Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Horus Software refinance sa croissance

Article
Par · 05/02/2020
Partager

argent, pousse

La start-up liégeoise Horus Software, auteur d’une solution de gestion comptable de nouvelle génération, boucle la semaine prochaine la deuxième levée de fonds de son histoire, exécutée en deux phases (la première étant intervenue en décembre). Pour cette levée de fonds, la société espérait engranger 800.000 euros. La somme réunie dépassera finalement les 900.000 euros (voir la répartition plus loin dans l’article).

Les nouveaux moyens lui serviront à financer sa croissance – tant en termes commerciaux et géographiques (elle vient de f’annoncer son entrée sur le marché luxembourgeois) que du côté fonctionnalités.

Les nouveaux moyens seront notamment utilisés pour intensifier sa démarche commerciale, essentiellement en Flandre. “Nous ne disposons encore que de deux commerciaux néerlandophones”, indique Benjamin Tailleur, directeur du marketing produit, “et nous désirons engager de nouveaux commerciaux ainsi que des agents de support clientèle.”

Côté extension de la solution, Horus dit vouloir notamment renforcer le potentiel d’interaction de sa solution comptable avec des logiciels de CRM, de gestion de fiduciaires, factoring, de recouvrement. Parmi les logiciels visés, Syneton, solution de gestion administrative pour experts comptables, Silverfin, solution de gestion comptable, et Recovr, logiciel de gestion et de recouvrement d’impayés.

De nouvelles fonctionnalités sont également planifiées: outils de diagnostic, fonctions de vérification automatique d’exactitude des chiffres encodés, gestion plus intuitive des rappels de factures (une fonction essentiellement destinée aux clients PME), ou encore, tant pour les fiduciaires que pour les comptables d’entreprise, des potentiels de production de rapports et d’analyse (par exemple pour la comparaison des résultats mensuels avec le budget).

Garder les rênes

Le regain de capital a été réuni auprès de ce qu’on appelle génériquement le camp des 3F (familles, amis et proches) et auprès d’InvestSud. Deux employés participent également, de manière quais-anodine, au tour de table.

La société dit avoir sciemment éviter de faire appel à des fonds privés d’investissement afin de préserver le caractère et une démarche entrepreneuriale familiale.

“Nous avons fait appel à des proches et des personnes qui nous suivent depuis nos débuts”, déclare ainsi Philippe Tailleur, co-fondateur et directeur général d’Horus Software.

“Cela nous évite de devoir passer par une formule de private equity, qui a une durée de vie limitée dans le temps et qui ne nous convient pas. En effet, notre objectif est de garder la composante familiale, qui est très importante pour nous, et non de vendre la société.”

InvestSud repasse donc les plats apportant un peu moins de la moitié des nouveaux fonds, après avoir déjà participé au financement initiale de la société. La majeure partie des nouveaux capitaux sont apportés par les proches et les familles des six associés de départ.

Petit rappel ici: en 2018, le capital de départ avait été apporté par InvestSud et six actionnaires, à savoir Philippe Tailleur et ses deux fils (Jérôme, directeur commercial, et Benjamin, directeur du marketing produit), Bryan Steyns (directeur New Technology), Philippe Nestergal (directeur produit) et Michel Sobczak (directeur technique).

S’ajoutaient encore un prêt subordonné de Novallia et un prêt de la banque CBC.

Partager

Laisser un commentaire