Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Poubelles publiques et détritus ont faim d’“intelligence”

Pratique
Par · 29/11/2018
Partager

Un an pour tester l’utilité réelle et le meilleur usage possible de poubelles publiques connectées, dans divers environnements (urbain, campagnard…), mais aussi un an pour identifier les problèmes purement technologiques (qualité de signal, fonctionnement des capteurs…). C’est l’étape – après celle du développement du concept – dans laquelle s’est engagée l’asbl Be WaPP (Wallonie Plus Propre). Partenaire technologique pour l’occasion: ThingsPlay.

Quatre villes et communes y participent: Namur, Juprelle, Les-Bons-Villers, La Calamine. Au total, 500 poubelles, chacune munie d’un boîtier connecté, seront déployées d’ici février 2019: 265 à Namur, 150 à La Calamine, 55 à Juprelle et 30 aux Bons-Villers.

Objectif: rendre plus efficace, en termes de temps, de moyens et de coût, le travail de collecte et de mise à disposition de ces poubelles.

Mieux connaître leur taux ou fréquence de remplissage peut en effet permettre de mieux gérer les tournées de camions chargées de les collecter, vider ou encore celles des équipes techniques devant les réparer. A noter que le but premier est de minimiser les (longs) déplacements inutiles, essentiellement en zone rurale. Raison pour laquelle, pour les besoins du projet, Namur n’équipera pas ses poubelles publiques du centre-ville mais bien celles situées dans les villages avoisinants.

La phase-pilote permettra

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire