations) à leurs concitoyens pourront le faire sans bourse délier.

Informations et prises de contact pour les communes via l’adresse hello@letsgocity.be ou ce formulaire en-ligne. 

 

En vrac, quelques autres initiatives…

Enseignement

Wooclap lance une nouvelle solution, baptisée Wooflash, pour faciliter la tenue de cours à distance. L’outil, qui s’appuie sur des algorithmes, vise à permettre aux enseignants de personnaliser les contenus de formation en fonction des besoins et progrès de chaque étudiant.

La personnalisation s’effectue en fonction de réponses que donnent les étudiants à des questionnaires. Les contenus (en format textes ou multimédia) sont ensuite sélectionnés et proposés automatiquement par la plate-forme. Avec toutefois possibilité pour l’enseignement d’intervenir pour adapter l’offre qui est ainsi formulée.

Le suivi interactif de la formation alimente les tableaux de bord qui permettent aux enseignants (et aux étudiants) de suivre l’évolution de l’apprentissage.

Lien vers le site permettant aux établissements et enseignants de demander un accès à la plate-forme.

Le projet Wooflash, en développement depuis déjà quelques temps, est passé en mode actif plus tôt que prévu. Voici un an, il avait notamment reçu l’aide financière d’Innoviris, dans le cadre de l’appel à projets Innovative Starters. Relire notre article à ce sujet.

 

En raison de la crise sanitaire actuelle qui a vu se fermer les établissements d’enseignement, MySkillCamp propose aux enseignants et aux établissements d’enseignement supérieur (Hautes Ecoles et Universités) un accès gratuit à sa plate-forme d’apprentissage en-ligne, que ce soit pour y “consommer” des contenus de cours ou éventuellement pour créer eux-mêmes des modules d’apprentissage à distance. Seules exceptions;: des contenus que les éditeurs continueraient de faire payer, auquel cas MySkillCamp serait obligé de répercuter les coûts.

L’offre d’accès gratuit est valable jusqu’à… ce que l’infrastructure de MySkillCamp permette de supporter la surcharge sans lui imposer de redimensionner les capacités serveur. La société dit pouvoir faire face à un certain volume de demande mais en cas d’afflux massif, elle devra sans doute se résoudre à indiquer aux écoles ou universités qui s’y seraient peut-être prises trop tard qu’elle ne pourra pas leur octroyer un accès gratuit. Un service payant bien entendu (qui reste valable pour les entreprises) restera possible.

Plus d’infos via le site de la société.

 

Van In, maison d’édition spécialisée dans les solutions et contenus didactiques, a décidé de fournir gratuitement aux écoles ses plates-formes d’apprentissage en-ligne Wazzou et Udiddit. Cibles plus spécifiques: les enseignants et les élèves de l’enseignement fondamental, primaire et secondaire.

Wazzou procure aux élèves de primaire une large bibliothèque d’exercices, de tâches et de tutoriels. L’accès gratuit est assuré pour trois matières: mathématiques, français et néerlandais.

Uddidit, pour sa part, est destiné aux élèves du secondaire. “Les principales collections d’exercices, telles qu’Actimath, Tandem et Jelly, seront disponibles et couvriront les mathématiques, le français, l’anglais et le néerlandais.”

L’accès aux matières se fait au moyen d’un code que les enseignants fournissent aux élèves, en fonction des sujets qu’ils enseignent.

Plus d’informations sur les conditions et modalités via le site de Van In ou via courriel (informations@vanin.be).

 

Une jeune pousse (actuellement en phase de pré-financement) a décidé de dédier une section spéciale de son site Internet à la veille Covid-19 afin de mettre en exergue ce que proposent les start-ups belges, tous domaines confondus, pour apporter leur petite contribution à la situation actuelle.

Ce site, c’est celui de Startup Vie, lancé par Thierry Huart-Eeckhoudt, qui avait déjà été précédemment à l’origine de la start-up ShareBox (qui allait muter pour donner naissance au projet 1001 Belges de la Rtbf.

Public visé par Startup Vie: les 18-35 ans, tranche d’âge où sont sensés se trouver une majorité de porteurs (potentiels) de projet. Objectif (général) de la plate-forme: “fédérer les entrepreneurs belges autour de thématiques communes, partager bonnes pratiques, expériences et témoignages, et constituer un vivier pour les investisseurs.”

Télétravail

Allocloud, prestataire et intégrateur de services VoIP et de solutions collaboratives dans le cloud, a décidé de proposer ses services de vidéoconférence et réunions virtuelles Web Meeting gratuitement afin de faciliter le passage de petites (ou plus grandes) structures en mode télétravail.

L’(offre restera valable le temps de la crise. Et pour éliminer tout doute d’action “prédatrice”, la société précise que “les coordonnées des entreprises ne sont pas demandées, ni aucune carte de crédit. AlloCloud s’engage à ne pas recontacter les utilisateurs à la fin de la crise du coronavirus.”

Informations et télé-installation (sans intervention sur site) via le site de la société. 

 

Santé

Voir notre information à propos d’Andaman et de DNAlytics… 

 

Déplacements

Coyote joue les rappels. Désormais, chaque fois qu’un utilisateur activera le boîtier Coyote dans sa voiture ou l’appli sur son smartphone, il verra automatiquement apparaître sur son écran la mise en garde, ou injonction, des autorités publiques de limiter les déplacements à ceux qui sont autorisées et/ou strictement nécessaires.

Partager

Laisser un commentaire