Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Calculus propose aux communes de bien calculer les affluences en période de déconfinement

Pratique
Par · 16/06/2020
Partager

Au début de l’année, la société Calculus, créée en 2017 à Zutendaal (près de Hasselt), créait une petite antenne en Wallonie, afin de se rapprocher de ses clients potentiels de ce côté-ci de la frontière linguistique.

Spécialisée dans les solutions “Internet des Objets” (IoT) au service de multiples finalités – depuis le comptage de foule ou d’affluence jusqu’à la télé-surveillance énergétique (festivals, villages de vacances, stations de car wash…) en passant par la gestion de chantiers -, elle a récemment saisi l’opportunité du déconfinement progressif “post-corona” pour proposer sa solution de comptage et de gestion d’affluence dans les lieux publics (places, parcs, marchés, rues commerçantes…) aux autorités locales.

L’idée est de permettre par exemple à une ville ou à une commune d’informer les citoyens, visiteurs, touristes, consommateurs… sur la possibilité qu’il y a ou non pour eux, à chaque instant, d’accéder à un lieu en respectant les mesures de non surpopulation. L’information est diffusée en temps réel et est systématiquement réactualisée par divers “canaux”: le site Internet d’une commune, par exemple, mais aussi la signalétique sur le terrain (panneau d’affichage, borne d’information…), placée par exemple à l’entrée d’un parking, à l’entrée d’une rue commerçante… A la demande, la société peut y greffer un système de notification et d’alerte automatique, par exemple vers la police ou un service de stewards de sécurité. 

Une dizaine de communes flamandes se sont déjà dites intéressées. Deux ont même déjà déployé une solution de comptage. A savoir: Ostende et Bokrijk.

Au-delà du comptage “bête et méchant”

L’une des solutions développées par Calculus, depuis ses débuts, porte sur la collecte d’informations sur la fréquentation d’un site et le signalement d’informations pertinentes à ce sujet à des tiers (par exemple, l’organisateur d’un événement, une administration locale, un service de sécurité…). Parmi les clients de la première heure de la société: le festival TomorrowlLand.

Les problématiques posées par le déconfinement – surveillance d’espace, comptage de personnes pour éviter une affluence posant des risques sanitaires… – correspondent à des besoins sensiblement similaires à des contextes de type concerts ou festivals auxquels Calculus s’était déjà frottée. 

Un tableau de bord visuel, pour mieux comprendre en temps réel le taux de fréquentation d’un site déterminé. Source: Calculus.

Côté collecte de données et comptage, la société s’appuie essentiellement sur l’installation de caméras aptes à générer des statistiques de passage. La société supporte ainsi différents modèles de caméras, plus ou moins sophistiquées, et collabore pour leur installation et l’aménagement général des lieux aux une société partenaire (Total E). A moins, bien entendu, que l’infrastructure n’existe déjà dans l’espace public. Auquel cas, la solution Calculus vient s’y greffer.

“Le but est simplement de compter les personnes, pas de les filmer ou de stocker les images”, souligne-t-on du côté de la société Par contre, compte tenu du degré d’“intelligence” des caméras et de la sophistication des algorithmes, il peut être possible de distinguer adultes et enfants, humains ou chiens…

Les données collectées sont transférées en temps réel vers une passerelle développée par Calculus (fédérant et “interprétant” les différents protocoles utilisés par les capteurs). De là, les données sont centralisées vers la plate-forme de Calculus qui, toujours en temps réel, transforme ces données brutes de comptage en informations pertinentes qui seront publiées par exemple sur un site Internet et sur une signalétique sur site (espace public ou privé).

Ostende, ville-cobaye

Dès la fin du mois d’avril, en prévision du déconfinement, la ville d’Ostende a procédé à de premiers tests de la solution Calculus, l’idée étant de surveiller et d’endiguer (ou canaliser) l’affluence de l’une de ses principales artères commerçantes. Avec aménagement bien spécifique.

Les accès aux petites rues latérales ont été bloqués. Les chalands, visiteurs ou touristes doivent obligatoirement accéder à l’artère par un bout et ressortir par l’autre et l’artère, en raison de sa longueur, a été scindée en trois tronçons. Des portiques avec caméras ont été placés à l’entrée et à la sortie de chaque tronçon.

Une rue commerçante ostendaise très “encadrée”… Source: Calculus.

Les données collectées sont transformées en informations utiles par la plate-forme Calculus qui les injecte dans un tableau de bord qui lui-même alimente deux canaux d’informations. D’une part, le site Internet Ik koop in Oostende. D’autre part, les panneaux installés à l’entrée de chaque tronçon de la rue commerçante.

