Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Calculer l’impact environnemental des usages IT, de A à Z – Travail de thèse (ULB)

Hors-cadre
Par · 23/04/2021
Partager

Chaque année, la Fondation pour les Générations Futures décerne ses “HERA Awards”, récompensant les thèses et mémoires d’étudiants (niveau master) qui contribuent à “l’émergence d’innovations soutenables et de réponses aux enjeux multiples auxquels devront faire face les générations présentes et futures”. Pouvaient notamment entrer en lice des étudiant(e)s ou jeunes diplômé(e)s en informatique, sciences, ingénierie civile ou industrielle. 

Cette année encore, l’une des catégories dans laquelle “concourraient” une demi-douzaine d’étudiants avait pour thème le “sustainable IT”. Condition sine qua non pour que le travail soumis soit retenu comme candidat potentiel au Prix HERA: “développer une approche systémique du développement durable afin de faire avancer la réflexion et/ou les pratiques liées aux technologies de l’information.”

La définition donnée au concept d’“approche systématique” impliquait que les travaux sélectionnés devaient être les plus holistiques possible en termes de questions de recherche abordées, de données utilisées pour documenter la thèse, de formulation des conclusions et également envisager le duo numérique-développement durable sous l’angle des 4P – planète (environnement), people (social), prospérité et participation.

Pour l’édition 2020-2021, trois lauréats ont été récompensés par le jury. Leurs mémoires couvraient une variété pour le moins intéressante de thématiques (voir encadré pour une brève description des trois mémoires récompensés).

Premier prix

Arthur Sluÿters (ingénieur civil en informatique à l’Ecole polytechnique de l’UCLouvain). “A Framework for engineering gesture-based user interface using the Leap Motion controller”.
Objet de la thèse (qu’il poursuit dans la cadre d’un doctorat): le développement d’un “framework” visant à démocratiser les applications gestuelles (interfaçage machine par le biais de gestes codifiés) et leur développement et la formalisation d’une approche systématique par élicitation de gestes, centrée sur l’utilisateur.

Deuxième prix

Maxime Schurmans (master en ingénierie de gestion à la Solvay Business School, ULB). “La pollution numérique, face cachée de la dématérialisation”
Objet du mémoire: concevoir un calculateur d’impacts environnementaux, provoqués par l’utilisation d’équipements, de solutions et/ou de services numériques ; un calculateur destiné à la fois aux entreprises, aux organisations et aux utilisateurs lambda.

Troisième prix

Raphaël Canvat (faculté de droit et de criminologie de l’UCLouvain). “De l’intelligence artificielle dans la pratique du droit – Réception en droit européen et incidence sur la profession d’avocat et l’éthique”
Problématique plus particulièrement étudiée: l’utilité de l’IA, en respect des règles éthiques et déontologiques, comme outil additionnel pour la gestion des dossiers juridiques et l’automatisation des processus de cabinets d’avocats, plus particulièrement de petits et moyens cabinets.

Dans cet article, nous nous intéressons plus spécifiquement au mémoire de Maxime Schurmans, master en ingénieur de gestion à la Solvay Business School de l’ULB) qui avait choisit le thème de l’empreinte du numérique.

Quelle incidence nos pratiques, nos “consommations” et utilisations (équipements, dispositifs, logiciels, services…), tant privées que professionnelles, individuelles ou collectives, ont-elles sur les ressources naturelles, sur l’environnement, sur la qualité de nos cadres de vie, sur les perspectives de “durabilité”? Et comment mesurer cette incidence, concevoir un outil ou une méthode qui incite les utilisateurs à mieux choisir leurs comportements et leurs solutions?

Titre de son mémoire: “La pollution numérique, face cachée de la dématérialisation”.

Maxime Schurmans y passe en revue et décortique l’impact énergétique (consommation d’électricité, de matières premières, d’eau…) des solutions informatiques et numériques (PC, portables, solutions sur site ou dans le cloud, visionnement de vidéos, utilisation des réseaux sociaux…). Et ce, en analysant et tenant compte de toutes les étapes du cycle de vie d’un bien ou d’un service – depuis sa conception et fabrication jusqu’à sa mise au rebut. 

S’appuyant sur les outils et les méthodes de mesure qui ont déjà été imaginés, il imagine un nouveau type de calculateur dont les entreprises mais aussi les pouvoirs publics, les organismes en tous genres et, en finale, le citoyen lambda (moyennant quelques adaptations en termes de facilité d’utilisation de l’outil imaginé), pourraient se saisir pour évaluer leur propre “empreinte” numérique et, idéalement, agir en conséquence.

La difficulté vient évidemment de la multiplicité des types d’équipements, dispositifs et services. Et de la multiplicité encore plus grande de modalités et finalités d’utilisation qu’on en fait. Sans parler d’un manque de standardisation dans les calculs et paramètres dont on tient compte.

