Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Chaudfontaine: faire du citoyen un usager et contributeur actif de la mobilité douce

Pratique
Par · 29/08/2019
Partager

Pour son projet “Smart Territoire”, introduit auprès de la Région wallonne en début d’année et approuvé avant l’été, la commune de Chaudfontaine (alliée à sa voisine Trooz) avait choisi le thème de la mobilité douce. Autrement dit: la valorisation, la promotion et une meilleure “exploitation”, par les usagers, de ses voiries, sentiers, aménagements “verts” ou éco-responsables, en empruntant des moyens de déplacement “doux” (pédestre, vélo, transports en commun). 

Nom de baptême du projet: “Fais tes balises”.

La touche d’innovation technologique prend la forme d’une appli interactive, en réalité augmentée (qui sera disponible sous iOS et Android), incluant une bonne dose de gamification.

Le but: “promouvoir, rendre interactifs et ludiques les réseaux de mobilité douce” afin d’“optimiser les déplacements” des usagers, que ce soit dans le cadre de leurs activités quotidiennes (trajet domicile-école, domicile-travail…) ou dans un contexte davantage récréatif et touristique (la Vesdre, les eaux thermales…).

Pour imaginer le scénario et les fonctionnalités de l’appli (sa réalisation passera par un marché public, à lancer d’ici la fin de l’année), la commune s’est tournée vers le start-up studio liégeois Øpp qui espère bien transformer l’essai à l’issue de l’appel de d’offres et envisage déjà de faire de cette appli une solution que les autres communes et villes (wallonnes, dans un premier temps) pourraient s’approprier moyennant adaptation à leur contexte spécifique.

Des données de sources diverses mais essentiellement participatives

“Une étude préalable de la cellule Mobilité de la commune a notamment permis de mettre en évidence une affluence aux abords des écoles qui mériterait une meilleure gestion”, explique Valentine Defraigne, chef de service Culture et Information à la commune de Chaudfontaine.

Autre constat: même dans cette région à dominance rurale, la voiture demeure le réflexe – même lorsqu’elle n’est pas réellement nécessaire. “Nous avons pu déterminer que de nombreuses personnes de nos entités travaillent dans un rayon géographique proche, parfois même dans les limites des deux communes, mais continuent pourtant de prendre leur voiture.” La commune accueille en effet de nombreuses sociétés, parmi lesquelles Coca-Cola n’est certes pas l’une des moins connues.

Les données qui seront utilisées pour créer l’appli et les itinéraires optimisés et/ou thématiques (trajets “utilitaires”, balades, trail, parcours pédestres, visites guidées…) viendront de diverses sources. D’une part, la cartographie des voiries, tronçons, sentiers, trottoirs aménagés… réalisée par les deux communes concernées (un important travail de numérisation doit encore avoir lieu), ainsi que des géo-données puisées par exemple dans des bases de données régionales.

D’autre part – et surtout, puisque c’est là le principe-même de l’appli -, les données seront générées par les utilisateurs eux-mêmes, pour créer et documenter les parcours et trajets.

L’appli devrait permettre “de partager des itinéraires “futés”, de les classer par thématique, de les tester, commenter et évaluer, d’agréger des points d’intérêt, de “récompenser” les meilleurs contributeurs… Elle permettra de mettre en évidence et de partager par exemple les trajets les plus empruntés…

Le citoyen, créateur de parcours et de bons plans mobiles

“Fais tes balises”. L’intitulé du projet fait allusion au fait que l’utilisateur sera donc l’une des sources majeures d’infos et de contenus pour l’appli.

“Fais tes balises est clairement imaginée dans un esprit communautaire”, souligne Dominique Mangiatordi, patron d’Øpp. Si des trajets thématisés seront sans doute proposés par la commune elle-même, la richesse de l’appli dépendra pour une bonne part de l’imagination, des intérêts personnels et des “bons trucs” des usagers.

Il leur suffira d’activer la fonction GPS entre le point A et le point B de leur choix: domicile-travail, balade culturelle, trajet touristique, raccourci futé, parcours-découverte. Un clic au départ. Un clic à l’arrivée. Et le nouveau trajet se matérialise, agrémenté, toujours par l’utilisateur, de “balises”. Autrement dit, une série de points d’intérêt et repères qu’il estime utiles, pertinents…: les étapes du trajet, des monuments ou immeubles ayant pour lui une signification… Le parcours sera commenté ou illustré – encore une fois par l’utilisateur – au moyen de commentaires audio ou de contenus visuels.

