Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Baromètre numérique du citoyen wallon: ça grimpe, ça grimpe…

Hors-cadre
Par · 24/10/2019
Partager

En l’espace de deux ans, les divers indicateurs et paramètres pris en compte dans le cadre du “Baromètre” de l’équipement et des usages numériques du citoyen wallon (réalité par l’AdN) ont dans l’ensemble progressé. “D’au moins deux pour-cents”, indique Hélène Raimond, experte à l’AdN. Parfois même avec des améliorations plus que sensibles.

Le taux d’équipement des ménages en ordinateurs a en effet continué d’évoluer, grignotant les quelques pour-cents qui manquent encore pour atteindre une situation optimale.

Quelques chiffres – bruts et en vrac…

La progression est de 6 points au rayon Présence d’un ordinateur (fixe ou portable) au sein du domicile. Nouveau score global: 84% des domiciles équipés. La progression est de 10 points en termes de possession d’une tablette [55%] et même de 19 points [75%], côté smartphone.

L’Internet est présent dans 90% des ménages (un progrès de 9%). 82% des personnes interrogées disent l’utiliser tous les jours, ce qui représente une augmentation très sensible sur une période de 8 ans puisque “seulement” 65% des citoyens sondés en 2011 disaient avoir recours à leur connexion Internet domestique à un rythme quotidien. 

A noter une belle progression du taux de connexion des plus de 75 ans, une catégorie qui enregistre une progression de 28 poins en deux ans.

Par ailleurs, les déploiements WiFi se multiplient dans les espaces publics ou commerciaux et sont désormais utilisés, d’après le sondage de l’AdN, par 50% des citoyens (interrogés). Une non utilisation de ces connexions sans-fil pourtant accessibles (en grande majorité gratuitement) par la moitié des citoyens, voilà qui laisse songeur… Manque d’informations? Crainte pour leurs données? Coût jugé marginal d’une connexion télécom?

Les lieux les plus utilisés sont des réseaux privés (commerçants, restaurants…) ou des hotspots publics (gares, aéroports…). Avec respectivement 39% et 25%.

Pour tout découvrir, sous de multiples angles d’analyse, sur les résultats de l’enquête Baromètre Citoyen de l’AdN, pour disséquer et analyser à l’aise tous les chiffres, rendez-vous sur le site Digital Wallonia.

D’autres lieux publics apparaissent comme étant mieux équipés en WiFi qu’il y a deux ans et dès lors davantage utilisés. Citons par exemple les bibliothèques ou encore les EPN (espaces publics numériques). Bien qu’enregistrement un doublement dans le taux d’utilisation (passant de 3 à 7% en deux ans), ces EPN ont de toute évidence encore une marge de progression énorme, vis-à-vis des publics plus défavorisés ou demandeurs.

Les espaces WiFi-sés relevant des municipalités (WiFi urbain ou communal) sont par contre loin de connaître le succès qu’on pourrait en espérer, n’étant utilisés que par 6% de l’échantillon citoyen sondé. 

 Voir les détails sur la méthodologie de l’étude en fin d’article.

Il reste 8% des foyers qui ne disposent d’aucun équipement IT. Un chiffre global qui masque une grande disparité socio-démographique. La plupart des “have-nots” se retrouvent dans la classe d’âge des plus de 70 ans mais aussi du côté de ménages mono-parentaux, surtout lorsque le chef de famille est une femme. Autant de signes révélateurs de la nature de la fracture numérique et de l’inégalité genro-sociale qui perdurent, voire s’accentuent.

Au-delà des chiffres, il est bien entendu (plus) intéressant et pertinent d’analyser l’usage qui est fait des équipements et solutions déployées, d’y détecter d’éventuelles tendances et évolutions de comportements (ou d’attentes). Autre interrogation essentielle: qu’en est-il de la fameuse fracture numérique? comment évolue-t-elle, tant en termes socio-démographiques que dans sa nature intrinsèque, notamment sous l’effet de l’évolution des technologies?

Nous reviendrons dans un prochain article sur cette analyse de la fracture numérique. Concentrons-nous ici sur les usages, ou tout au moins sur certains aspects de l’usage des outils et potentiels IT et numériques par le citoyen wallon.

Mais qu’en font-ils?

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire