Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

“Think Digital Ecosystems”: un petit benchmark des grands hubs numériques mondiaux – “ingrédient” humain inclus

Hors-cadre
Par · 26/08/2019
Partager

Véronique Boudaud publie, sur Amazon, un livre consacré aux “écosystèmes numériques”.

Cet opuscule, intitulé Think Digital Ecosystems – 9 questions to build the future of your business, est le fruit – une sorte de synthèse – de ses activités et pérégrinations professionnelles au fil des ans.

Véronique Boudaud a tout d’abord occupé des postes à responsabilité (en ce compris à l’international) pour de grandes sociétés américaines – Apple, Lotus (avant et après son rachat par IBM) et Cisco. Elle a ensuite fait “pivoter” sa carrière pour s’intéresser aux start-ups numériques. A la fois consultante, mentor, à l’occasion business angel, elle s’est embarquée pendant deux ans dans ce qu’elle appelle son “tour du monde digital”, tirant parti de son expérience et de ses contacts internationaux antérieurs pour s’en aller dénicher des talents, jouer les entremetteuses en business development et prodiguer des conseils un peu partout dans le monde.

Ce “digitour” l’a essentiellement menée dans les principaux “hubs numériques” de la planète – Silicon Valley, Singapour, Sud-Est asiatique, Europe.

D’où cette idée de réunir dans un petit ouvrage constats, conseils et réflexions, de mettre en exergue les points communs mais aussi les caractères distinctifs de ces “écosystèmes” prolifiques.

“Mon livre”, explique-t-elle, “s’adresse à deux types d’audience internationale:

  • des créateurs de start-ups et acteurs des écosystèmes numériques qui souhaitent comparer, réfléchir sur le fonctionnement des écosystèmes numériques
  • les managers IT, marketing, innovation, à la recherche de nouvelles façons de penser, d’innover.

Mon objectif est d’illustrer pourquoi il est important de penser en termes d’écosystèmes, de les cartographier, de les animer, de les créer et de les transformer.”

Au-delà des mécanismes, leviers, méthodes, elle tend par ailleurs à démontrer toute l’importance du facteur humain. Car, si le numérique provoque de profonds bouleversements dans de maints secteurs, la technologie à elle seule ne peut tout expliquer – ou résoudre. “This is an investigation about the heart of the transformation, [about] the humans that make it happen”, écrit-elle.

“Even with AI, bots and chatbots, humans are at the center of these major changes. […] Why does a digital ecosystem flourish in some countries, some cities? What are the ingredients of the secret sauce? What is missing to make a digital ecosystem fully virtuous, economically sustainable and spreading into the economy of tomorrow?”

Que cherche à démontrer Véronique Boudaud dans son livre?

D’une part, que tous les acteurs de ces “écosystèmes” numériques (les “core builders”, “knowledge feeders”, “money feeders”, “shapers”, “visionaries”, “activists”, “influencers”), où qu’ils se situent dans le monde, partagent un certain nombre de règles et de valeurs communes et relèvent des défis communs.

Mais d’autre part, que chacun de ces écosystèmes présente des particularités, attribuables à l’histoire locale, à la culture ambiante, au contexte économique actuel.

Véronique Boudaud : “Un même individu peut appartenir simultanément à plusieurs écosystèmes numériques, jouer différents rôles – fournisseur de service, acheteur, influenceur, créateur de connaissance… -, appartenir à différentes “tribus”. Il est donc nécessaire, pour chacun, d’apprendre à évoluer efficacement dans chacune d’elles.”

Le livre passe en revue une série de leviers et de caractéristiques du monde numérico-économique actuel, mêlant “helicopter view’ et exemples-lorgnette d’expériences vécues par l’auteure. L’une des ses particularités du livre? Faire s’entrechoquer la manière dont les différentes “cultures” (californienne, sud-est asiatique, indienne, européenne…) voient et prennent à bras-le-corps – ou non – certaines problématiques.

Un exemple parmi d’autres? “Young generations of the new middle class of emerging countries and China imprint their optimism and faith in the digital transformation. They will embrace change prioritising its benefits before protecting themselves from the potential consequences. They have socially less to lose than young Europeans alerted by their parents who see a lifestyle disappearing.”

Les “talents”, l’Europe, les femmes

Un chapitre du livre est consacré à la “guerre des talents”, sous l’angle des potentiels d’attraction, de rétention et de valorisation qu’ont ou non les différents écosystèmes numériques à travers le monde en termes de ressources humaines et de connaissances.

Sans forcément apporter de réponse définitive, l’auteure tente d’apporter des éléments de réponse à la question suivante: qui de la Silicon Valley, du Sud-Est asiatique, de l’Inde, de l’Europe… a les meilleures cartes en main? Et, dès lors, “certains écosystèmes numériques deviendront-ils à terme de simples satellites alimentant les principaux hubs?”

Un chapitre entier est consacré à l’Europe (“Will Europe serve or shine?”). Quels sont ses atouts? Dispose-t-elle d’une “unique value proposition”, d’arguments différenciateurs? Quels ses points forts et ses points faibles? “Ayant perdu la bataille du search et de l’accès aux données, ce n’est qu’en créant de la valeur par l’innovation que l’Europe peut espérer garder une place importante autour de la table.”

Mais il n’y a pas de diagnostic unique, “universel”, pour l’Europe. Certains pays font figure d’exceptions potentielles. Le livre s’attarde par exemple plus longuement sur la situation et les perspectives des pays scandinaves et de l’Allemagne.

Autre chapitre que nous pointerons, celui dédié aux femmes et à leur rôle dans l’économie et les écosystèmes numériques. Venant d’une auteure, ce chapitre était une évidence… 

Think Digital Ecosystems – 9 questions to build the future of your business a été publié sur Amazon.

 

Partager

Laisser un commentaire