Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Enquête Sortlist – Pandémie et réseaux sociaux, cause et effet

Hors-cadre
Par · 24/06/2021
Partager

Comment les jeunes de la génération “Millennials” et leurs aînés du Baby Boom ont-ils “consommé” les réseaux sociaux pendant la pandémie, comment a-t-elle influencé leurs comportements à cet égard? La start-up brabançonne Sortlist s’est livrée à une enquête auprès de quelque 1.000 personnes (500 de moins de 35 ans et 500 de plus de 60 ans) dans cinq pays européens – Belgique, France, Espagne, Pays-Bas et Allemagne.

Qu’en ressort-il, plus particulièrement au niveau des participants belges?

Les générations Z et Millennials ont davantage consommé et utilisé proactivement les réseaux sociaux pendant cette période. Cela n’étonnera personne… Le taux d’engagement moyen (sur les cinq pays concernés) a progressé de 64% ; celui de la production/publication de contenus de 45%.

Leurs aînés (les plus de 60 ans), eux aussi, se sont davantage tournés vers les réseaux sociaux, moyen soudain considéré comme utile, voire essentiel, pour rester en contact (30% de progression). 25% des “baby boomers” ont ainsi fait leurs premiers sur un réseau social depuis le début du premier confinement, voici plus d’un an.

Parmi les réseaux sociaux qui ont le plus profité de ce regain d’engouement: YouTube. Du moins chez les jeunes. Leurs aînés, eux, préfèrent Facebook qui continue donc à “prendre de l’âge”…

La préférence pour YouTube du côté des Millennials n’est pas une surprise si l’on considère que la vidéo avait déjà le vent en poupe et qu’elle offre la possibilité de garder un “semblant de normalité” plus important, par la puissance de l’image. “40% des répondants préfèrent le contenu vidéo en comparaison de tous les autres formats de contenus”. 

Le pourcentage est même un rien supérieur chez nous où 48% des jeunes belges interrogés disent préférer le format vidéo.

 

En observant les résultats sur les cinq pays, Sortlist affirme que “75% des Millennials et de la Génération Z ont trouvé un repère dans le contenu digital”. Repère ou, en tout cas, moyen de garder un minimum de contact – même si les relations inter-personnelles ne furent pas la raison majeure du regain de connexions.

Pour l’essentiel, c’est le divertissement qui fut l’appât, côté jeunes. Une (grosse) exception, remarquable en soi: les jeunes Espagnols, pour qui le lien social semble avoir été la principale motivation. Sortlist estime à cet égard que cela explique l’énorme engouement de la jeune génération espagnole pour WhatsApp (95% d’utilisateurs ibériques).

Les “boomers”, eux, ont davantage vu dans les réseaux sociaux un moyen de lien social, familial…

 

“En France (33%), en Belgique (30%), en Allemagne (38%) et aux Pays-Bas (30%), le divertissement est la principale motivation qui pousse les moins de 35 ans à utiliser les réseaux sociaux.” Le pourcentage est nettement moindre côté espagnol, avec seulement 14%.

Alors tous accros? 

Tous accros? Pas forcément. “32% [32,8% en Belgique] des moins de 35 ans veulent diminuer leur usage des réseaux sociaux”. Chiffre intéressant en soi… Effet surdose sans doute. Mais pas question pour la majorité d’entre eux d’imaginer s’en séparer. 

Seulement 0,81% des jeunes Belges disent avoir pensé quitter les réseaux sociaux. En termes de volume ou temps d’utilisation, 36,8% d’entre eux disent plutôt vouloir maintenir le niveau actuel.

De même, si la majorité des aînés (dans chacun des cinq pays) disent surtout utiliser les réseaux sociaux pour “garder le contact”, que ce soit avec des proches ou avec le monde ou leur communauté plus proche, ils n’en font pas pour autant une religion. Seuls 10% disent leur accorder “une importance capitale”.

Pourquoi les baby boomers belges interrogés ont-ils “consommé” du réseau social pendant la pandémie?

– pour garder le contact et conserver un semblant de vie sociale: 35,15%
– pour demeurer informés: 24,10%
– pour se divertir: 20,65%
– pour apprendre de nouvelles choses: 20,11%

Assez logiquement, les heures que les différentes tranches d’âge ont passé sur les réseaux sociaux ont augmenté. Et les chiffres sont, somme toute, impressionnants.

En Belgique, par exemple, 27% des moins de 35 ans disent avoir passé 4 heures par jour le nez collé à leur(s) réseau(x) – le pluriel est de rigueur puisqu’“en moyenne, un utilisateur Internet est inscrit sur 8 réseaux sociaux différents” (!).

28% y ont consacré de deux à trois heures par jour.

Les baby boomers belges, eux, n’ont pas sacrifié à la mode du réseau-binge: 46% disent y avoir consacré moins d’une heure par jour. 29% sont davantage “ferrés”: de une à deux heures par jour. Il s’en trouve également près de 19% qui en consomment de deux à trois heures par jour.

Source: Sortlist.

 

En quête de lien, de contact, d’interaction – même virtuelle -, les utilisateurs de réseaux sociaux sont devenus plus “engagés”. Au sens de “sont passés à l’action” au lieu d’être de purs consommateurs passifs. Publications, commentaires, “likes”, partages, échanges sur des forums, participation à des concours… L’“engagement” a progressé pour 67% (moyenne des cinq pays) des Millennials et de la Génération Z. En Belgique, le score est de 66%. Ce sont les Espagnols qui furent les plus actifs, affichant un score de 79%.

Côté belge: 45% des moins de 35 ans disent avoir publié plus de contenu.

Et qu’ont-ils surtout publié ou partagé? La thématique la plus fructueuse est… la science (prise au sens large mais à l’évidence influencée par les aspects médicaux). N’empêche que cela vaut d’être relevé dans la mesure où, sans doute depuis longtemps, des contenus “scientifiques” ont ravi le maillot jaune aux contenus loisirs (cinéma, séries…) et aux sports (certes moins présents pour cause de confinement et de distanciation sociale).

On regrettera sans doute que cette catégorie “Sciences” n’ait pas été plus finement analysée et décortiquée par les auteurs de l’étude.

Et on regrettera aussi sans doute que les informations “de société” ne se pointent qu’en quatrième position dans le classement des contenus les plus partagés ou activés. Comme quoi le “lien social” ou l’intérêt pour l’autre, via les réseaux sociaux, a encore des progrès à faire…

Les préférés

Les Millennials et la génération Z “consomment” largement plus du YouTube (89% pour la moyenne des cinq pays considérés) ou du WhatsApp (83%) que du Facebook.

Situation quasi diamétralement opposée du côté des boomers où Facebook l’emporte avec 77%. Deuxième? WhatsApp, avec un très honorable, voire étonnant, 71%. YouTube pointe en troisième position avec 67%.

Classement des plates-formes numériques du côté des baby boomers belges? Par ordre décroissant: Facebook, TouTube, WhatsApp (“ou réseau similaire”), Instagram, Netflix, TikTok, Spotify, Zoom (“ou plate-forme similaire”).

=> Tous les résultats de l’étude Sortlist, pays par pays, peuvent être consultés via ce lien

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?