Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Digital Wallonia 4 AI: des graines à faire germer

Hors-cadre
Par · 18/04/2019
Partager

Suite à l’annonce d’un plan-amorce wallon en matière d’Intelligence Artificielle (relire notre article), nous avons posé quelques questions à l’AdN (Agence du Numérique), chargée de coordonner la stratégie IA de la Wallonie, afin d’y voir plus clair dans les décisions déjà prises ou les pistes dans lesquelles cette future stratégie IA wallonne pourrait s’inscrire.

Nous l’indiquions dans notre précédent article, les modalités d’action et les priorités précises qui seront décidées doivent encore faire l’objet d’une discussion entre les acteurs concernés. Comme nous l’indiquait Christophe Montoisy, l’un des initiateurs du Réseau IA, voici quelques jours, “nous ne savons pas encore quelles méthodes seront utilisées. Cela reste à peaufiner. Pour ce faire, notre comité de pilotage va se réunir pour définir les axes et débloquer les fonds en fonction des actions qui seront décidées.”

Première question: quel sera le rôle de l’AdN, chargée de la coordination du plan alors que le Réseau IA est censé en assurer “la mise en oeuvre opérationnelle“? L’Agence interviendra en support, cherchant à préserver la cohérence des actions entreprises par d’autres acteurs de terrain (dont le Réseau IA) et à “valider ces actions”.

Les 4 axes du plan Digital Wallonia 4 AI initial.

Ce rôle de coordination, précise Pascal Poty, plus particulièrement chargé du dossier au sein de l’AdN, tendra aussi à assurer une cohérence dans les actions au-delà du champ de l’AI, en ce compris donc “avec les autres programmes déjà en cours, comme l’industrie 4.0 par exemple.” D’autant plus, souligne-t-il, qu’il s’agit là d’une matière éminemment transversale.

La note approuvée par le gouvernement annonce, parmi les premiers axes d’actions, l’organisation de formations à destination de deux groupes-cibles: les chercheurs d’emploi et les dirigeants d’entreprise. Qui sera chargé de ces formations?

Pascal Poty (AdN): “L’ensemble des acteurs de la formation qui sont déjà impliqués dans le cadre de la stratégie régionale numérique seront naturellement associés à cet axe de l’initiative DigitalWallonia4.ai

En ce qui concerne plus précisément les dirigeants d’entreprises, une action dédiée est déjà en cours de préparation dans le cadre de la coopération avec la Coalition nationale AI4Belgium via une plate-forme en ligne de type Mooc qui sera alimentée par les premiers cas d’usages provenant des membres du Réseau IA. Ce Mooc sera progressivement enrichi au fil des nouveaux cas d’usages qui naîtront des actions de transformation IA des entreprises dans le cadre de digitalwallonia4.ai.”

Réseau IA: la voix wallonne au chapitre IA

Pascal Poty: “Le Réseau IA est le collectif IA pour la Wallonie. La diversité de ses membres et l’étendue de ses objectifs dépassent de loin le seul cadre du clustering d’entreprises en rassemblant également des acteurs du monde académique et de la recherche, du secteur public ou encore de la société civile.

Dans une perspective nationale, le Réseau IA fait partie des membres fondateurs de la Coalition IA4Belgium aux côtés de Beacon en Flandre et Digityser à Bruxelles. Cette situation met la Wallonie à égalité de traitement avec les autres partenaires de la Coalition et confère naturellement [au Réseau IA] un rôle central aux futures actions qui seront menées en Wallonie.”

Le besoin d’un “plan” IA wallon repose sur le constat qu’il manque encore des “use cases”, des cas d’utilisation et qu’il faut donc convaincre en quelque sorte par l’exemple. Dans quelles mesure l’idée de POC (proof of concept) collectifs formulée par le Réseau IA a-t-elle été retenue? La note approuvée par le gouvernement parle d’“accompagner les entreprises au développement de prototypes” ? Quelle forme précise cela prendra-t-il?

L’objectif est de soutenir et d’accélérer les processus de transformation numérique des entreprises wallonnes. Celles-ci doivent intégrer dans leurs approches métiers des technologies d’IA créatrices de valeur ajoutée et aboutir à la création de produits et de services “augmentés”. Cela passe notamment par l’accompagnement des entreprises au développement de prototypes sous forme de diagnostics de maturité en IA et de proof-of-concept, comme l’a recommandé le Réseau IA. 

Quel genre d’articulation est-elle prévue entre DW4IA et le hub AI 4 Belgium, notamment dans le registre de la création d’un “réseau d’acteurs nationaux et internationaux?  Côté international, la Wallonie a-t-elle des relations, des leviers spécifiques à activer?

L’initiative digitalwallonia4.ai  a été  spécifiquement conçue “en mode natif” avec le programme national en matière d’IA. Cette approche by design va naturellement permettre la visibilité des actions menées dans les quatre axes en Wallonie, tant à l’échelle de la Belgique qu’à l’international.

L’ancrage fort au sein de la coalition nationale est de nature à accélérer les contacts et partenariats entre nos entreprises et les initiatives menées au niveau européen notamment.

Par ailleurs, toujours dans le cadre de la cohérence des actions déjà menées par les différents hubs internationaux en étroite collaboration avec l’Awex, digitalwallonia4.ai va bénéficier de toute la richesse de ce réseau extrêmement dynamique, notamment sur des spots technologiques très actifs sur l’IA aux Etats-Unis, au Canada et en Chine par exemple. L’action coordonnée avec les hubs Digital Wallonia vont jouer un rôle démultiplicateur des actions IA menées en Wallonie. 

Partager