Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Données territoriales. Les pouvoirs locaux sont-ils le dindon de la farce?

Hors-cadre
Par · 13/11/2019
Partager

Communes, villes, collectivités… Vous avez des données. Vous en produisez? Vous équipez de plus en plus votre territoire pour proposer ou bénéficier de services nouveaux, pour vous-mêmes ou vos citoyens – caméras de comptage dans les parkings publics, capteurs pour le suivi de la qualité de l’air, dispositifs de surveillance de la fluidité de trafic, systèmes d’éclairage “intelligents” pour les espaces publics, etc. etc.

Mais êtes-vous sûr de pouvoir disposer librement de ces données, de ne pas devoir payer deux fois (pour l’infrastructure et l’accès aux données)? Ne vous privez-vous pas de la maîtrise et de la liberté d’imaginer de nouveaux services pour vos citoyens?

La réponse à ces questions risque, dans bien des cas, d’être décevante.

Qui a la main sur les données territoriales?

A chaque événement centré ou évoquant le sujet de la “transformation numérique” du secteur public (administrations, pouvoirs locaux…), un sujet refait surface, avec entêtement. A savoir: la maîtrise des processus mais aussi des échanges et interactions avec le citoyen et celle des données générées par toutes les parties concernées. Et un pan entier des interrogations porte sur l’influence des GAFA(M).

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire