Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Impression 3D: l’enseignement s’y intéresse pour différentes raisons

Pratique
Par · 02/08/2018
Partager

Selon une récente enquête de Ricoh menée notamment auprès d’établissements d’enseignement supérieur européens révèle un intérêt marqué pour l’insertion de compétences en impression 3D dans le cursus. La raison en est notamment la prise de conscience que la fabrication additive est un marché d’avenir et, dès lors, un domaine demandeur de compétences: “intégrer des capacités techniques aux processus d’apprentissage permet de garantir que les compétences dont aura besoin la future main-d’œuvre deviennent une seconde nature pour les étudiants d’aujourd’hui”. 

Mais les institutions sondées ont par ailleurs d’autres motivations…

D’une part, recourir à l’impression 3D dans les cours STEM (sciences, technologies, ingénierie, mathématique). “Des compétences en impression 3D sont capitales pour l’expression de concepts dans des disciplines telles que le textile, la médecine, l’automobile et l’ingénierie, par exemple des turbines sophistiquées ou des composants complexes.”

D’autre part, les établissements eux-mêmes ont la possibilité, en inscrivant l’impression 3D à leur programme, de faire valoir leur “originalité” et d’attirer davantage d’étudiant(e)s. Le fait de proposer des cours d’impression 3D, l’accès à du matériel pour “makers” sert donc aussi pour peupler les classes. Et un argument supplémentaire consiste à proposer des contenus et ressources en-ligne, à la fois pour autoriser un apprentissage davantage “sur-mesure”, qui se calque au rythme de chacun(e), et des impressions à la demande effectuées à distance.

“L’augmentation des frais de scolarité dans la plus grande partie de l’Europe a eu un impact fondamental sur le rôle des institutions éducatives. Encouragés à se comporter davantage comme des prestataires de services, les universités et les établissements d’enseignement supérieur doivent continuellement relever la barre, tant en termes de satisfaction des étudiants que d’accessibilité. Répondre à cette attente en utilisant l’impression sous de nouvelles formes afin de proposer des formations de plus en plus variées et des contenus de programmes personnalisés est rapidement en passe de devenir primordial”, commente Eric Gryson, directeur général de Ricoh Belgique-Luxembourg.

Partager

Laisser un commentaire