Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Soline: nouvelle cible… hospitalière

Pratique
Par · 02/11/2020
Partager

Depuis son avènement (nous vous avions présenté sa solution dès 2015), la société namuroise Home Based, auteur de la solution de contrôle à distance de systèmes et objets connectés Soline, a réussi à convaincre un public fait à la fois de particuliers et de centres de revalidation. Avec un premier hôpital – français – convaincu de l’intérêt de cette interface multi-modale qui permet aux personnes en perte d’autonomie de commander une kyrielle d’actions des équipements et dispositifs de leur quotidien. 

Les utilisateurs que Soline vise spécifiquement sont des personnes en perte d’autonomie (ou leur entourage – famille, soignants…), ayant par exemple subi un AVC, un accident ou rendues dépendantes en raison d’une maladie ou d’une dégénérescence quelconque.

Au pilotage vocal des débuts sont venus s’ajouter des potentiels de commandes tactile et visuelle – en ce compris via suivi du regard. Les fonctionnalités et l’éventail de dispositifs télé-pilotables ont également été étendus. Et, tout dernièrement, la société a ajouté une configuration nouvelle à son catalogue. La “box” Soline d’origine – au format cubique – a été rejointe par une configuration en armoire montée sur roulettes, abritant non seulement le cube Soline mais aussi une tablette tactile et le dispositif de suivi de regard). L’avantage est de pouvoir déplacer l’engin de chambre en chambre et, dès lors, d’en faire bénéficier un plus grand nombre de personnes, au gré des besoins.

Interface multi-modale

L’utilisateur, selon ses préférences ou selon les caractéristiques de sa maladie ou de sa dépendance fonctionnelle, peut choisir une interface vocale, tactile, visuelle (en ce compris via suivi du regard par caméra) voire gestuelle (également via la caméra de l’ordinateur). Il est possible – voire recommandé, estime Home Based – de combiner plusieurs de ces interfaces afin de pouvoir jongler avec les modes de pilotage.

“On peut très bien commander l’allumage d’une lampe par la voix, l’éteindre par le regard et redemander son activation ensuite par le toucher tactile à la surface de la tablette ou via une pression sur un bouton-poussoir qui peut contrôler l’interface visuelle ou une navigation dans des menus”, souligne Sébastien Annys, co-fondateur de Home Based.

“L’environnement de contrôle Soline est modulaire et évolutif.” Et ce, non seulement pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi, autre argument des auteurs de Soline, “pour permettre à la personne en dépendance de jongler avec les types d’interaction quand elle est en mesure de le faire et ne pas la confiner ainsi dans un seul type d’interaction, au risque de la priver d’aptitudes futures si son degré d’autonomie devait se détériorer.”

Une interface qui permet de commander dispositifs et fonctionnalités par la voix, le toucher, voire le regard…

Les dispositifs d’interface sont variés: micros portatifs ou fixes, tablette tactile, ordinateur classique, smartphone, souris, bouton-poussoir, joystick de fauteuil roulant (connecté en Bluetooth à la tablette)… Home Based se fait fort de varier les supports en fonction des préférences ou contraintes des utilisateurs.

Petite précision: la tablette utilisée peut être de type iOS, Android ou Windows. Toutefois, le choix se réduit (pour l’instant?) à la seule tablette Windows si l’utilisateur désire pouvoir accéder et contrôler des ressources Internet ou surfer sur Internet…

La navigation Internet présente une particularité: un utilisateur peut par exemple naviguer dans une page grâce à un système ingénieux de segmentation. De quoi par exemple permettre à l’utilisateur de cliquer sur un hyperlien… par la voix. Non pas en prononçant éventuellement l’intitulé du lien mais selon deux autres méthodes.

La première s’applique par exemple à une navigation dans une page Wikipedia. L’interface Soline analyse le code html de la page en temps réel, repère les différents liens insérés qui permettent de basculer vers d’autres pages. Chaque lien ainsi identifié est numéroté et tous les numéros se matérialisent à l’écran. Il suffit alors à l’utilisateur de dire “Soline, ouvre le lien n° Untel”.

