Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

AI 4 Belgium (4). Quelle suite donner au rapport remis au gouvernement?

Hors-cadre
Par · 25/03/2019
Partager

La “coalition” AI 4 Belgium est sur les rails. Les 40 personnes qui ont participé aux travaux de réflexion initiaux (voir leur liste dans notre premier article ) ont remis leur rapport et leurs recommandations au gouvernement fédéral. Il reviendra à la prochaine équipe gouvernementale de déterminer ce qui sera mis en oeuvre, comment et selon quel agenda. Ainsi que les priorités éventuelles du positionnement “stratégique” de la Belgique en matière d’intelligence artificielle.

Lors de la présentation des recommandations des experts, le message clair qui a été passé est que le groupe AI 4 Belgium, lui, a bien l’intention de continuer à réfléchir et à proposer. Un appel a d’ailleurs été lancé afin d’encourager de nouveaux acteurs – PME, grands groupes, représentants académiques, chercheurs… – à rejoindre ses rangs.

Premiers à avoir signé: le collectif wallon Réseau IA , Agoria, BeCentral, DigitYser (qui accueille une communauté de data scientists), Beacon (centre d’affaires et d’innovation anversois dédié à l’IoT, à la logistique et à l’IA), ou encore l’AIABN/BNVKI (association Benelux de recherche universitaire pour l’Intelligence Artificielle).

Comment le travail de réflexion et de proposition se poursuivra-t-il, en “think & act tank” relevant du futur ministre chargé de l’Agenda numérique? Pas de réponse encore à ce jour. Les quelque 40 participants de départ ont été invités (mais pas formellement) à poursuivre leur travail. De nouveaux groupes de travail se constitueront sans doute. Selon des thèmes, des secteurs, des sujets transversaux et/ou verticaux? On devra le déterminer.

Quelques éléments prioritaires ont toutefois été précisés par Joseph Fattouch, conseiller au Cabinet du ministre en charge de l’Agenda numérique (Philippe De Backer). A commencer par une cartographie précise des ressources disponibles et par le lancement de premières actions de sensibilisation et de démythification à destination de différentes cibles: citoyens lambda, politiciens, décideurs, chefs d’entreprise… Voir, dans notre encadré en fin d’article, quelques-unes des recommandations prioritaires pointées dans le rapport AI 4 Belgium).

loupe, écran, rechercheL’état des lieux

L’exercice de “cartographie” ratissera large: acteurs, profils, compétences, chercheurs, formations, sources d’investissement, jeux de données ouvertes disponibles (ou à rendre disponibles)… 

Nathanaël Ackerman, ancien conseiller Innovation d’Axelle Lemaire, ex-Secrétaire d’Etat française au Numérique et à l’Innovation, et directeur du “hub” France Intelligence Artificielle, qui a entre-temps retrouvé le chemin de la Belgique et s’implique en tant qu’expert dans le cadre d’AI 4 Belgium, ajoute encore quelques autres dimensions.

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

A suivre: AI 4 Belgium (5). Le retour du national?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A suivre: AI 4 Belgium (5). Le retour du national?

AI 4 Belgium (3) – Les PME, “clientes” privilégiées de l’IA? AI 4 Belgium (5). Le retour du national?
Partager