Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Succession à la tête d’EASI et renforts pour Universem

Article
Par · 07/10/2019
Partager

De gauche à droite: Jean-François Herremans, Salvatore Curaba, Thomas Van Eeckhout

Période de succession à la tête d’EASI: son fondateur – Salvatore Curaba – a décidé de passer la main, non pas à un successeur mais à un duo. Il conserve par contre son rôle de président du conseil d’administration.

Désormais, Thomas Van Eeckhout et Jean-François Herremans occuperont conjointement le poste de CEO, se répartissant les responsabilités sur une base géo-linguistique. J.-F. Herremans se chargera de la partie francophone du pays et son collègue du nord de la Belgique.

Pourquoi un duo ? “C’est la philosophie de la société”, explique-t-on chez EASI. “En étant plusieurs à tirer dans le même sens, nous ferons plus de choses à deux que seul. Jean-François et Thomas se connaissent bien, se complètent avec deux profils différents (analytique et fonceur).

Il y a également une raison linguistique car la Flandre grandit et il y a beaucoup de projets pour l’avenir…”

Tous deux ont déjà un long parcours au sein de la société, qu’ils ont rejoint respectivement en 2006 et en 2002. Point commun: tous deux ont été recrutés au sortir de leurs études. Jean-François Herremans est détenteur d’un master en gestion, obtenu à l’UMons (Fucam). Thomas Van Eeckhout, lui, a été recruté dès la sortie de ses études à la KULeuven (business management).

A charge désormais pour eux d’assurer la poursuite de la croissance de la société, avec un doublement des effectifs dans un horizon à cinq ans (ce qui devrait amener EASI à un total d’environ 500 personnes en 2025). La croissance passera par une progression à l’international. De nouvelles filiales pourraient être créées même si cela ne constitue pas une priorité à court terme pour la société, qui vient tout juste d’inaugurer une première filiale outre-frontières (aux Pays-Bas). Par contre, des “acquisitions internationales” sont présentées comme devant être annoncées “à court terme”. L’une d’elles pourrait même être dévoilée dans les prochains jours. EASI ne rejette par ailleurs pas l’idée de procéder à des acquisitions en Belgique…

EASI vise-t-elle des pays en priorité pour son expansion internationale? “Difficile de dire quels pays sont ciblés plus que d’autres. Nous procédons par opportunités. Si EASI partage les mêmes valeurs et s’il y a un besoin sur la marché, nous irons même s’il s’agit dans un premier temps d’une prise de participation dans une société.”

En 2018, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 37 millions d’euros, en légère progression par rapport à l’année antérieure (environ 35 millions).

 

Chez Universem, les recrutements continuent à rythme soutenu. La société dit ainsi avoir engagé cinq personnes de plus pendant l’été, créant même deux nouveaux postes. A savoir, celui de responsable Advertising, poste confié à Harold Stinglhamber (avant de rejoindre Universem, il avait travaillé chez Créaset et Carrefour), et celui de responsable Analytics, qu’assumera désormais Kevin Coppens (venu chez Universem en 2017, après avoir travaillé chez EPF, ConnectEnjoy, Kurt Salmon et PwC Luxembourg).

Web analytics UniversemIls ont tous deux pour mission de veiller à la qualité du travail effectué par les équipes sur les différents projets et de favoriser une “maturation” – à la fois des membres de l’équipe et côté clients, afin d’enrichir leur maîtrise de la dimension numérique. 

Pour ce qui est des recrutements proprement dit, deux recrues viennent renforcer l’équipe dirigeante: Marie Schmitz, venue de Mag Advertising et passé par IP Belgique, prend la tête de l’équipe de marketing digital tandis que Bram Pauwels est nommé directeur marketing. Il a notamment travaillé à des postes marketing à responsabilités auprès de Sto et de Suez. 

Les trois autres nouvelles recrues sont tous (ou toutes) des consultants en marketing digital: Morena Zicot, diplômée en science de gestion de l’UNamur ; Caroline Macanjo, détentrice d’un Master en business international décroché à l’ISEC et d’un MBA en affaires et marketing international, débauchée chez PSA Peugeot Citroën ; et Arthur Gossart, diplômé en sciences de gestion de la Louvain School of Management. 

La société dit encore rechercher deux profils: un(e) responsable pour l’équipe néerlandophone de marketing digital et un(e) consultant(e) senior Marketing digital (orientation pubs en-ligne). 

Partager

Laisser un commentaire