Autre méthode lorsque l’analyse html n’est pas opérante: la superimposition d’une grille (de neuf cases) à l’écran. L’utilisateur énonce alors le numéro de case qui l’intéresse et Soline sélectionne cette partie d’écran. Si la sélection est encore trop grossière, il peut répéter l’opération jusqu’à tomber sur le mot, le bouton ou la fonction qui l’intéresse et qu’il veut sélectionner. Exemple typique cité par Home Based: le choix d’une question dans une liste FAQ.

Réinventer son autonomie

La liste des dispositifs, équipements et fonctions que l’interface Soline permet de commander est une véritable liste à la Prévert. Moyennant, bien entendu, quelques adaptations et l’installation de dispositifs de connexion ou le passage au statut d’objet connecté pour les dispositifs médicaux ou domestiques – Soline se chargeant des adaptations et installations en Belgique et confiant la chose à cinq partenaires installateurs en France. Compter une journée pour l’aménagement classique d’une chambre…

C’est sans doute là le côté lourd et contraignant de la solution: il faut rendre les différents équipements et dispositifs “communicants” – en sans-fil, par connexion infra-rouge relayée par un réseau ou éventuellement via câblage. De même, le pilotage vocal exige de disposer d’une connexion Internet dans la mesure où le moteur de reconnaissance vocale (opérant pour l’instant en français et en néerlandais) est hébergé dans le cloud (solution Google).

Pour les commandes vocales des différents équipements et fonctions, des micros de divers types pourront être placés dans l’espace de vie de l’utilisateur – micro filaire de table, micros à installer dans les différentes pièces, micro-cravate…

Mais revenons à la liste des pilotages possibles et piochons quelques exemples:
– commande de luminaires, du chauffage, de lit ou fauteuil motorisé ou médicalisé, des volets et ouvre-porte, d’une caméra de surveillance…
– activation de la radio ou télévision et choix de chaînes (via connexions infra-rouge relayées par réseau IT)
– déclenchement ou acceptation d’appel téléphonique (ici encore un dispositif spécifique devra être installé sur la ligne téléphonique) : l’interface Soline signale (voix synthétisée) l’arrivée d’un appel et obtempère à un ordre “décroche” ou “accepte l’appel”

– via tablette: navigation sur Internet, appel infirmières, gestion du courriel, utilisation des réseaux sociaux…
– via clé USB MP3 fournie avec le système, possibilité de commander l’écoute de musiques ou de livres audio…

Gain de temps pour le personnel hospitalier

Soline a déjà été adoptée par un hôpital français (un centre de réadaptation et rééducation pour amputés situé en Auvergne) mais sa clientèle se situe essentiellement du côté de personnes individuelles voulant équiper leur domicile (environ 80% de la clientèle) et des institutions de revalidation voire l’une ou l’autre maison de repos ou centre d’accueil pour personnes handicapées. Aujourd’hui, tirant argument de la saturation des hôpitaux et de la surcharge de travail que la pandémie implique pour le personnel de soins, la société étend quelque peu le spectre de sa cible et espère convaincre davantage les hôpitaux de s’équiper en Soline.

“Déployer Soline en milieu hospitalier, c’est la possibilité de décharger le personnel infirmier de toute une série de tâches répétitives – du genre aller ouvrir un store ou redresser le dossier d’un lit. Notre plate-forme permet au patient de contrôler lui-même ce qu’il désire dans sa chambre, ce n’est plus au personnel soignant de courir pour effectuer ces changements. Cela leur permet de se concentrer sur les soins. En cette période de crise sanitaire, l’énergie du personnel doit être focalisée sur l’essentiel.”

Pour couvrir le marché belge, Home Based a récemment passé un accord de partenariat avec le groupe Distrac, distributeur de matériel médical. “Soline représente pour nous le noyau technologique de la chambre du futur”, déclare son directeur général, Kris Struyf. “Combinée avec le lit connecté et les systèmes d’appel infirmière de dernière génération, Soline permet une intégration aboutie de ces différentes technologies en milieu médical.”

 

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?