Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

W.IN.G.: les chiffres, six ans plus tard

Portrait
Par · 13/06/2022
Partager

WING fonds d'investissementPetit tour du côté du fonds d’investissement public W.IN.G qui vient de fêter son sixième anniversaire.

Depuis quelques années déjà, ce fonds a sensiblement fait évoluer son adn. Il avait été constitué à une époque, pas si lointaine, où la première vague de start-ups du numérique peinait souvent à attirer l’intérêt et les financements d’acteurs privés (ne parlons pas de fonds de capital-risque). Les invests, elles, n’avaient pas encore réellement mis le pied à l’étrier du numérique.

Le mot d’ordre du fonds à ses débuts était donc de débloquer des moyens (somme toute modestes) en pre-seed pour amorcer en quelque sorte la pompe, servir de garant ou de rassureur pour des investissements privés.

Pour ces débuts, les dossiers étaient souvent disparates – dans leurs thématiques et, parfois, dans la “valeur” que représentaient les idées. C’était encore le temps où la Belgique francophone se cherchait des premiers de cordée, des projets qui pourraient inspirer d’autres néo-entrepreneurs à se lancer. C’était le temps où le slogan était la créativité (tous azimuts), où les demo days avaient des accents de fiesta et d’ambiance déjantée. Comme pour prouver que c’était fun d’entreprendre. Il fallait allumer le feu, quitte à ce que de nombreuses flammèches s’éteignent faute de consistance.

Six ans plus tard, les choses ont pas mal changé. L’argent privé est nettement plus disponible. Les tours de table se font plus costauds – et répétitifs. Les accélérateurs et incubateurs (publics, privés ou hybrides) ont occupé le terrain.

Chez W.IN.G, la barrière à l’entrée a été rehaussée: si pas d’idée réellement bien construite et/ou étayée par des arguments de choc (l’un des marqueurs idéaux étant l’existence de brevets), si l’équipe manque de compétences complémentaires, mieux vaut s’abstenir. Il y a toujours de “petits” dossiers, des projets “low tech” (voir encadré ci-dessous) mais il y a aussi pas mal de dossiers davantage orientés deep tech et technologies “disruptives”. “Nous avons monté de quelques crans en niveau”, indique Pierre Rion, président de W.IN.G. Et cela se concrétise aussi par l’importance des mises de fonds. Jusqu’à 2,5 millions. Au-delà, le fonds passe la main, par exemple à la SRIW, qui en est l’organe-coupole, pour les tours de table de série B.

Le comité d’investissement a été remanié pour accueillir quelques profils davantage “technologues”. Hasard ou non, ce sont deux femmes: Muriel De Lathouwer (ex-EVS) et Mieke De Ketelaere (directrice IA à l’IMEC). Cette dernière ayant comme avantage de signaler une ouverture de W.IN.G. vers le nord du pays.

Peu d’exits à ce jour mais un bilan positif

Comme vous le lirez dans l’encadré en fin d’article, W.IN.G. ne s’est pas encore dégagé d’un grand nombre de start-ups dans lesquelles il a investi.

pile de pièces, argentLe fonds ne compte que sept exits au compteur – Phasya (rachetée par le suédois Tobii), Pharmaid, Skill Deal, CovEvent, Marker, Look, Faqbot (rachetée par Destiny). Et, souligne Pierre Rion, “il s’agit pour partie de remboursement de prêt d’amorçage, pour partie de revente à des acteurs industriels.”

Exits réussies? Effectuées en dégageant une plus-value? W.IN.G. ne cite pas de chiffre – “les montants sont couverts par la confidentialité” – mais précise toutefois avoir “retrouvé un peu plus que notre mise dans ces dossiers”. Une plus-value donc modérée mais qui n’est pas forcément source de petite ou grande déception: “Ces premières exits ne représentent pas des opérations “emblématiques” pour le W.IN.G qui a pour vocation – à titre principal – d’accompagner les start-ups dans leur croissance vers une taille plus significative.

Nous tirons néanmoins la satisfaction d’avoir concouru au lancement de start-ups qui sont parvenues à pérenniser l’impact de leur innovation dans le cadre d’un partenariat avec des sociétés plus matures.”

Quelques regrets

Malgré la progression enregistrée, Pierre Rion et derrière lui les membres du comité de sélection regrettent qu’il n’y ait pas encore suffisamment de projets s’attaquant à de gros enjeux. “Il n’y a pas beaucoup de dossiers (numériques) industriels. Pas encore de Web3. Peu de blockchain…” 

En termes de thématiques, ce sont les logiciels de gestion qui représentent la catégorie de dossiers la plus fournie, avec 19% du total. Suivis de près par l’IoT (16%). Viennent ensuite les services aux consommateurs (12%) et l’e-santé (10% des dossiers).

 

 

Autre regret, “que l’idée d’une spécialisation des écosystèmes régionaux, qui avait été évoquée du temps où Pierre-Yves Jeholet était encore ministre de l’économie et du numérique en Wallonie, n’ait pas été concrétisée. De même que l’idée de créer un “CRM” wallon, un référentiel que chacun pourrait consulter pour être aiguillé, lui et son dossier, vers la structure pertinente.” Certes le service 1890 a été lancé entre-temps mais ce n’est pas tout à fait la même chose…

Profil des dossiers

Encore de nombreux dossiers en pre-seed avec mise de fonds de 50.000 euros. Moyenne des tickets: 115-120.000 euros.
“Les dossiers à 500.000 euros et plus se comportent sur les doits des deux mais. Ceux à plus de 2,5 millions sur les doigts d’une seule.”
Nombre de dossiers réceptionnés chaque année: une centaine (99 en 2021).
Scores depuis le lancement du fonds (jusqu’à fin 2021): 753 dossiers réceptionnés; 499 analysés; 164 acceptés; 16,9 millions libérés (sur un total engagé de 24,8 millions).
Chiffre intéressant: 570 dossiers introduits étaient portés par des start-ups basées en Région wallonne, 243 en dehors de ses frontières. Classement par province: Bravant wallon: 219 dossiers ; Liège: 158 ; Hainaut: 64 ; Namur: 56 ; Luxembourg: 13.
A ce jour, W.IN.G. a donc investi (ou promis d’investir) environ 20 millions d’euros, alors que l’enveloppe dont il dispose est de 60 millions. De quoi encore voir venir et soutenir nombre de projets…
Nombre d’exits: 7, sur un total de 77 sociétés financées. 17 dossiers en portefeuille ont abouti à une faillite ou à un abandon de créance.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?