Ces panneaux annoncent – littéralement – la couleur: du vert pour une affluence fluide, respectueuse des mesures de distanciation ; de l’orange, si le nombre de personnes évoluant dans le tronçon atteint les 60% de capacité (cette capacité ayant été théorisée au préalable) ; du rouge, si l’affluence est trop importante. Interdiction dès lors de s’engager dans ce tronçon – avec une ou plusieurs personnes du service de sécurité faisant barrage.

L’avantage est que le système envoie des notifications aux services chargés de la surveillance, les avertissant lorsque le seuil risque d’être dépassé. Il n’est donc pas nécessaire de poster en permanence des personnes pour gérer les flux.

Côté site Internet, les informations publiées, destinées aux internautes, sont assez génériques, se contentant d’indiquer le degré de fréquentation en temps réel de la rue commerçante. En arrière plan, par contre, les autorités de la ville ont accès à une série d’écrans et statistiques nettement plus détaillés: graphiques illustrant le nombre d’entrées et de sorties de zone, minute par minute, voire par caméra, possibilité de “creuser” telle ou telle donnée chiffrée, visualisation par nombre cumulé de visiteurs ou chalands sur une journée, une semaine…

En coulisses également, la plate-forme Calculus gère les alertes et envois de notification vers différents services ou canaux, selon les préférences de chaque commanditaire. Rien n’empêche donc en théorie que les avis de saturation puissent atterrir directement sur le smartphone d’un visiteur ou chaland. Cela pourrait par exemple se faire si une ville ou commune a adopté une appli civic tech.

Pour le reste, le système de notification peut être organisé en plusieurs scénarios. Par exemple, une alerte A qui serait envoyée via courriel vers un service de police et, en même temps, via SMS au bourgmestre. Et, selon la nature de l’urgence, une alerte B, via courriel ou partage d’écran vers les pompiers…

Aujourd’hui, après un test “grandeur nature”, “couronné de succès”, lors du week-end prolongé de la Pentecôte, la ville d’Ostende envisage d’étendre le dispositif à d’autres zones. Hormis quelques rues commerçantes, l’extension aurait pu également concerner la digue. Calculus était en effet candidate au contrat d’équipement des digues de la côte mais que Westtoer, l’Office du tourisme de Flandre occidentale, lui a préféré Citymesh qui déploiera donc quelques 250 caméras “intelligentes” (comptage) sur les plages belges – en ce compris à Ostende.

Bokrijk: un domaine sous surveillance

Dans les grandes lignes, les canaux de communication qu’utilisent les responsables de Bokrijk pour renseigner le public sur l’accès “covid” au domaine provincial et notamment au musée à ciel ouvert sont assez similaires à ce qu’Ostende a mis en oeuvre. A savoir, informations via le site et panneaux signalétiques sur le terrain. Le tout reposant sur des zones de comptage, via caméras, situées à l’entrée du domaine et sur le site-même du musée.

La signalisation permet d’orienter le flux de visiteurs en les avertissant par exemple que le musée est saturé ou en passe de l’être et en les réorientant dès lors vers d’autres zones du domaine, en attendant que l’accès soit possible.

De l’observation à la prédiction

La solution Calculus, affirme Laurent Verschaeve, n’est pas uniquement déployable pendant la période de déconfinement progressif. Le comptage de personnes demeure bien évidemment une application qui peut être intéressante, pour différentes finalités, quelles que soient les circonstances. Pour fidéliser ses clients, la société leur fait par exemple miroiter une utilisation plus prédictive de la solution de comptage et de suivi d’affluence.

Sur base des données qui auront été collectées au fil du temps (et, potentiellement, par croisement avec d’autres gisements de données), la société est en mesure de dégager des tendances de fréquentation, en fonction de la période de la journée ou de la semaine, l’influence d’un événement externe (activité culturelle, sportive, manifestation, grève…). Autre facteur avec lequel croiser les données de fréquentation: les conditions météo.

Grâce à des algorithmes, on peut en arriver à prédire les chiffres de fréquentation d’un lieu déterminé en fonction de la température, des conditions climatiques. Ou encore – autre cas d’application -, simuler ce qu’un aménagement du territoire ou de l’espace public par une commune peut avoir sur la circulation dans ses artères commerçantes.

Le clé, bien entendu, réside dans le volume de données collectées et le temps d’apprentissage de l’algorithme…

Partager

Laisser un commentaire