Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Sites Internet belges: une belle santé trompeuse?

Hors-cadre
Par · 06/09/2017
Partager

métiers du Web, économie numériqueUne étude du paysage belge des sites Internet (transactionnels ou non), effectuée par Email-Brokers, société proposant des services de gestion de bases de données et de marketing interactif, vient confirmer certains constats posés par d’autres études (AdN, UCM, Comeos…) qui avaient déjà été effectuées sur des échantillons parfois plus restreints ou sectoriels.

Que retenir, du côté francophone, du “baromètre” concocté par Email-Brokers?

La société annonce avoir dénombré 51.990 url de sites e-commerce (transactionnels ou non) belges, dont 31.127 en Flandre, 14.187 en Wallonie et environ 4.738 à Bruxelles.

Bonne nouvelle toutefois, la partie francophone du pays a amorcé un mouvement de rattrapage, l’augmentation du nombre d’url répertoriés ces 5 dernières années y étant sensiblement plus forte qu’au Nord du pays. Voici 3 ans, le nombre d’url listés en Wallonie était encore de 10.053.

Le rythme varie toutefois d’une province à l’autre:

  • Liège: augmentation d’un bon millier en 3 ans pour atteindre 4.455 unités
  • Namur: score plus que doublé : 849 en 2014 et 1.943 en 2017, alors qu’on notait une quasi stagnation entre 2012 et 2014
  • Brabant wallon: joli bond en avant avec un quasi-doublement, passant de 1.953 en 2014 à 3.758 en 2017
  • Luxembourg: légère progression, avec un score qui passe de 873 sites en 2012 (époque à laquelle cette province était donc à quasi égalité avec celle de Namur) à 1.164 en 2017 (progression donc plus modeste que sa voisine du nord)
  • de manière étonnante – et sans qu’Email-Brokers n’apporte d’explication (ou alors il y a un “bug” dans ses chiffres) -, le nombre de sites hennuyers serait en recul ; après avoir enregistré une belle progression entre 2012 et 2014 (de 1.525 à 2.967), il y aurait soudain eu une chute de 100 unités.

Trop repliés sur soi

Si les sites Internet e-commerce wallons se font plus nombreux, ils pèchent encore, dans leur majorité, par un manque de bilinguisme (ou multilinguisme) et donc, d’ouverture ou d’attraction de visiteurs et marchés adjacents. 162.192 sites professionnels francophones sont exclusivement unilingues – et il ne semble pas y avoir de réveil, en la matière – alors que seulement 8.279 sites flamands se contentent d’exister dans la langue de Vondel.

Nombre de sites bilingues français/néerlandais répertoriés: 224.224 (sur un total belge de 894.612 url répertoriés).

Nombre de sites trilingues (l’anglais étant venu s’y ajouter): 130.471.

Autres petites statistiques intéressantes…

Pas si .be que cela… Si la majorité des sites ont choisi un nom de domaine en .be (plus de deux-tiers), il n’est pas anodin de relever que la majorité des url de sites d’e-commerce “immatriculés” .be ne sont en fait pas… belges. Sur un total de 102.000 sites (certaines sociétés disposent évidemment de plusieurs url), quelque 52.000 sont en effet la propriété de sociétés étrangères. Et, en la matière, il semble que notre petit pays face littéralement figure d’aimant pour les Hollandais. “93% des sites .be non belges sont le fait de sociétés néerlandaises. Et la progression est impressionnante, de l’ordre de 50% par an”, déclare William Vande Wiele, patron d’Email-Brokers.

L’inquiétude devrait naître dans bien des esprits face à cette invasion, d’autant plus qu’“au moins 70% de ces 52.000 sites sont de type transactionnel”.

La carte des concentrations géographiques de sites Internet, selon Email-Brokers

Socialisons ailleurs. Les entrepreneurs, qu’ils soient patrons d’une société ou d’un site e-commerce, semblent déplacer de plus en plus les “conversations” avec leurs clients vers les réseaux sociaux, au détriment de forums ou de blogs qu’ils créeraient et géreraient en propre. Le nombre de forums et blogs intégrés aux sites (certes, ils étaient très largement minoritaires – 9% du total en 2015) a chuté de près de la moitié en l’espace de 3 ans.

Au total, 31,83% des sociétés répertoriées seraient désormais présentes sur les réseaux sociaux.

Un paysage très pro. Alors que le nombre total d’url répertoriés a augmenté de 30% en 5 ans, on constate que la majorité d’entre eux (533.166) correspondent à des sites professionnels.

Les sites belges toujours allergiques au mobile. Seulement 13% des sites répertoriés par Email-Brokers sont “mobile friendly”. “Nettement trop peu au vu des comportements actuels des internautes et consommateurs”, souligne William Vande Wiele.

Partager