Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Securex lance un service d’analyse et de benchmark RH en-ligne

Pratique
Par · 14/10/2020
Partager

Depuis peu, les sociétés clientes de Securex (grandes sociétés ou PME) ont la possibilité de faire appel à une nouvelle solution en-ligne leur permettant d’effectuer une analyse de leurs chiffres et statistiques RH et également de comparer leur situation avec celle de concurrents ou de sociétés évoluant dans un contexte similaire (thématique ou géographique). Pour alimenter ce qui est, en gros, un comparateur, Securex se base sur les données RH de l’ensemble de ses clients (du moins les entreprises comptant plus de cinq personnes). Soit une cohorte de quelque 6.700 sociétés.

Le service PoweHR Reporting est un outil d’analyse et d’aide à la décision permettant de tirer des enseignements de critères tels que composition et évolution des effectifs dans le temps, coûts salariaux, taux d’absentéisme (fréquence, évolution…), composition du portefeuille d’avantages extra-légaux…

 

Kristof Benoit, directeur des services Payroll chez Securex: “Si vous constatez que le coût salarial ou le taux d’absentéisme au sein de votre entreprise est deux fois plus élevé que celui d’entreprises du même secteur, vous savez immédiatement où il vous faut corriger le tir.”

 

Au-delà du côté purement analytique, la solution a été conçue de telle sorte à générer de l’information dynamique sur base des chiffres et stats RH de l’entreprise qui le sollicite et ce, au travers de notifications sur des sujets tels que le taux d’absentéisme, les pratiques de recrutement ou de rétention.

Trop de pilotage à l’aveugle

Une étude de marché effectuée, voici un an, à la demande de Securex par la KU Leuven avait révélé que 20% des entreprises et organismes (privés ou publics) n’exploitent pas du tout les données RH dont elles disposent. Avec, “trop souvent, des prises de décision, par les responsables des ressources humaines et les chefs d’entreprise décisions, qui sont fondées sur leur seule intuition personnelle”.

Ce phénomène touche essentiellement – sans surprise – les sociétés les plus modestes. Les grandes entreprises (250 employés ou plus) sont généralement mieux équipées en solutions et collaborateurs dédiés pouvant procéder à des analyses d’efficience dans ce domaine.

 

Etude KU Leuven/Securex: “Aucune PME ne disposant pas d’un responsable du personnel et ne procédant pas encore à une analyse de ses données RH n’envisage de le faire, à l’avenir,
de sa propre initiative. Raison alléguée: dans 58% des cas,
cela ne correspond pas à la culture de l’entreprise.
Seulement 32% des PME qui disposent bel et bien d’un directeur RH
envisagent d’utiliser des données à l’avenir. Parmi les raisons évoquées,
un manque de soutien de la part de la direction générale (55%).”

 

Sur les quelque 241 entreprises interrogées (dont 52% de grandes entreprises), 90% dans cette catégorie de “haut de panier” disaient procéder à des analyses ou à l’élaboration de rapports RH afin d’adapter leurs processus opérationnels. Le pourcentage tombait à 78% pour les PME comptant parmi leurs effectifs un responsable RH et à 50% pour celles qui n’en disposent pas.

Les analyses prévisionnelles (évolution des caractéristiques d’emploi et de carrière) sont encore nettement plus rares: 9% du côté des grandes entreprises (plus de 250 personnes), 3% du côté des PME.

Autre indication intéressante de l’étude menée par la KU Leuven: le type de problématique qui est analysée:
– champion toutes catégories: l’absentéisme, avec 94% des réponses (pour les entreprises, bien entendu, qui pratiquent l’analyse de leurs chiffres RH
– suivent, à égalité, la formation et la planification du personnel (coûts salariaux…): 90%
– le stress au travail: 57%

– la motivation des collaborateurs: 56%
– le leadership: 49%.

Partager

Laisser un commentaire