Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

13 écoles francophones accueilleront les “Voyageurs du Numérique” cette année

Article
Par · 10/10/2019
Partager

Les “Voyageurs du Numérique” ont débarqué en Belgique.

L’ONG d’origine française Bibliothèques Sans Frontières est à l’oeuvre en Belgique depuis 2017. Son antenne belge a décidé de concentrer ses activités, en tout cas dans un premier temps, sur des actions dans le secteur de l’enseignement, avec pour but de procurer  de nouveaux outils et leviers de sensibilisation et de formation au numérique à certaines écoles sous-équipées (présentant un “indice socio-économique faible”). Voir en encadré ci-dessous les différents types d’activités qu’organise Bibliothèque Sans Frontières.

Le programme “Voyageurs du Numérique”, qui existe outre-Quiévrain depuis 2014, a pour objectif d’“armer les publics les plus vulnérables aux défis numériques du 21ème siècle en créant ou sélectionnant des ressources pédagogiques (libres) pour les acteurs/actrices de l’éducation”.

En Belgique francophone, son lancement a pu se faire grâce à une convention passée entre l’ONG et la société Samsung qui financera la totalité de l’opération pendant l’année scolaire 2019/2020. Au-delà, l’ONG dit vouloir se tourner vers les gouvernements concernés (Wallonie, Bruxelles, Fédération Wallonie-Bruxelles?) afin de pérenniser l’action et d’intégrer la méthode dans le parcours d’apprentissage.

Créée en 2007 en France, l’ONG Bibliothèques Sans Frontières déploie des activités de sensibilisation au numérique à destination de publics moins favorisés ou souffrant d’un déficit d’accès et de compréhension en la matière. Les destinataires et contextes de ses actions sont notamment les écoles, les bibliothèques…

Ses actions sont regroupées en trois axes:
– la Khan Academy: une plate-forme d’apprentissage personnalisé (gratuite), orientée maths et sciences. Elle fait office de source d’outils, de contenus, de ressources permettant aux professeurs de mettre en oeuvre un “accompagnement différencié pour chaque enfant”. A ce jour, la plate-forme annonce 65 millions d’apprenants connectés dans le monde dont 300.000 en Belgique francophones, et 330 professeurs formés en 2019.
Cyber Héros, également gratuit: références et formations dédiées à la cyber-sécurité et la citoyenneté numérique. Public-cible: les 8-14 ans. Statistiques 2019: 300 professeurs formés. 2.500 enfants participants. 7.800 enfants touchés indirectement.
les Voyageurs du Numérique: programme itinérant proposant aux écoles des activités de promotion des STEAM (sciences, technologie, ingénierie, arts, maths) et des « compétences du 21ème siècle » par le biais d’activités numériques créatives.

13 écoles, 3 parcours didactiques

Pour l’année qui commence, 13 écoles primaires en Fédération Wallonie-Bruxelles bénéficieront du programme. A noter qu’il reste encore “une ou deux” places à prendre. A bon entendeur… (personne de contact à l’ONG Bibliothèques Sans Frontières: Natasha Delahaut)

Le programme s’adresse plus spécifiquement aux 4ème, 5ème et 6ème primaires, afin de leur faire découvrir les potentiels (et les dessous) du numérique mais aussi à leur inculquer certaines de ces fameuses “compétences du 21ème siècle” – travail collaboratif, sens critique face à la société de l’information… A noter qu’en dehors des 13 écoles sélectionnées, le circuit des Voyageurs du Numérique fera également halte dans six centres éducatifs (bibliothèques, maisons de quartier, école de devoirs…) pendant les congés scolaires.

En quoi consiste concrètement la “méthode” Voyageurs du Numérique?

