Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

En attendant la 5G, un “régime d’exception” est-il possible pour des projets-pilote?

Article
Par · 14/11/2019
Partager

Le déploiement de la 5G continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. En particulier, l’agenda qu’adoptera ou non la Belgique et, plus encore, les différentes régions du pays. On connaît les réticences et exigences régulatoires de Bruxelles, celles quasi identiques de la Wallonie. Voir aussi en fin d’article, en guise de petit rappel, ce que disent – ou ne disent pas vraiment ! – le Plan Digital Wallonia et les Déclarations de Politique Régionale (Wallonie et Bruxelles).

“En face”, les acteurs économiques, l’industrie, les fédérations professionnelles montent régulièrement au créneau pour réclamer une politique plus volontariste – ou, simplement, plus claire. Parmi les dernières voix à se faire entendre, celle d’Agoria qui s’appuie sur une étude réalisée de concert avec Capgemini Invent. Une enquête qui relaie l’“inquiétude” de “nombreuses entreprises de production qui craignent que notre pays passe à côté des opportunités d’investissement dans la 5G”. D’autres pays, adjacents notamment, pourraient en effet doubler nos régions au poteau et attirer davantage des entreprises internationales qui sont en phase de réflexion pour implanter des filiales ou des unités de production et de services. 

Sachant que la situation ne se débloquera pas de si tôt, que les décisions politiques (notamment) prendront encore du temps et pourraient intervenir en ordre dispersé, Agoria plaide pour une solution intermédiaire – qui permette à chacun, en ce compris les plus “prudents” voire réticents, de lâcher peut-être un peu de lest sans perdre la face ou paraître rétropédaler sur leurs convictions.

De quoi s’agit-il? De créer des “zones modérément réglementées” dans les limites desquelles “les opérateurs télécoms, les entreprises et les institutions de connaissances puissent lancer à court terme et de manière accélérée des actions en matière de 5G.” 

Agenda espéré? Un démarrage rapide, si possible dès le début 2020, en attendant la mise aux enchères de la bande des 3,6 GHz. L’étude et la proposition d’Agoria ont été envoyées aux gouvernements régionaux… Et des demandes de rendez-vous ont été formulées à destination des différents ministres concernés (Economie, Emploi…). 

“Modérément réglementée”. C’est-à-dire?

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire