Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Dermatoo, future solution de télé-expertise dermatologique, réussit son premier tour de table

Article
Par · 02/12/2020
Partager

IoT-D, basé à Embourg près de Liège, est un studio de développement de solutions hi-tech basées sur les objets connectés. Créé en 2018, le studio peut se mettre au services d’entreprises, de bureaux d’études ou de porteurs de projets en quête d’idées, de ressources ou compétences en design et programmation ou encore en sécurisation de données et protocoles de communications.

Les solutions que porte ou qu’accompagne le “studio” concernent un éventail plutôt diversifié de secteurs potentiels, allant du médical aux loisirs ou au gaming, en passant par la logistique. On lui doit déjà la Veebrato, un bracelet connecté faisant office de contrôleur musical pour instruments numériques (communication via Bluetooth notamment avec des logiciels de composition musicale assistée par ordinateur) ou le Dicees, un dé connecté, dont chacune des six faces peut afficher des motifs variables, des couleurs…

C’est dans le champ de la médecine que le studio IoT-D vient de faire parler de lui, réussissant un tour de table d’une valeur d’un million d’euros en faveur du projet Dermatoo – un projet né dans la tête des co-fondateurs du studio eux-mêmes et sur lequel ils travaillent depuis fin 2017. Il devient ainsi la première “spin-off” du studio. Investisseurs convaincus? NoShaq et plusieurs investisseurs privés, parmi lesquels, souligne Julien Delarbre, directeur du studio et en charge du projet Dermatoo, “plusieurs médecins – généralistes ou urgentistes – et des infirmiers et infirmières”.

Télé-expertise en dermato

Comme son nom le laisse deviner, Dermatoo est une solution dédiée aux problèmes de peau. Sur base de capteurs (de ceux que l’on retrouve désormais sur les smartphones) et de processus d’analyse sophistiqués, la solution se définit comme un outil d’assistance pour les médecins afin d’obtenir leur avis à distance, relayer le cas de manière sécurisée et performante vers un autre spécialiste et autoriser ainsi la sollicitation collaborative d’expertises. “Nous sommes clairement dans le champ de télé-expertise. A plus long terme, on pourra envisager une solution qui puisse être utilisée, en autonome, par le patient, dans sa vie quotidienne”. Mais ce n’est pas le but immédiat.

La petite équipe de Dermatoo ne veut pas en dire davantage pour l’instant sur la nature précise des éléments constitutifs de la solution: “en plus de l’aspect modèle commercial, ce sera justement le but de la phase dans laquelle nous nous engageons grâce au tour de table qui vient d’être finalisé”. A noter d’ailleurs à cet égard qu’en plus de l’apport financier (NoShaq et investisseurs privés), le projet Dermatoo a reçu une nouvelle aide de la Région wallonne sous la forme d’une avance récupérable, grâce au dépôt d’un nouveau dossier de développement expérimental auprès de gaz DGO6 afin de pousser plus loin les développements entamés.

Seules indications que s’autorise Julien Delarbre au sujet de la teneur du futur produit: les capteurs et algorithmes sur lesquels reposeront la solution seront en partie des développements propres et on devrait en découvrir les contours vers le mois de mars.

Dans un premier temps, les problèmes dermatologiques qui pourront faire l’objet d’une télé-expertise et d’un suivi seront ceux associés à des plaies, y compris complexes. “Ce qui a convaincu les investisseurs, c’est le fait que notre solution résout le problème de la reproductibilité de l’image, grâce à une qualité d’image suffisante pour procéder à des transferts et à un suivi comparatif temporel”, souligne Julien Delarbre. “Les solutions qui existaient jusqu’ici sur le marché ne répondent pas à ces critères.”

Si les plaies (complexes) seront le premier champ de spécialisation couvert par la solution Dermatoo, l’intention est d’en faire une solution “suffisamment générique pour s’attaquer ensuite à d’autres problématiques. Mais sans jamais vouloir remplacer le spécialiste. La solution ne se positionnera que comme un assistant du médecin pour sa relation et le suivi du patient à distance.” Dans le contexte plus général de la décentralisation et de la continuité des soins…

Partager

Envie d’apporter votre voix dans le débat ?

Les commentaires sont réservés à nos abonnés.

Déjà inscrit(e) ?