Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Interface3 Namur apporte sa petite contribution au “green IT”

Hors-cadre
Par · 06/01/2020
Partager

Joindre l’utile (la techno IT) à la conscientisation (l’éco-responsable). Tel était en quelque sorte le principe et le but de la formation Récup’ et TIC organisée pendant cinq semaines, fin 2019, par Interface3 Namur, centre de réinsertion socio-professionnelle et de formation à l’ICT pour tous (demandeurs d’emploi, seniors, personnes en décrochage…).

La formation visait à inculquer à une dizaine d’apprenants des compétences classiques (montage et réparation d’ordinateurs et dispositifs mobiles, installation de systèmes d’exploitation, configuration de réseau pour petites structures…) mais aussi de nouveaux savoirs orientés réutilisation, récupération, reconditionnement d’équipements (serveurs, PC, smartphones, tablettes…).

Neuf personnes  – six hommes et trois femmes – en reconversion professionnelle ou en situation d’apprentissage “à blanc”, venues de divers horizons, ont ainsi été formées. C’est sans doute une “cohorte” bien modeste mais, comme on le verra plus loin, l’asbl Interface3 Namur espère pouvoir reconduire l’expérience dans un futur toutefois encore indécis.

Outre une découverte et un apprentissage des enjeux environnementaux de l’IT et de son usage, les apprenants ont également participé activement aux “Mercredis du numérique responsable” qui étaient ouverts à un large public.

Objectif de ces “Mercredis”: informer, conscientiser et pousser le citoyen lambda à l’action “sobriété numérique” par le biais de petits ateliers de réparation, par la découverte de petits trucs et bonnes pratiques pour consommer “responsable”… Le public touché fut bigarré, incluant des jeunes, des parents, des seniors, des chercheurs d’emploi…

Au total, 106 ordinateurs ou tablettes, confiés par des particuliers ou des ONG, sont passés entre les mains des apprenants. Ils en ont reconditionné voire reconstruit une quarantaine, qui ont été distribués à des personnes démunies en recherche d’emploi ou à des associations.

Des témoins “numérico-responsables”?

Outre l’apprentissage de compétences techniques et l’appropriation de gestes de “sobriété numérique”, les cinq semaines de formation Récup’ et TIC et les séances du mercredi ont également souvent été pour les neuf stagiaires l’occasion d’une prise de conscience – sur les dérives de la surconsommation numérique, son impact sur l’environnement (de la production à la fin de vie) et les implications sociales que cela peut avoir sur des populations souvent bien loin de chez nous – celles qui extraient les terres rares ou retraitent dans des conditions plus que douteuses les déchets dont nous ne voulons plus.

Parce que Noël approchait, les neuf apprenants de la formation Récup’ & TIC ont construit ce petit techno-arbre de Noël avec des pièces d’ordinateurs déclassés…

A quoi les neuf stagiaires formés destinent-ils ou destinent-elles leurs compétences “green IT” toute neuves? Les réponses sont variées mais marquées d’un fil rouge.

L’un des apprenants, qui venait du secteur de la réparation de téléviseurs, veut réorienter ses activités vers l’informatique et le numérique, éventuellement dans le cadre d’une société. Sa formation lui permet d’ajouter une ligne qu’il estime très utile sur son CV…

Un autre ambitionne de lancer sa propre société de reconditionnement d’équipements numériques. Une autre encore imagine davantage la piste des Repair Cafés. “Je voulais compléter ma formation et j’avais besoin de pratique. Je vais sans doute chercher à être active au sein d’un Repair Café ou d’une association avant de décider de ce que je veux réellement faire avec mes nouvelles compétences en éco-conception et en utilisation raisonnable du numérique.”

L’un des apprenants espère pouvoir porter la “bonne parole” au sein d’une entreprise. “Dans un monde idéal, je me verrais bien être coach ou consultant en green IT. Et dans un monde encore plus idéal, oeuvrer réellement à l’économie sociale et circulaire.”

Un “one shot” ou le début de quelque chose?

L’action de formation Récup’ et TIC d’Inteface3 Namur a pu se faire dans le cadre d’un appel à projet lancé et financé par ING. L’asbl namuroise espère bien pouvoir reproduire l’initiative mais devra trouver les moyens et le support nécessaires.

