Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

L’AViQ jette les bases de services et décisions géo-pilotées

Pratique
Par · 09/06/2021
Partager

AViQ-on-Map est le nom qu’a donné l’AViQ à un projet de plate-forme Web cartographique interactive, dont les bases fonctionnelles ont été développées, ces derniers mois, par la société Quadratic à l’occasion du “GeoChallenge” qu’avait organisé le SPW de Wallonie.

Ce concours de projets (voir encadre ci-dessous) avait pour but de faire imaginer des solutions qui exploitent pleinement les données que détient ou dont est responsable le SPW – dans des domaines fort divers: culture, patrimoine, urbanisme, gestion du territoire…

“Nous avions déjà depuis un certain temps l’intention de développer une sorte de mini-portail qui ferait en quelque sorte fonction de relais vers le Géoportail wallon”, explique Pascal Delvaux, expert à la direction de la Recherche de la Statistique et de la Veille des Politiques. 

Jusqu’ici, nous utilisions certes déjà des données cartographiques, en l’occurrence celles du Géoportail, mais uniquement à usage interne, pour les besoins des collaborateurs de l’AViQ. Et en étant conscients que ce que nous procurait le Géoportail était limité.

Lorsque le SPW nous a contacté pour déterminer si cela nous intéressait de proposer et de porter un projet dans le cadre du GeoChallenge, nous y avons vu l’occasion de répondre à nos besoins en communications vers le monde extérieur.”

GeoChallenge

Sorte de hackathon au long cours, le GeoChallenge était en fait un appel à projets lancé par le SPW Wallonie avec, à la clé, quatre enveloppes de 15.000 euros devant financer le développement de solutions novatrices à finalité publique exploitant les informations géographiques locales. Quatre thèmes avaient été proposés: soutien à l’implantation et à la vie des entreprises ; patrimoine (ces deux projets devant servir à un large public) ; mobilité (destinataire du projet: le SPW lui-même) ; qualité de vie (destinataire: l’AViQ) 

41 sociétés ou développeurs se sont portés candidats. Onze ont été présélectionnés. Après évaluation des propositions par un jury, quatre lauréats ont été désignés:
– Quadratic pour le projet “qualité de vie” (AViQ)
– Groupe One, pour le “soutien aux entreprises”: projet de développement d’écosystèmes alimentaires durables
  FlagWorlds pour le projet environnement/patrimoine: application mobile GeoQuizz qui allie geocaching et quiz pour la découverte du patrimoine – naturel et culturel – de Wallonie ; 20 quiz concernant 20 communes sont déjà disponibles
– DataVillage, pour le thème mobilité: solution d’optimisation des déplacements pour les agents du SPW dans une optique de mobilité durable, avec recommandation de solutions de mobilité alternative sur base de et par rapport à leurs habitudes actuelles de déplacement et leurs données occupationnelles (fonctions, activités professionnelles au quotidien…).

L’occasion donc de viser une utilisation de données plus diversifiées, venant de nouvelles sources, qui serviraient à procurer des services et informations à des cibles, elles aussi, plus nombreuses: collaborateurs de l’AViQ, citoyens, autorités, cabinets ministériels, conseil général en charge de la stratégie et de la prospective…

“Aux termes du décret “InfraSIG” [infrastructure wallonne d’information géographique] datant de 2013, transposant la directive européenne Inspire, nous sommes d’ailleurs tenus de publier en ligne des données à caractères géographique. Et c’était déjà le cas, dans une certaine mesure, pour des informations ayant trait aux maisons de repos, aux centres d’accueil pour personnes âgées, aux hôpitaux…”

Le GeoChallenge, avec la possibilité de voir un budget de 15.000 euros alloué au développement d’une solution, fut donc considéré comme une opportunité de “jeter les bases d’un outil de communication géomatique tous publics”.

Informations “à la carte”

L’objectif de la solution future, basée sur le socle [prototype fonctionnel] développé par Quadratic (architecture, processus, interfaces…), sera une plate-forme cartographique interactive apte à fournir en temps réel, sur base de requêtes et d’opérations de simulations, des informations sur des services existants ou sur les paramètres à prendre en considération pour certaines décisions. Des exemples?

– aide à la décision pour le choix d’implantation d’une nouvelle maison de repos, en tenant compte par exemple des contraintes architecturales locales, de la présence à proximité de commerces et de transports publics
– recherche géoréférencée de l’existence d’un centre d’accueil pour personnes handicapées dans tel rayon géographique
– choix d’une maison de repos en fonction de la desserte en transports publics (y compris proximité d’arrêts de bus, temps de déplacement…)
– repérage de lieux ou d’éléments environnementaux pouvant constituer un danger pour une personne désorientée (par exemple, une personne souffrant de la maladie d’Alzheimer pour laquelle un service d’aide à domicile est organisé) – exemple: un bois à proximité de son domicile où il risque de s’égarer…

 

“Recontextualiser les données de l’AViQ en les croisant avec des open data et permettre de rechercher, visualiser et, le cas échéant, modifier des données liées aux matières gérées par l’AViQ.”

 

Un premier pas

Vous l’aurez relevé en lisant l’expression utilisée par Pascal Delvaux (““jeter les bases d’un outil de communication géomatique tous publics”), la solution qui a ainsi été développée par Quadratic (société retenue parmi les autres candidats ayant rentré un dossier) n’est qu’un premier pas, la première étape vers une solution géomatique grand public que l’AViQ espère mettre à disposition d’ici 12 à 18 mois.

