Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

BeCode Charleroi: satisfecit pour la première promo

Article
Par · 02/04/2019
Partager

Les “promo” se croisent du côté de BeCode à Charleroi. Alors que la première promo vient d’avoir droit à sa petite cérémonie de remise des diplômes, la deuxième s’apprête à entrer en phase de stage et la quatrième est déjà en phase de sélection, pour démarrage le 16 avril. Pendant ce temps, Liège se prépare à démarrer sa propre session (le 21 mai).

A chaque fois, une bonne vingtaine d’apprenants s’immergent pendant 7 mois dans une formation de développeurs. A Charleroi, 24 figuraient dans la première escouade. Trois des participants ont abandonné assez rapidement, “ne trouvant pas ce qu’ils cherchaient dans la méthode proposée”, explique Tom Crohin, responsable marketing et communications chez BeCoce. Un autre a également quitté le train en marche mais pour une excellente raison: il avait trouvé un emploi dans le monde de l’IT.

Les deuxième et troisième groupes, eux aussi, comportent près de 25 participants. Petite constante dans leur composition: il s’agit majoritairement (environ aux deux-tiers) de jeunes de moins de 25 ans, estampillés “en décrochage”, n’ayant pas terminé leurs études secondaires. Tout récemment encore, Thomas Dermine, responsable de la cellule CATch rappelait que “plus de 25% des jeunes de 16 à 24 ans ne sont ni aux études ni à l’emploi à Charleroi, alors qu’il y a pas moins de 16.000 postes vacants en Belgique dans le secteur ICT selon les chiffres fournis par Agoria” – et que les entreprises de la région de Charleroi sont elles aussi en mal de talents.

57 pré-sélectionné(e)s pour la quatrième édition

Les inscriptions pour la quatrième session BeCode à Charleroi sont désormais clôturées. Plus de 110 personnes ont complété le formulaire en-ligne. Parmi elles, 57 ont poussé plus loin en participant à la phase de “dégrossissage” en-ligne (une série d’exercices techniques à réaliser qui permet “de mesurer le degré de motivation et de déterminer s’ils veulent réellement s’orienter vers une activité de développement”).
Cette semaine, des réunions en présentiel seront organisées avec ces 57 pré-sélectionnés. Selon la méthode appliquée par BeCode, ils et elles devront travailler en groupes sur un projet et convaincre un jury de leur motivation et capacités.

Outre ces jeunes non diplômés, BeCode a accueilli des personnes en reconversion professionnelle. Lors de la première session, une seule était un ancien de Caterpillar. Par contre, pour “approvisionner” les sessions suivantes, des actions de sensibilisation organisées en collaboration avec la cellule CATch ont tenté d’en attirer davantage. Résultat: ce quota a quelque peu progressé dès la deuxième sélection (avec cinq anciens de la société s’inscrivant pour des formations).

Petit détour par la répartition genrée des apprenants… Très peu de “filles” dans la première cohorte carolo: 4 sur 24. Leur nombre (tendance favorable à confirmer?) est en légère augmentation pour les sessions suivantes: 8 pour la deuxième, 7 pour la troisième.

Tronc commun

La formation BeCode est structurée en trois temps: une phase commune au cours de laquelle tous les participants se forment au développement Web et acquièrent des compétences plus “soft” (travail en équipe, autonomie dans leur démarche professionnelle, recherche d’emploi…). A Charleroi, la première formation en tronc commun a essentiellement porté sur l’apprentissage HTML/CSS, suivi de formations PHP et Python.

Pendant les deux derniers mois de leur formation, avant les stages, les apprenants ont la possibilité d’approfondir ou de diversifier leurs connaissances, par exemple pour se spécialiser en développement d’applis mobiles. “Les choix se font alors un peu dans tous les sens, selon les préférences de chacun”, déclare Tom Crohin. Avec toutefois une importante préférence pour le langage Python…

Marche-pied pour l’emploi

L’un des arguments que BeCode compte bien continuer à exploiter à fond pour convaincre les jeunes er moins jeunes de s’inscrire à ses programmes de formation est celui d’une mise à l’emploi directe (ou plus rapide) “favorisée par la formule d’apprentissage actif – projet d’apprenant et stage en entreprise – que nous appliquons.”

Dès la première session à Charleroi, tous les apprenants ont pu effectuer un stage de un à trois mois en entreprise. Et “près de 70%”, à l’issue de la formation, ont “trouvé un emploi quelques semaines après la fin de leur stage en entreprise” dont certains dans celle où ils l’avaient effectué. Quelques exemples? Un apprenant a trouvé du boulot chez Telenet (à Bruxelles), un autre chez Odoo, un troisième aux Editions Dupuis. Outre des PME ou des entreprises plus importantes, des asbl ont également trouvé chaussure à leur pied parmi les diplômés.

Deux autres ont en outre été recrutés… par BeCode lui-même, qui fera appel à eux comme coachs de ses futures cohortes carolo. Pour ce faire, ces deux nouveaux collaborateurs ont suivi la formation adéquate en France, chez le partenaire pédagogique de BeCode (Simplon).

Ce n’est pas la première fois qu’un apprenant BeCode se transforme en coach. L’un des deux premiers coachs actifs à Charleroi – Ludovic Patho – a lui aussi suivi une formation BeCode. Son profil? Développeur Web et mobile (Android, JavaScript, PHP, HTML5…).

Il continuera, lors des promo suivantes, d’opérer à Charleroi mais uniquement à mi-temps dans la mesure où, d’ici quelques semaines, il officiera également comme coach au sein de l’“école IA” que BeCode lance à Bruxelles.

Partager