Le calculateur imaginé s’appuie sur six grands paramètres ou “cases” que l’utilisateur peut compléter pour arriver à un diagnostic: lieu géographique où vit ou opère l’utilisateur, type d’appareil utilisé, type de connexion, usage précis ou action effectuée, volonté de recyclage ou non, durée d’utilisation du produit ou service dans le temps.

“Pousser à la sobriété”

L’intention de Maxime Schurmans, en élaborant ce calculateur, n’est pas simplement de fournir un “traceur”, qui pourrait n’être qu’un gadget “nice to have” ou un instrument permettant aux entreprises d’afficher plus aisément leur “score” sur un site Internet ou dans leur rapport annuel. L’intention est plus ambitieuse voire idéaliste: le bilan personnalisé que permettra de tirer le calculateur devra servir de levier pour adapter, modifier les comportements exagérés, irraisonnés, voire néfastes pour l’environnement et pour les perspectives de la société humaine.

“Le but est de pousser la société à la sobriété numérique, de guider l’économie et les entreprises vers une transition durable. Ou encore de soutenir la recherche en matière de pollution numérique. L’outil encourage en effet le partage de données et la collaboration entre organisations, afin de faire avancer la recherche sur la pollution numérique, l’éco-conception et la sobriété numérique.

Le calculateur permettra aux utilisateurs, devenus acteurs informés et maîtres de leurs utilisations, d’explorer de nouvelles pistes de comportements.”

 

S’interroge-t-on réellement sur l’impact d’une réunion Zoom, par comparaison avec l’impact environnemental qu’aurait eu la même réunion en présentiel? Comment comparer l’impact de la lecture d’un livre sur papier ou sur liseuse?

 

Le promoteur de thèse qui a accompagné Maxime Schurmans dans son travail, à savoir Nicolas van Zeebroeck, professeur en économie et stratégie numériques à la Solvay Business School, enfonce le clou: “On restreint souvent la vision et l’analyse à la seule pollution numérique que génèrent les Gafam. On parle moins de la responsabilité individuelle du consommateur [ou de l’entreprise] lambda qui a, en réalité, un impact encore plus grand. Il s’agit de remettre le débat sur ses véritables rails. Le postulat qui sous-tend cette thèse est que, si le consommateur est mieux informé et comprend mieux son propre impact grâce au calculateur, il deviendra possible d’influer son comportement.”

Une utopie?

L’essor du cloud, l’explosion des consommations de vidéos et de débits toujours plus plantureux, la déferlante des objets connectés – le tout encore dopé par les confinements que nous connaissons – semblent aller à l’encontre d’une “sobriété numérique”. L’heure semble être davantage à un regain de consommation. Ce qui n’empêche nullement, selon Maxime Schurmans, de réfléchir et d’agir en modifiant ses comportements. “Des pistes existent. Par exemple, la mutualisation et le partage d’équipements, le reconditionnement systématique d’équipements, la désactivation de certaines fonctionnalités… 

Ou encore une réflexion plus posée par rapport aux outils dont nous avons réellement besoin. Avons-nous tous réellement besoin d’une imprimante personnelle chez nous, que nous n’utilisons que quelques minutes par jour?

Maxime Schurmans: “L’humain doit redevenir l’acteur et surtout le maître de ses usages numériques, plutôt qu’un simple consommateur passif.”

Nous nous sommes installés dans une sorte de bulle de confort, où tout doit être directement disponible. Il faut repenser cette approche, nos comportements et nos usages. Repenser cette volonté d’hyper-connexion, de toujours consommer un contenu avec le meilleur son ou la meilleure qualité d’image possible…” Pourquoi vouloir du 4K ou du 8K alors que visionner une vidéo en basse résolution pourrait être tout aussi efficace – et largement moins consommatrice de ressources?

La réflexion à laquelle le lauréat du Prix HERA en appelle doit également se faire à propos de toutes les nouvelles “tendances”, aux engouements que suscitent par exemple des phénomènes tels que les crypto-quelque-chose. Car, soulignait Maxime Schurmans, derrière le hype du minage de bitcoins, il ne faut pas oublier qu’il y a aussi une recherche de gains financiers.

Le phénomène de spéculation est à l’oeuvre depuis quelques années – et continue sans cesse de prendre de nouvelles formes. Pensons aux NFT – non fongible tokens – qui défraient la chronique ces derniers temps.

Derrière la volonté, certes parfois parfaitement vertueuse et respectable, de toujours pousser plus loin l’usage du numérique, se cachent en effet aussi des motivations ou comportements nettement moins recommandables.

En cela, espère Maxime Schurmans, la mise à disposition d’un calculateur d’empreinte numérique, accessible, compréhensible par l’utilisateur lambda, pourrait permettre de créer davantage de transparence, permettre à tout un chacun d’être sensibilisé et mieux informé. Et, en conséquent, nous pousser tous et outes à faire pression sur les entreprises et les décideurs (publics ou autres). Voire inciter spontanément ces acteurs à revoir, eux aussi, leur copie… 

Idéaliste? Utopique? Il ne tient qu’à nous, après tout, de décider de l’issue.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?