Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • How & Why you should register / subscribe?

Innovators under 35: une 3ème finale belge très orientée “data”

Hors-cadre
Par · 14/06/2017
Partager

Ce 20 juin, Bruxelles accueillera sa troisième finale locale du concours Innovators under 35. Pour rappel, ce concours, organisé dans divers pays sus l’égide du MIT Technology Review, vise à récompenser des talents technologiques encore jeunes – entrepreneurs, chercheurs ou un mix des deux – qui se sont récemment distingués par leurs réalisations, projets ou solutions dans des domaines tels que l’éducation, la médecine, la biotechnologie…

Le numérique en est souvent l’un des fils conducteurs, voire la base-même de leur projet. Raison pour laquelle nous nous en faisons l’écho dans Régional-IT.

Cette année, pas moins de 10 jeunes entrepreneurs ou chercheurs ont été retenus par les organisateurs du concours. Parmi eux, très peu de francophones. Il faut vraiment chercher longtemps avant d’en repérer l’un ou l’autre. Nous en avons identifié deux: Julien De Wit et  Malgosia Ratajska.

Planètes et santé

Détenteur d’un diplôme de l’ULg, Julien de Wit poursuit actuellement un post-doctorat au MIT de Boston, au département Earth, Atmospheric & Planetary Sciences.

La NASA a donné un grand retentissement à la découverte du système “Trappist-1”. Ici le poster spécialement créé pour l’occasion…

Spécialisé à l’origine en “data science”, il travaille depuis plusieurs années sur le développement de nouvelles techniques d’analyse permettant de cartographier l’atmosphère d’exoplanètes, d’étudier les interactions, radiatives notamment, entre étoiles et planètes dans des systèmes solaires excentrés, de découvrir les conditions atmosphériques qui y prévalent…

Il fut l’un des “découvreurs” liégeois du système de 7 planètes désormais bien connu sous le nom de… Trappist-1 – seuls des Belges pouvaient imaginer un tel nom de baptême! Mais un nom qui est aussi l’acronyme de TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope.

Désormais, Julien de Wit se concentre sur le développement et la mise en oeuvre d’un réseau de téléscopes qui permettraient de détecter d’autres systèmes similaires. Ces télescopes seront baptisés… Speculoos (Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOl Stars). Leur mission: détecter des planètes telluriques qui éclipsent des étoiles plus petites et plus froides dans le système solaire.

Un appel à financement a été lancé afin de pouvoir produire le premier télescope Speculoos d’ici la fin de l’année. Le projet a reçu le soutien du CER, le Conseil Européen de la Recherche.

Malgosia Ratajska-Grandi est l’auteur d’une appli de santé mobile — Yagram Health — qui a recours à un algorithme pour définir et formuler des recommandations thérapeutiques afin d’améliorer la qualité des soins et la gestion quotidienne de leur santé et de leur parcours de soins par des patients, en dehors de leur visite chez le médecin.

L’appli permet ainsi de créer un nouveau canal d’informations, au quotidien, entre professionnels de la santé et patients et sert de plate-forme pour une série de services personnalisés.

Premier public-cible de l’appli Yagram Health: les femmes enceintes et les jeunes mamans, pour un suivi personnalisé pré- et post-partum.

 

En lice…

Les huit autres “innovateurs de moins de 35 ans” en lice cette année sont (en commençant par ceux dont le projet est teinté d’IT ou de numérique):

** Mohamad Hasan Bahari​ dont la société – Sensifai – développe un logiciel AVSR (automatic video semantic concept recognition) capable de “comprendre” des contenus vidéo et audio. L’API de reconnaissance vidéo en cours de développement pourrait être proposée sous forme SaaS (software as a service).

** Victor Dillard est le directeur opérationnel et financier de Desktop Genetics, une société (basée à Londres) qui se positionne sur le terrain de la médecine personnalisée. Sa solution s’appuie sur l’intelligence artificielle pour concevoir des thérapies personnalisées élaborées sur base de la séquence ADN de chaque patient.

** Vincent Spruyt, “Chief Data Scientist” de la société Sentiance, ​est le concepteur d’une solution d’apprentissage automatique (machine learning) destinée à comprendre, disséquer et même prédire le comportement humain au départ de l’analyse de mégadonnées (big data). Mais un “terreau” de données un peu spécial puisqu’il s’agit de micro-données, parfois peu significatives ou de type métadonnées, collectées par les capteurs intégrés dans nos smartphones (gyroscopes, accéléromètres…). L’analyse automatique de ces données est sensée décrypter nos comportements, habitudes, préférences – que ce soit nos achats, notre façon de conduire, notre santé… Le tout en temps réel.

** Felix Van de Maele a créé la société Collibra voici 8 ans. Spécialisée en gouvernance de données, elle vise à aider les entreprises à mieux exploiter les données dont elles disposent pour renforcer leur compétitivité.

** Samuel Van de Velde, diplômé de l’université de Gand (département Telecommunications and Information Processing), a mis au point une technique de géolocalisation pour espaces intérieurs. Sa société, Pozyx Labs, créée en 2014, développe des solutions de positionnement en intérieur ainsi que d’autres produits destinés au marché GPS.

** Jelle De Smet s’est lancée dans l’innovation pour lentilles de contact, mettant au point des lentilles  “numériques”, de forme sphérique, qui font appel à la technologie LCD (liquid crystal displays) pour s’adapter à différents contextes. Sa société – Eyeco eyeCo – devrait sortir son premier prototype (pour personnes souffrant de presbytie) dans le courant de l’été. Les débuts commerciaux sont prévus pour l’été 2018.

Et les autres, dans des domaines sans lien avec l’IT ou le numérique…

** Bert Conings, de l’université de Hasselt, planche sur le développement d’une nouvelle génération de cellules photovoltaïques basées sur un nouveau type de matériau (du pérovskite) qui devrait rendre ce genre de dispositif plus performant et moins onéreux.

** Damya Laoui travaille au laboratoire d’immunologie cellulaire myéloide de la VUB. Son domaine de recherche: le recours à des cellules dendritiques pour développer de nouvelles immunothérapies anti-cancer.

And the winner will be…

La soirée qui désignera le “Belgian Innovator of the Year” se déroulera mardi prochain 20 juin, à Bruxelles, dans les locaux de BNP Paribas Fortis, partenaire du MIT Technology Review. Le lauréat participera à la grande finale internationale qui, elle, se tiendra à Paris, le 14 septembre.

Partager