Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Scale-ups: les petites recettes de ceux qui l’ont vécu…

Hors-cadre
Par · 29/11/2017
Partager

Rocket Internet fusée financementLa croissance? Un chemin semé d’embûches et de défis à relever. Mais au bout de l’effort, il y a, en principe, une société qui en sortira non seulement plus grande mais plus forte. En substance, c’est là l’un des messages qu’ont voulu faire passer divers intervenants de la soirée “From Start Up to Scale Up” qu’avait récemment organisée le fonds d’investissement WING.

Comment et pourquoi une jeune pousse réussit-elle à s’engager dans l’escalier de la croissance? A quel rythme? Selon quelles priorités et contraintes?

Pas de pilule ou formule magique à proposer en réponse à ces questions, chaque parcours de croissance étant différent. Ce qui n’empêche pas les conseils de ceux “qui sont passés par là” d’être pertinents et sources potentielles d’inspiration…

La soirée “From Start Up to Scale Up” a ainsi permis à deux “pépites” locales de venir témoigner de leur expérience personnelle. Les petits conseils diffusés par Fabien Pinckaers, fondateur et patron d’Odoo (ex-OpenERP), et par Grégory Culpin, directeur commercial d’Elium (ex-Knowledge Plaza), sont parfois allés à contre-courant de ce qu’on attend parfois dans la bouche d’observateurs, experts et autres coachs. 

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

____________________

Odoo, croissance XXL

A l’aune belge en tout cas, Odoo (ex-OpenERP) a cassé bien des codes. Sa croissance, à certains moments, fut vertigineuse. Pas en termes de revenus mais de nombre de téléchargements de sa solution, de désignation de partenaires et développeurs tiers…

Aux alentours de 2010, elle a par exemple fait le forcing pour augmenter le nombre de pays couverts, via désignation d’intégrateurs: “de 7 à 8 nouveaux pays, certains mois”.

Côté catalogue de (micro-)applications, elle annonce 11.000 réalisations à son compteur “contre seulement 6,500 pour Salesforce qui est pourtant le n° 2 du marché”.

Mais le rythme auquel la société a brûlé du cash et ses réserves (financements octroyés) a, lui aussi, été impressionnant par moment: “voici 2 ou 3 ans, nous perdions jusqu’à 450.000 euros par mois. Maintenant, on parle pratiquement des mêmes chiffres mais en cashflow positif mensuel.”

Autre paramètre inhabituel? Odoo est passée de 1 à 100 personnes entièrement sur fonds propres. Retour au texte ]

Partager

Laisser un commentaire