Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

IMEC.digimeter: l’“IA pour tous”? Allons-y progressivement…

Hors-cadre
Par · 24/02/2020
Partager

La Wallonie, via l’Agence du Numérique, a ses “Baromètres”, mesurant les taux et modes d’adoption du numérique au niveau des entreprises ou du citoyen lambda. La Flandre a son enquête “Digimeter”. Oeuvre de l’IMEC, centre de Recherche & Innovation dans les domaines de la nano-électronique et des technologies numériques.

Et si nous nous y arrêtons, c’est pour nous arrêter sur le chapitre “Intelligence Artificielle et nouvelle société”, à l’heure où certaines initiatives sont prises, ou sur le point de l’être, en partie francophone du pays, pour à la fois pousser sur l’accélérateur de la sensibilisation et de l’information pour le grand public et  pour aider entreprises et porteurs de projets à mettre le pied à l’étrier.

36 sociétés ont donc été sélectionnées pour ce premier pas vers de possibles projets IA.
30 d’entre elles bénéficieront d’une session de coaching personnalisé.
Les 6 autres auront droit à un chèque entreprise, permettant de co-financer l’intervention d’un consultant.
36, c’est plus que prévu puisque l’on avait au départ parler de 25 sociétés pour une première édition de ce programme organisé dans le cadre du projet DigitalWallonia4ai.
Pour rappel, la deuxième étape est le programme Tremplin-IA, autrement dit l’étape de lu lancement d’un projet en mode proof of concept (POC), destiné à faire émerger des scénarios et cas d’usage, dont d’autres sociétés, dans le même secteur ou dans un autre, pourraient s’inspirer pour les répliquer ou les imiter.

Côté wallon, le premier programme Start IA a ainsi démarré, sélectionnant 36 sociétés qui bénéficieront d’une session de coaching et conseils personnalisés (durée: deux à quatre jours) par un spécialiste en IA en vue de les aider à identifier les opportunités que peut leur apporter l’IA dans le cadre de leurs activités. Voir encadré ci-contre.

Dans les mois à venir, le volet Sensibilisation grand public devrait aussi prendre réellement son envol.

L’occasion donc de voir comment l’IMEC voit et analyse la situation du côté flamand, selon un prisme sensiblement similaire. Que dit le Digimeter 2020?

“L’Intelligence Artificielle est un sujet en vogue. Les pouvoirs publics lancent des initiatives IA ambitieuses afin de placer la Flandre sur la carte du monde tandis que les entreprises prennent résolument le train en marche. Dans le même temps, l’étude digimeter de l’IMEC relève qu’en début de l’intérêt croissant, seulement 18% des Flamands sont totalement convaincus par les perspectives qu’implique l’IA [voir illustration ci-dessous]. Certes, une masse critique a sans doute ainsi été atteinte par la lancer pour se lancer dans l’IA mais il faut encore faire de même avec le reste de la population.”

 

Source: IMEC.digimeter

 

Lieven De Marez, professeur en nouvelles technologies de communications au MICT (groupe de recherche Media & ICT de l’Université de Gand) estime ainsi que “l’introduction de l’IA doit se faire de manière progressive, afin de ne pas effaroucher le citoyen moyen avec des applications IA colifichets dont il ne perçoit pas l’utilité. Il importe avant tout d’informer les gens et de leur expliquer clairement ce que l’IA peut apporter à chacun d’entre nous. Notre sondage révèle que la Flandre n’est pas encore prête pour un déploiement massif de services IA.”

Un exemple de service piloté par l’IA qui n’est pas encore perçu comme réaliste ou utile? Un programme télé qui se concocterait automatiquement sur base des préférences personnelles ou une livraison automatique d’emplettes après analyse toute aussi automatique de ce que le frigo a encore à offrir…

 

Lieven De Marez (Université de Gand): “L’introduction de l’IA doit se faire de manière progressive, afin de ne pas effaroucher le citoyen moyen avec des applications IA colifichets dont il ne perçoit pas l’utilité.”

 

Par contre, les chercheurs de l’IMEC estiment qu’une première étape pourrait être franchie via des applications de maison connectée. Du genre lessiveuses ou thermostats connectés, pour un suivi temps réel des consommations, l’offre de conseils, voire même un fonctionnement automatisé.

Autre constat, en mode recommandation, émis par les auteurs du rapport: “Pour réussir son entrée sur la scène IA, la Flandre doit faire en sorte que décideurs politiques, entreprises et grand public adoptent le même rythme. Sans cela, nous risquons de voir s’installer une rupture entre les “early adopters” et le reste de la Flandre, et de voir ainsi éventuellement l’élan IA s’évaporer.” 

Une réflexion et un conseil qui ne connaissent pas de frontière après tout…

Partager

Laisser un commentaire