Go for green ITSes responsables, sa directrice Christine Forment en tête, vont devoir reprendre leur bâton de pèlerin, aller sonner à quelques portes. Un contact préliminaire a par exemple été pris avec l’AdN mais rien, dans les thématiques et les actions qui lui sont conférées, ne correspond encore à une action ou promotion active du “green IT”. Même si le thème de l’économie circulaire est l’un des axes forts du nouveau gouvernement wallon…

Dans l’immédiat, Interface3 Namur ne dispose pas des ressources financières pour lancer une nouvelle série de formations et d’ateliers participatifs. L’espace manque par ailleurs pour stocker du matériel à reconditionner. Il faudrait donc pouvoir trouver un partenaire qui soit équipé pour endosser ce rôle.

En filigrane des échanges de la journée de clôture de Récup’ et TIC se dégageait aussi un message: évitons l’éparpillement des initiatives visant au “recyclage IT” qui brouille le paysage (à qui s’adresser?) et essayons d’apporter davantage de transparence sur la finalité qui est réservée aux équipements récoltés. Sans parler d’une certaine concurrence qui se joue entre ces initiatives – Recupel, Oxfam, Les Petits Riens… 

Il y a sans nul doute, chez les particuliers, au sein des associations et des entreprises, suffisamment de matériels informatiques et numériques qui attendent une seconde vie ou une réparation. 

Autre message: lutter contre les réflexes (jeter plutôt que de “faire l’effort” de trouver une solution plus verte) et lutter par ailleurs contre les appréhensions (par exemple, la crainte que les reconditionneurs ne mettent la main sur les données qui subsistent sur les équipements).

Quinze recommandations

Quoi qu’il en soit, la prochaine étape, pour Interface3 Namur, consistera à faire parvenir une liste de “Recommandations pour une consommation responsable des biens et services numériques” à l’un ou l’autre cabinet ministériel wallon. Les édiles de la Ville de Namur, eux aussi, en recevront un exemplaire.

Les 15 recommandations formulées portent sur la mise en oeuvre de mesures de sensibilisation de la population et des entreprises mais aussi sur la prise d’actions devant favoriser une approche plus “frugale” de l’utilisation des équipements et ressources numériques.

Certaines de ces recommandations ont une dimension locale, d’autres ne peuvent espérer aboutir que si une action concertée, transnationale, est mise en oeuvre.

A l’échelon local, l’appel d’Interface3 Namur évoque notamment une législation contre l’obsolescence programmée, l’instauration d’une durée de garantie légale pour les appareils neufs et reconditionnés. L’impact, bien entendu, serait plus important si ce genre d’initiatives étaient prises au niveau européen mais sans doute y a-t-il moyen de jeter quelques bases au niveau régional, voire national.

De même, la notion de sensibilisation et de formation du grand public “dès le plus jeune âge à l’entretien et à la réparation des produits électroniques” est clairement un appel lancé aux décideurs belges – régionaux ou communautaires. La recommandation n° 14 est plus explicite à cet égard: “inclure le “numérique responsable” dans les programmes scolaires – école primaire et cursus en informatique”.

L’asbl en appelle aussi à la création d’un écosystème local opérant en mode économie circulaire ou green deal en “encourageant les partenariats entre les acteurs du reconditionnement et les entreprises, associations ou administrations publiques afin que le reconditionnement devienne la règle plutôt que l’exception.”

D’autres recommandations intéressent sans doute davantage l’échelon transnational. Tel cet appel à “interdire les pratiques marketing qui induisent une surconsommation de biens et de services numériques chez les consommateurs”. Et de citer quelques exemples: “des smartphones à 9 euros, des abonnements numériques avec une télévision gratuite, des publicités qui discréditent l’achat d’occasion…”

Ou encore cette proposition visant à obliger les fabricants “à faciliter la réparabilité des biens qu’ils produisent”. Ne produisant plus grand chose localement, le message vise surtout, à l’évidence, des fabricants venus ou installés ailleurs.

Partager

Laisser un commentaire