L’ONG a imaginé trois parcours numériques:
– la “Fabrique de l’Information”: qu’est-ce que l’information, d’où vient-elle, comment discerner “fake” et “good” news, comment sélectionner ses sources… Les compétences à acquérir ont pour noms recherche d’information, sens critique mais aussi travail en équipe puisque les enfants doivent créer un blog, utiliser ordinateurs, smartphones, monter textes et illustrations, diffuser sur les réseaux sociaux ou sur Internet, gérer leur audience et communauté… “C’est le parcours le plus long et le plus transversal des trois”, indique Natasha Delahaut, chargée de projet chez Bibliothèques Sans Frontières. “Il peut s’insérer dans toute une série de cours et de matières – français, éveil, mathématiques, science…”
“Vikidia” ou la découverte des open data et des “communs numériques” (ressources mises librement à disposition), des publications participatives, de la collaboration sur Internet. Ici, les enfants découvrent la co-création, les concepts et enjeux des droits d’auteur, des droits des images, des licences… Pour ce faire, ils sont invités à publier leurs créations sur deux sites contributifs: Vikidia, une encyclopédie pour les 9-12 ans, et Open Street Map. A ce jour, cette activité n’a pas encore été choisie par une école belge participante…
– “Les Pommes électriques”: un kit Makey-Makey permettant de bidouiller des interfaces, afin de commander des circuits électriques au départ d’un ordinateur et s’approprier ainsi de manière ludique des notions d’électricité mais aussi le b.a.-ba de la programmation.

Pour leur déploiement en milieu scolaire, l’ONG – avec l’assistance de Samsung, pour les équipements mis à disposition (ordinateurs, smartphones…) – procure une mallette numérique, baptisée Digibox, comportant équipements, ressources pédagogiques, “kits d’activités”. Cette mallette reste deux semaines dans chaque école (avec mise à disposition d’une connexion Internet digne de ce nom), permettant ainsi au(x) professeur(s) de l’utiliser dans leurs cours et de mettre en oeuvre le “parcours d’activités” imaginé.

Chaque école peut choisir librement celui des trois scénarios qu’elle veut utiliser avec ses élèves. Et peuvent les enrichir en créant et ajoutant des fiches pédagogiques de leur crû. Il s’agit donc bien, dans le chef de l’ONG, d’une démarche de co-création et de mise à disposition de “communs”, via la plate-forme en ligne Les Voyageurs du Numérique, qui collationne “savoir-faire, pratiques, idées et ressources”.

L’école Les Etangs d’Anderlecht qui est la première à sortir des starting blocks a par exemple opté pour le parcours “Fabrique de l’Information”. “Le parcours va pouvoir s’appuyer sur un travail antérieur qu’avait réalisée la classe sur le thème du traitement des déchets. Ils vont s’en servir pour créer un reportage et le diffuser sous forme de vidéo sur Internet, en collaboration avec Bruxelles Environnement”.

Objectifs 2019

Avant de passer à la pratique, les enseignants ont droit à deux après-midi de formation (le mercredi). Pour les deux semaines de déroulement du parcours numérique avec leurs élèves, ils ont encore la possibilité de faire appel au formateur de l’ONG, pour assistance et accompagnement. “Un retour d’expérience est en outre prévu, après le parcours, afin d’en analyser l’impact”, précise Natasha Delahaut.

Source: Belga

Outre l’utilité intrinsèque du programme, elle estime qu’il peut également être un outil intéressant pour les écoles qui postulent à un subside de la Région wallonne dans le cadre du programme Ecole numérique. “Cela permet aux écoles et aux enseignants de se préparer, de mieux choisir les finalités pédagogiques qu’ils incluront dans leur projet…”

Via l’action Voyageurs du Numérique, l’ONG et son partenaire Samsung espèrent former 65 professeurs et environ 1.600 élèves.

Ces chiffres correspondent à l’audience que visent les pérégrinations de la Digibox sur le terrain. A cela s’ajoute potentiellement le public scolaire qui pourrait être touché via utilisation des ressources en-ligne mises à disposition, gratuitement, par l’ONG. Les trois parcours numériques peuvent en effet être téléchargés à partir du site de Bibliothèques Sans Frontières.

“Et nous désirons passer à l’échelle”, indique Natasha Delahaut. Début 2020, un MOOC sera disponible qui expliquera aux écoles et aux enseignants la marche à suivre pour mettre en oeuvre les parcours de formation par leurs propres moyens. “Le but est de toucher environ 300 professeurs au cours de cette année scolaire et quelque 7.800 enfants.”

Partager

Laisser un commentaire