Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

HikiLab: formation en-ligne pour entreprises et néo-entrepreneurs, made in BEP

Article
Par · 03/05/2021
Partager

A l’été 2020, le BEP (Bureau économique de la Province de Namur) dévoilait son virage vers l’accompagnement en mode virtuel des candidats et néo-entrepreneurs pour cause, bien entendu, de Covid. Nous vous en avions parlé dans cet article.

Aujourd’hui, en raison de la situation qui perdure mais également dans la perspective d’en faire une pratique à long terme, le BEP passe du stade de projet-pilote au lancement d’un programme digne de ce nom, baptisé Hiki-Lab (hiki, qui signifie “être capable de” en… hawaïen, et lab, “pour souligner le côté innovant de l’expérience”).

En fait de “labo”, c’est en réalité d’une plate-forme de formation en-ligne dont il s’agit, proposant une série de contenus et de thématiques fréquemment sollicités par les entreprises, les néo-entrepreneurs et les porteurs de projet”. A découvrir via ce lien.

Exemples cités? Les bases à maîtriser pour imaginer et lancer un projet, le marketing (digital compris, bien entendu), les réseaux sociaux, l’innovation, la gestion financière, les perspectives, conditions et impact de l’internationalisation… Tous ces contenus ne seront pas immédiatement disponibles mais le BEP a l’intention de tous les aborder dans le cadre de son programme.

Du virtuel soit, mais priorité à l’équilibre présentiel-distanciel

Comme il l’avait déjà été souligné à l’été 2020, l’objectif n’est pas de sacrifier au tout-virtuel. Les formations en-ligne seront donc accompagnées de séances et d’échanges avec des coachs intervenant en soutien individualisé. “Les modules de formation e-learning servent à la fois de manière, pour une entreprise ou un porteur de projet, de se former à son rythme et de contenus conçus et proposés comme source de renforcement des connaissances”, indique Laurence Gourgue, responsable du département Développement économique au BEP.

“Notre mission d’accompagnement individualisé, en dépit des confinements, a continué, avec présence en entreprise ou via des contacts virtuels entre entrepreneurs et coachs. Le but est de réaliser un diagnostic à 360* de l’entreprise et de lui proposer un accompagnement adapté, sur les matières dont elle a besoin – finances, marketing, innovation managériale, créativité… C’est là que viennent se greffer les ressources supplémentaires des modules de formation à distance.”

Il est un autre mode d’interaction en présentiel qui, lui, a été remisé provisoirement au frigo. A savoir, les ateliers entre porteurs de projet sur des problématiques communes. “Nous les avions réactivés en septembre et octobre 2020, mais un nouveau confinement a été décrété. Dans l’impossibilité de prédire l’évolution des choses, ils ont donc été abandonnés jusqu’ici mais certains sont en passe d’être replanifiés pour la rentrée. Ils se dérouleront sans doute en petit comité”. Avec l’espoir d’un redémarrage effectif en 2022.

Premiers programmes

S’appuyant sur le projet-pilote qui avait été réalisé début 2020, le BEP a étoffé l’offre qui avait été imaginée et qui reposait uniquement sur des modules destinés aux néo-entrepreneurs, tels que conçus et portés par le NEC (Namur Entrepreneurship Center).

Le programme de formations à distance du Hiki-Lab est désormais structuré en trois “parcours” (lisez: programme de formation thématisé).

Le premier, qui existait donc déjà, est dédié aux néo-entrepreneurs et porteurs de projets. Il est mis en oeuvre et organisé par le NEC et porte essentiellement sur les fondements de l’entrepreneuriat.

 

 

Le deuxième se focalise sur l’exploitation qu’une société, jeune ou moins jeune, peut faire des réseaux sociaux: “optimisez l’utilisation des réseaux sociaux en ciblant votre présence et votre communication afin, ainsi, d’accroitre votre efficacité et votre impact sur vos clients”.

Exemples de contenus proposés: l’intérêt des réseaux sociaux, le(s)quel(s) choisir?, développer son “influence” sur les réseaux sociaux, gérer une communauté…

Troisième et dernier parcours: la veille digitale, pour apprendre à détecter des opportunités (commerciales, technologiques ou autres), à sélectionner ses sources d’informations, à choisir les bons outils de veille, à analyser les informations collectées, à entretenir une relation avec les clients, à veiller au grain sur sa présence et sa réputation en-ligne…

Ce ne sont là que les trois premiers “parcours”. D’autres sont promis pour plus tard, “sur des thématiques telles que l’innovation centrée utilisateur, les finances, le marketing et la stratégie commerciale”.

Des modules Internationalisation et Marketing sont en cours de préparation. Lancement effectif prévu pour juin pour le premier, pour septembre ou octobre pour le second.

Les entreprises et entrepreneurs ont le choix de n’acheter qu’un seul module ou de s’abonner à l’ensemble du catalogue. Les tarifs appliqués sont fixes, quels que soient la taille ou le stade d’évolution d’une société ou d’un projet: “Nous bénéficions de subsides européens pour mettre en oeuvre ces formations et nous sommes donc soumis à la règle des minimis. Autrement dit, nous devons nous aligner sur les prix du marché”, explique Laurence Gourgue.

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?