Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Destiny rachète Escaux: consolidation dans les télécoms cloud

Article
Par · 11/06/2019
Partager

Destiny, prestataire de services télécoms B2B (“génération cloud”), a mis la main sur Escaux, fournisseur de solutions VoIP/UC/télécoms cloud né à Wavre, et sa filiale Fuzer, prestataire de services fixe-mobile gérés dans le cloud.

L’objectif pour Destiny est double: d’une part, renforcer son catalogue de produits, de clients (notamment du côté des opérateurs et prestataires de services télécoms) et se donner une nouvelle ampleur sur le marché de l’entreprise (Destiny annonce désormais desservir 13.000 clients professionnels) et, d’autre part, être plus représentatif sur le marché belge francophone.

La croissance par acquisition est clairement la piste qu’a choisie la société. Son PDG, Daan De Wever, insiste d’ailleurs sur ce point lorsqu’il commente l’acquisition d’Escaux/Fuzer: “Dans un marché des communications cloud marqué par une forte évolution, l’innovation, l’automatisation et l’envergure sont essentiels si l’on désire pouvoir continuer à jouer un rôle majeur à l’avenir. Fort d’une base de clientèle qui dépasse désormais, localement, les 150.000 utilisateurs, Destiny devient d’un seul coup d’un seul le principal acteur belge des communications cloud.”

Le repreneur affirme que l’ensemble du personnel d’Escaux/Fuzer est repris, l’équipe de direction trouvant, elle aussi, des postes chez leur nouveau propriétaire.

“Escaux inside”

Dans la galaxie des fournisseurs dont les solutions sont au coeur d’autres marques et dont on ignore largement l’existence, il y a Escaux, dont les solutions proposées en marque blanche se retrouvent non seulement dans celles de son propre rejeton Fuzer mais aussi dans des offres d’opérateurs nettement plus connus tels que Proximus (offre Unify) ou Colt. 

Escaux avait été créée, à Wavre, en 2001 et s’était d’emblée positionnée sur le terrain des solutions de gestion d’infrastructures de téléphonie IP (VoIP) et de communications unifiées. Sa cible initiale: le monde des entreprises (PME notamment) et des acteurs du secteur public. Au fil du temps et de la structuration de ses activités, Escaux y a ajouté des prestataires de services et des opérateurs fixe et mobile, parmi lesquels figurent T-Mobile, Colt, Orange, Proximus et Irisnet. Escaux leur procure des services fixe-mobile convergés ainsi que des services UC (communications unifiées) pour usages mobiles (solution Mobile Centric Cloud).

Le tournant avait été opéré en 2011, année au cours de laquelle Escaux avait présenté sa solution “FMU” (fixed mobile unification) qui visait à intégrer téléphonie d’entreprise et réseau mobile, avec gestion unifiée au départ d’un PBX IP.

Escaux continuera son petit bonhomme de chemin, sous forme d’entité autonome au sein du groupe Destiny, afin de poursuivre le développement de technologies et de fonctionnalités dont les destinataires continueront d’être des opérateurs et prestataires de services.

“Never walk alone”. Slogan et incantation musicale, souvent entendue dans les stades (britanniques) notamment, mais aussi symptomatique de certaines stratégies de croissance – celle de Destiny, par exemple.

Fuzer, elle, est totalement absorbée par Destiny qui annonce d’ores et déjà la disparition de la marque. Parmi les clients de Fuzer, citons notamment Decathlon, Test-Achats, Facq, Auto5, Schoenen Torfs, Broze, la Ville d’Alost, Durbuy, la Province de Namur ou encore la Ville de Tournai. 

Terminons par un petit rappel du parcours de Destiny. La société est un peu plus ancienne qu’Escaux, ayant vu le jour en 2008 à l’occasion du rachat, par Samuel De Wever, de l’acteur télécom E-Leven qui avait jeté l’éponge pour cause de faillite. La société, positionnée sur les services télécoms B2B, a grandi notamment à la faveur d’acquisition.

Ces deux dernières années, ces acquisitions ont pris une petite tournure internationale, Destiny misant notamment sur le marché hollandais pour poursuivre sa croissance et alimenter son ambition de devenir un opérateur virtuel indépendant à l’échelon européen. La première entreprise batave à tomber dans son escarcelle fut Motto Communications, auteur d’une plate-forme de distribution cloud. En avril de cette année, c’était au tour de DSD Business Internet, fournisseur de services Internet actif sur le marché B2B néerlandais.

En 2019, Destiny avait par ailleurs déjà racheté Belgium Telecom.

Partager

Laisser un commentaire