Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Job IT Day: de 250 à 300 postes à pourvoir lors de la bourse d’emplois IT/numériques

Article
Par · 31/10/2019
Partager

Ce 7 novembre, à Charleroi (à Dampremy pour être exact, sur le site du CEME – Centre Espace Meeing Européen), se tiendra la 9ème édition du salon Job IT Day organisée par le collectif Numeria, qui rassemble les centres de compétences wallons Technofutur TIC, Technifutur, TechnoCité, Technobel et le Cepegra.

Cette bourse d’emplois, avec rencontres personnalisées entre recruteurs et candidats et avec coaching pour personnes en quête de reconversion professionnelle (numérique), réunira, d’une part, plus de 80 sociétés et bureaux de recrutement et, de l’autre, quelque 400 chercheurs d’emploi. Une semaine avant l’événement, près de 350 s’étaient déjà inscrits directement via la nouvelle plate-forme de matchmaking développée pour la circonstance – un développement confié à la société Fusor (Plancenoit), active dans le développement de solutions et applications IT destinées à différents secteurs (grande distribution, transports, secteur public, aéronautique…).

De 250 à 300 postes et fonctions devraient être affichés “à pourvoir” lors de l’événement. Des postes et fonctions en tous genres, tant purement IT (sécurité, gestion de réseau, analyse de données, développement d’applis…) que davantage orientés “numérique”, au sens large (design, UX, gestion d’objets connectés, e-marketing…). 

Parmi les sociétés qui seront présentes, en quête de quelques perles rares, citons dans le monde IT, NRB, Delaware, Proximus, SBIM, Computerland, Atos et ,du côté des autres secteurs, l’Aéroport de Charleroi, le Grand Hôpital de Charleroi, IBA, Thomas & Piron, Engie, Solidaris, les Mutualités chrétiennes, Colruyt ou encore la STIB et le SPF Finances.

L’espace de “speed-dating” (les rencontres entre recruteurs et candidats durent de 5 à 15 minutes) sera complété par un espace baptisé “Village de reconversion” où des personnes en quête de reconversion professionnelle pourront bénéficier de séances de coaching individuel par des experts métier ou RH, opérant dans la mouvance des centres de compétences.

Ajoutons encore les dix conférences thématiques qui se tiendront tout au long de la journée. Parmi les thèmes abordés: les métiers de la donnée, la transformation numérique des métiers, gaming et formation, impact écologique du numérique, travailler pour une start-up hi-tech.… Programme complet à découvrir ici.

Quelques autres chiffres

13 organismes de formation et d’orientation présents: en dehors des cinq partenaires de Numeria, il faut notamment signaler la présence du Forem, de BeCode, de l’Ifapme et du Cefora.

Quelque 700 rendez-vous ont d’ores et déjà été planifiés via la plate-forme de Fusor.

Deux recruteurs sur trois présents au Job IT Day viennent de Wallonie (10% sont situés dans la région de Charleroi). Environ 10% des “recruteurs” sont des bureaux de sélection.

Une cinquantaine de profils ont été identifiés, à ce jour, du côté de la cohorte de candidats. Voir la liste complète sur le site du Job IT Day.

Dating professionnel

La solution de “dating événementiel” et d’intermédiation recruteur-candidat développée sur-demande par les organisateurs du Job IT Day fera son baptême du feu grandeur nature le 7 novembre. 

Elle permet la rencontre personnalisée entre recruteurs et candidats, sur base des profils de fonctions et des profils de compétences que les deux parties complètent au préalable en ligne.

Le candidat y télécharge son CV, y indique ses compétences (auto-évaluation en mode déclaratif) et ses objectifs professionnels. 

Sur base des indications et informations encodées, un algorithme entre en jeu pour identifier les corrélations, proposer une liste de candidats potentiels pour la fonction à pourvoir, avec pondération de pertinence en fonction des différents critères établis par le recruteur ou futur employeur.

“Le recruteur peut choisir plusieurs types de filtres ou poids de critères. Si un employeur potentiel attend par exemple qu’un candidat aie six années d’expérience, les personnes pouvant faire été d’une telle expérience se verront automatiquement attribuer davantage de points qu’un candidat n’en ayant que cinq à son actif. Le système procède ainsi de lui-même à un classement de pertinence. La sélection, pondérée, est présentée au recruteur potentiel qui décide alors d’inviter ou non telle ou telle personne à fixer un créneau de rencontre, lors du Job IT Day. Le candidat accepte ou non, à son tour”, explique Bruno Vandamme, directeur de Fusor.

Les deux parties sont averties par courriel de la correspondance identifiée. Libre à eux d’accepter la proposition, qu’il leur faut confirmer sur la plate-forme. S’ils le font, une rencontre est programmée, selon un agenda précis.

Après le “baptême du feu” de la plate-forme lors du Job IT Day, l’espoir de Fusor est ensuite d’en faire une solution commercialisable, reproductible, dans une optique de mise en relation virtuelle, en préalable à des processus de sélection ou rencontre “en vrai”.

Partager

Laisser un commentaire