Toutes les personnes qui voudront voir et expérimenter les parcours créés seront ainsi guidées, de balise en balise, de commentaire en commentaire. Commentaires et géo-contenus s’activeront automatiquement, via repérage GPS, dès que le mobinaute approchera de l’endroit en question.

Une autre fonctionnalité, également à fin d’illustration et d’enrichissement des trajets créés, fera appel à la réalité augmentée. L’utilisateur pourra ainsi braquer son smartphone ou sa tablette sur un point du parcours. Via géolocalisation GPS, l’appli superposera alors les commentaires créés par les auteurs de trajets.

A noter que les trajets créés demeureront la “propriété” de leurs auteurs. Ils auront donc la possibilité de les amender ou de les supprimer.

Trajets et repères privés ou publics

Autre particularité originale de l’appli: le créateur de tout trajet aura la possibilité de le cataloguer “privé” (accessible uniquement à ses “amis” ou des utilisateurs pré-autorisés qui recevront un code d’accès) ou “public” (accessible à tous).

De même, les balises et points d’intérêt insérés dans un parcours pourront être “publics” ou “privés”.

Résultat: même un trajet “public” peut être émaillé de balises publiques ou privées. Dominique Mangiatordi prend un exemple: “Monsieur X désire faire découvrir un petit parcours sympa qu’il a pris l’habitude de suivre quand il était jeune. Certains endroits du parcours n’ont rien de très ou de trop personnel – une école, une église, par exemple. Par contre, il peut très bien estimer que renseigner un bistrot ou un endroit chargé de souvenirs perso est trop privé pour le partager à tous vents. Seuls ses “amis” et contacts autorisés pourront alors visualiser cette balise lorsqu’ils activeront ce trajet dans l’appli.”

Gamifier pour impliquer

Pour encourager les citoyens-usagers à contribuer et enrichir l’appli, une dose de gamification (spécialité du studio Øpp) agrémentera l’appli.

Toutes les contributions (création de trajets, de balises…) permettront aux auteurs de récolter des points. La qualité ou l’intérêt des trajets, par ailleurs, pourront être évalués et cotés par la communauté des utilisateurs. “Les trajets les plus populaires pourraient par exemple permettre de désigner leurs auteurs comme “citoyens d’honneur”, imagine Dominique Mangiatordi.

Après Wallonie en Poche et BetterStreet, Chaudfontaine continue de se doter d’applis participatives…

En coulisses, l’application collectera en effet une série de données: nombre de personnes suivant tel ou tel trajet, informations minimales sur leur “profil” (l’âge par exemple pourrait être révélateur pour juger de l’intérêt d’un parcours ou de l’engouement qu’il suscite ou non). Les informations sur la fréquence d’utilisation serviront aussi pour “encourager les auteurs à en créer d’autres”.

Le marché public, pour la réalisation de l’appli, devrait être lancé d’ici la fin de l’année. La commune mettra l’année 2020 à profit pour numériser les informations disponibles mais aussi pour créer de nouveaux itinéraires, continuer d’aménager des “voies douces” ou de nouveaux tronçons reliant les différents villages des deux entités.

“Une réflexion sera également menée afin d’intégrer l’appli à nos propres services”, souligne Valentine Defraigne. Notamment pour les travaux d’aménagement ou d’entretien.

Cela pourrait faire l’objet d’une évolution ultérieure de l’appli. Elle pense notamment à utiliser l’appli pour signaler des sentiers qui nécessiteraient d’être mieux entretenus ou des problèmes liés à l’environnement, à l’état des infrastructures. Mais pas question, souligne Dominique Mangiatordi, de développer ces fonctionnalités. L’idée serait plutôt d’intégrer Fais tes Balises avec la solution BetterStreet qui est justement dédiée à ce genre d’utilisation de surveillance et amendement de l’espace public grâce aux contributions citoyennes…

A noter par ailleurs que la commune de Chaudfontaine compte mettre à disposition de ses habitants, dès cette année, une plate-forme de participation citoyenne, associée notamment au lancement d’un budget participatif.

Partager

Laisser un commentaire