Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

DigitalWallonia4.ai : les attentes et ressenti du jeune écosystème

Hors-cadre
Par · 25/03/2022
Partager

En marge de la Belgian AI Week 2022, qui se tenait du 14 au 18 mars, les responsables du programme DigitalWallonia4.ai avaient, en quelque sorte, réuni les troupes. A tout le moins invité près d’une cinquantaine de représentants de sociétés positionnées sur le terrain de l’IA. Objectif: nouer des relations et favoriser échanges et collaborations potentielles futures entre acteurs de l’’“écosystème” DigitalWallonia4.ai en ce compris le monde de la recherche, les centres de compétences Numeria, le WSL, be.code, et autres acteurs de l’animation économique régionale.

Même si le temps était compté, la réunion fut l’occasion d’un petit sondage à propos de ce que les participants attendent du programme DigitalWallonia4.ai, des différents “animateurs” qui le composent.

Voici quelques-uns des échos récoltés…

Les écueils les plus fréquents rencontrés lors de – ou dans la perspective de – projets IA (la question état formulée en mode choix multiple)

De manière sans doute étonnante – mais également très révélatrice -, le paramètre qui a récolté le plus de réponses (50% du total): “besoin de mieux connaître mes services”. Autant dire que l’évaluation d’opportunité n’a souvent pas encore été faite.

Côté prestataires de services IA, on notera aussi, dans un registre proche, l’impossibilité à “convaincre les clients parce que l’investissement est trop élevé” (ou considéré comme tel…). Près d’un tiers des sociétés présentes ont mentionné cet obstacle.

Autre facteur qui a récolté de nombreuses réponses (40%) : la difficulté à trouver les talents ou compétences nécessaires.

Une proposition de réponse qui avait été formulée en mode clin d’oeil mais qui, apparemment, n’est pas une boutade dans la vie réelle: dans l’assemblée, il s’est trouvé 13% de participants pour estimer que l’une de leurs “préoccupations au quotidien” était… la surabondance de concurrents ! Se bousculerait-on déjà tant que cela en Wallonie ? Les acteurs se marcheraient-ils sur les pieds ? Ou est-ce là le résultat d’une demande encore trop faiblarde, poussant tout le monde à chasser le même client ?

Comment les participants voyaient-ils l’impact des technologies IA au cours des prochaines années? Un nuage de mots vaut mieux qu’un long discours…

 

Et DigitalWallonia4.ai dans tout ça? Quel rôle? Quelle aide en attendent les sociétés et acteurs indépendants de l’IA en Wallonie?

Doit-il jouer le rôle de partenaire, de marche-pied à l’international, d’entremetteur, d’animateur, de soutien aux activités?

Vu la multiplicité des possibles rôles énumérés, les réponses ont été particulièrement disparates. Emergent toutefois: financement (c’est frai que le SPW EER et Innoviris par exemple avaient été mentionnés comme partenaires de l’écosystème…) ; mise en relation ; aide à l’exportation ; cartographie de l’IA (qui est qui, qui fait quoi) ; accompagnement. Et, dans une moindre mesure: visibilité ; réseautage ; mutualisation des compétences via POC communs ; ou encore “support pour contrer les géants”.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?