Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Start It @CBC: “nous sommes durs avec les faits et doux avec les entrepreneurs”

Article
Par · 25/01/2022
Partager

Il aura fallu du temps mais Start it @KBC, l’accélérateur pour start-ups “innovantes” offrant des perspectives de croissance, vient finalement de poser le pied en Wallonie. Créé en 2014, il avait pourtant largement essaimé, tout d’abord en Flandre, sa terre natale, avec des sites à Anvers, Gand, Louvain, Hasselt et Courtrai, ensuite à l’étranger (Prague, Budapest, Györ) et même des “bases opérationnelles” à Londres et à New York. Bruxelles avait quant à elle eu droit à sa propre antenne, mais les start-ups wallonnes qui désiraient profiter de l’accompagnement de cette structure devaient donc regarder vers le nord.

Désormais, la Grand Poste à Liège devient le premier lieu physique – via mise à disposition d’un espace de coworking – où les coaches, conseillers, vétérans de la startup-sphère et autres alumnii du programme Start It vont pouvoir venir épauler et conseiller les start-ups sélectionnées.

Le Start It @CBC (version locale de son grand frère @KBC) ne limitera pas ses activités aux seules start-ups liégeoises mais – partenaires aidant – se propose de rayonner sur toute la Wallonie. Jusqu’à ce que d’éventuelles futures antennes fleurissent en d’autres points du territoire wallon?

Qui sont les partenaires?

Pour se lancer, Start It@CBC a tenu à s’insérer dans le maillage d’accompagnement de jeunes pousses existant. Ses partenaires ont donc pour nom Sowalfin, NoShaq, Eklo, LeanSquare. Sans oublier le site de La Grand Poste, pour la mise à disposition des locaux.

Start It apporte son réseau de coachs, son expertise dans l’accompagnement de start-ups/scale-ups (1.200 annoncées comme ayant été accompagnées depuis 2014, “dont 75% encore en activité”).

Les sociétés accompagnées peuvent ainsi faire appel à différents profils qui interviennent pour l’ensemble du réseau Start It. En ce compris, des event manager, spécialistes marketing, comm’…

La Sowalfin, elle, fait office de point d’entrée pour l’écosystème de financement local – ou actif localement – en ce compris la communauté EuroEquity.

LeanSquare procurera ses propres ressources en termes d’expertise et, le cas échéant, pourra intervenir dans le financement de certains projets – tout comme l’invest NoShaq à laquelle cet incubateur est lié.

Eklo, quant à lui (autre structure faisant partie de la galaxie de l’ex-MeusInvest), interviendra pour de l’accompagnement à l’élaboration de business plans ou à la gestion et à la quête de pérennité.

N’oublions pas, évidemment, la banque CBC qui, pour reprendre les termes de Aurélien Troonbeeckx, responsable opérationnel de Start It@CBC et lui-même business coach, “aidera les start-ups et scale-ups à mieux structurer leur plan financier, leur approche et leur discours vis-à-vis des organismes bancaires, et pourra éventuellement aussi les aider dans leur recherche de subsides”.

KBC/CBC ne sera pas, par défaut, “leur” banque ou “leur” interl+ocuteur bancaire privilégié mais le parrainage peut évidemment être un avantage. Par le passé, l’une ou l’autre start-up “accélérée” par Start It ont ainsi bénéficié d’un financement chez KBC: Bright Energy (Gand, solution de gestion et optimisation d’énergie renouvelable pour sites de construction) y a obtenu du financement pour son équipement en batteries, tandis que LinkedCar (Hasselt, une solution de gestion de fidélisation automobile qui vise à la fois les utilisateurs et les concessionnaires automobiles et autres compagnies de leasing) a obtenu du financement pour quelques voitures…

Les modalités de sélection

Start It @CBC se propose d’accompagner 20 start-ups en croissance ou scale-ups par an. La sélection des élues se fera en deux vagues. Durée de l’accompagnement: un an.
La première phase de sélection est en cours et se clôturera en mars (le “pitch day” final devant jury est prévu la fin mars). La deuxième “cohorte” sera choisie en septembre 2022.
Dans un premier temps, les candidatures sont déposées en ligne (via le site de Start It). Pour la phase de sélection en cours, les start-ups candidates ont jusqu’au 28 février pour le faire. Vient ensuite la session de pitching éliminatoire.
Pour ses débuts à Liège, Start It @CBC dit ainsi avoir reçu 300 candidatures et demandé à 200 d’entre elles de “pitcher” en ligne (un exercice cours de 3 minutes, “sans slides”, suivi de 10 minutes de questions-réponses).

En quoi cet accélérateur se différencie-t-il des autres acteurs qui se réclament de cette caractérisation?

“Start It s’adresse à tous les secteurs. Par contre, nous nous focalisons sur les projets qui doivent satisfaire à trois critères de base: innovation, ambition, scalability. Nous n’accompagnons donc pas ce qu’on appelle les starters”, précise Aurélien Troonbeeckx.

Par ailleurs, “les sociétés doivent apporter la preuve, d’une part, de leurs capacités à engranger des revenus qui progressent plus vite que leurs coûts et, d’autre part, d’une claire différenciation par rapport à la concurrence. Par exemple, via leur approche client.

Les fondateurs doivent également apporter la preuve qu’ils sont coachable, qu’ils sont habités par une mentalité de communauté, d’entraide, et qu’ils sont prêts à investir l’énergie nécessaire dans l’aventure.”

 

Aurélien Troonbeeckx (Start It @CBC): “Chez Start It, nous sommes durs avec les faits et doux avec les entrepreneurs.”

Mais il y a un différenciateur bien plus fondamental – et significatif: Start It ne prend lui-même aucune participation dans les sociétés qu’il accompagne. Pas question d’exiger de l’equity, des cessions de parts ou de pouvoir – “c’est d’ailleurs une erreur, de la part des fondateurs de start-ups, à ce stade, de céder à des tiers des parts de leur société sans obligation de résultats”, indique Aurélien Troonbeeckx.

Pour ne pas démarrer à blanc…

Pour ne pas démarrer “à blanc”, six start-ups/scale-ups ont déjà été intégrées au programme à Liège et bénéficieront donc d’un “rabiot” d’accompagnement de trois mois – le programme avec les 10 ou 15 jeunes pousses qui constitueront la première cohorte “liégeoise” ne démarrant réellement qu’au début avril.

Identité de ces six premières start-ups (identifiées “parce qu’elles l’étaient déjà dans l’écosystème, étant pour certaines passées par LeanSquare”):
– Mosc, auteur d’une apple mobile permettant de comparer les prix de produits en vente sur des sites et plates-formes e-commerce, avec notifications temps réel en cas de réductions, actions spéciales…,
– Insens: solution de visualisation et de gestion de paramètres environnementaux, reposant sur des capteurs, pour bâtiments industriels, logistiques, labos…),
– My Digital Immo, auteur de la solution iSyndic
– Carbize, solution de sélection de véhicules
– Totemus: solution de chasses aux trésors “à mi-chemin entre les jeux de piste et le geocaching
– Chango, concepteur de contenants réutilisables pour plats à emporter.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?