Le chemin est en effet encore long. Notamment parce que la solution développée l’a été en open source (stack incluant notamment PostgreSQL, PostGIS, Python, GeoDjango, OpenLayers, GDAL/OGR…) et parce que l’infrastructure et les solutions de l’AViQ sont… propriétaires (du Microsoft et des outils SIG propriétaires). Il faudra donc intégrer.

Ce que Quadratic a développé porte essentiellement sur l’architecture et les processus de collecte, d’agrégation, d’éventuelle transformation et de mise à disposition des données, y compris un outil de visualisation.

Reste à ajouter notamment des processus et solutions d’analyse, voire de segmentation et de manipulation des données à fin de décisions.

“La solution qu’a développée Quadratic – solution fonctionnelle mais non encore mise en production – porte sur les interfaces vers les bases de données, l’orchestration des flux de données venant de ces autres bases (Géoportail, bases de données fédérales, régionales, informations venant d’opérateurs de transports publics, d’acteurs privés…). Plusieurs couches de données ont en outre été conçues, représentant les différents opérateurs de services à la personne qui sont du ressort de l’AViQ ou dont nous aurons à tenir compte pour les services à prester: maisons de repos, services de santé mentale, services de soins à domicile, services de soins palliatifs… S’y ajoute encore un potentiel d’intégration d’outils d’analyse.”

 

Renato Primavera (Quadratic): “Le démonstrateur réalisé a permis d’identifier une série de besoins géomatiques de l’institution. Nous avons développé un front end, avec carte interactive et modules de base permettant d’afficher des couches de données thématiques de l’AViQ, croisées ou non avec d’autres couches venant par exemple du Géoportail ; un back end avec modules de recherche et de géo-traitement spécifiques ; de l’analyse des jeux de données “santé”, hétéroclites et déstructurées, en vue d’élaborer un modèle unique, centralisé…”

 

En raison de la crise du Covid et des services supplémentaires que l’AViQ a ainsi été appelée à fournir, Quadratic a déjà intégré à la plate-forme un outil d’analyse géospatiale, permettant à l’AViQ de fournir (par exemple aux autorités fédérales) des informations concrètes sur les secteurs statistiques sous sa responsabilité. Informations par exemple sur le taux d’occurrence de contaminations par le Covid par territoire, sur la vaccination, les résultats de tracking

“Cet outil”, souligne Pascal Delvaux, “est le prélude à la construction analytique plus évoluée qui sera développée plus tard”. Potentiel qui sera l’oeuvre d’un prestataire choisi à l’issue de l’incontournable marché public à passer. 

Pascal Delvaux ne s’avance pas à préciser l’agenda pour le lancement de ce marché public et la réalisation de la plate-forme pleinement opérationnelle. “Nous restons en contact avec Quadratic, qui termine les éléments rentrant dans le cadre du projet tel que défini lors du GeoChallenge. La crise sanitaire a quelque peu ralenti certaines choses.

Elle monopolise par ailleurs encore toutes les ressources de nos propres équipes informatiques. 

Le contrat de gestion de l’AViQ prévoyait, au départ, une solution géométrique en fin 2022. Nous disposons donc désormais, grâce à Quadratic, des bases fondatrices de cette plate-forme mais il faudra encore l’améliorer. Notre souhait est de respecter l’échéance initiale de la fin 2022.

En principe, dès septembre de cette année, la gestion de la crise Covid devant s’alléger grâce au taux de vaccination, nos ressources humaines devraient pouvoir libérer du temps pour le projet. Avec la possibilité de passer à l’étape d’amélioration des processus développés, de poursuivre le développement et de s’atteler à l’intégration avec notre infrastructure informatique…”

 

Renato Primavera (Quadratic): “La plate-forme doit permettre de gérer deux grands ensembles de données: celles de l’AViQ (liées au bien-être, à la santé et à la qualité de vie) et les données générales, telles celles proposées sur le Géoportail wallon (orthos, infrastructures, éléments de paysages, transports, etc.). Ces deux ensembles de données doivent pouvoir évoluer et la plate-forme doit être suffisamment souple pour permettre d’intégrer facilement de nouvelles données, dans l’un ou l’autre ensemble.”

 

Comment Quadratic voit-il, pour sa part, la suite possible? “Dès que la situation sanitaire laissera à l’AViQ la possibilité de se repencher sur le projet dans de bonnes conditions, il est prévu de brainstormer sur les suites possibles afin de doter l’AViQ d’une plate-forme interactive, d’une “vitrine” pour ses géodonnées, tant pour le grand public que pour les opérateurs ou partenaires de l’AViQ. Et ce, dans le cadre de la vision eSanté du gouvernement wallon”, explique Renato Primavera, patron de Quadratic.

“Au moins trois thématiques devraient être investiguées:
– définir une véritable stratégie de mise en place d’une infrastructure informatique pouvant accueillir des solutions géomatiques telles qu’AViQ-on-Map
– constituer, sur base du modèle de données élaboré durant le GeoChallenge, un premier véritable “référentiel des données AViQuiennes”, centralisé, structuré, et servant de base solide aux fonctionnalités de recherche, traitements et visualisation de la plate-forme AViQ-on-Map
– poursuivre le développement de fonctionnalités avancées sur la plate-forme: recherche, traitements et visualisation”.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?