Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Projet bruxellois bIoTope: parking “intelligent” pour PMR

Article
Par · 13/03/2019
Partager

La Région de Bruxelles-Capitale a décroché, auprès de la Commission européenne, deux des dix projets “bIoTope” – une jolie dénomination dont les trois lettres à retenir son IoT – Internet des Objets.

L’un de ces projets était officiellement présenté ce mardi par les ministres Bianca Debaets (agenda numérique) et Pascal Smet (mobilité). Public-cible: les personnes à mobilité réduite (PMR). Son nom: Smart Parking for Disabled People.

D’une durée d’environ deux mois, le projet-pilote analysera l’utilisation et l’intérêt que représente le déploiement de bornes de détection de parking sur la voie publique, sur des emplacements PMR. Pour ce faire, la jeune société CommuniThings, qui a déjà équipé, pour d’autres finalités, certaines rues de Mons, de Saint-Ghislain ou encore de Malines, a fourni les bornes dotées de capteurs, insérées dans le revêtement de la chaussée.

Le but est simple: permettre aux PMR de consulter une carte signalant les emplacements spéciaux disponibles sur le territoire bruxellois. L’information sera consultable via smartphone (iOS ou Android) mais aussi, potentiellement, via le tableau de bord de la voiture (à condition que le constructeur intègre l’API à son système). Pour les besoins du projet-pilote, le constructeur impliqué est BMW et son modèle électrique i3. Soulignons bien qu’au stade actuel, la fonctionnalité tableau de bord n’est qu’en phase-pilote (BMW devant éventuellement décider, à terme, d’activer réellement cette fonctionnalité). Mais ce sera chose possible, si le projet aboutit, pour tout constructeur ou concepteur d’appli puisque le projet est mené par le CIRB qui applique, en la matière, une politique de formats et de données ouvertes…

Notons au passage qu’à terme, ces bornes CommuniThings pourront servir à d’autres finalités que le seul signalement d’emplacements (voir plus de détails sur les fonctionnalités actuelles ci-dessous). Moyennant accord et convention avec les administrations communales et la police, la borne-capteur peut également permettre de vérifier si la personne qui a garé sa voiture sur l’emplacement PMR est réellement autorisée à le faire. L’engin est en effet doté d’une connexion bluetooth qui communiquerait directement avec le smartphone du conducteur (ou de l’occupant). La corrélation serait alors automatiquement faite avec une liste PMR et, en cas de non confirmation d’autorisation, une alerte pourrait être envoyée à la police ou au service municipal concerné. Cela reste toutefois théorique, les conventions n’ayant pas encore été passées ou cette piste de fonctionnalité réellement explorée et validée…

Jusqu’à 40.000 emplacements à équiper?

Pour la phase-pilote, cent capteurs ont été installés, répartis à égalité sur le territoire de trois communes: Jette, Auderghem et Evere. Entièrement financé par l’Europe (budget: 30.000 euros), ce premier déploiement pourrait mener à une politique plus généralisée, avec équipement des quelque 4.000 emplacements pour handicapés prévus, sur la voie publique, en Région de Bruxelles-Capitale.

Budget potentiel pour une telle extension du projet: 780.000 euros pour le déploiement sur les 4.000 emplacements, plus un budget de maintenance annuel évalué à environ 180.000 euros.

Le but toutefois, indique Bianca Debaets, n’est pas forcément d’équiper toutes les places de parking PMR situées sur la voie publique mais de viser en priorité les emplacements situés à proximité des administrations communales, des bibliothèques ou autres centres culturels, “tous lieux fréquentés pour des raisons pratiques par les personnes à mobilité réduite.” 

Le but du projet-pilote sera de vérifier si l’initiative a du succès, quel est le taux d’utilisation de l’appli et du service, et “si ce type de projet a donc une utilité objective”, souligne Bianca Debaets. “Le but est ainsi de convaincre d’autres communes d’équiper elles aussi leurs places PMR”. Et ainsi contribuer à une politique de mobilité plus efficace en Région bruxelloise, ajoutait Pascal Smet.

Extension d’une appli existante

Pour les besoins du projet-pilote, un nouveau potentiel a simplement été développé afin d’enrichir des applis parking préexistantes. A savoir celles de On Wheels et de l’agence bruxelloise parking.brussels.

Un nouvel onglet est simplement venu s’ajouter, qui propose une série de fonctions: recherche d’emplacement par adresse, proximité géographique, nom de l’emplacement), calcul d’itinéraire et guidage via le navigateur, indication de distance, classement par ordre de distance… L’utilisateur aura par ailleurs la possibilité de faire mémoriser ses emplacements “favoris” et, en enregistrant le lieu où il s’est garé, se faire indiquer le chemin pédestre de retour – pour les plus distraits!

Chaque emplacement (ou groupe d’emplacement) est signalé avec codage couleurs: rouge si occupé, vert si libre. Ces deux couleurs, évidemment, ne concernent que les places équipées de capteurs. La carte des emplacements PMR est toutefois complète et renseigne (en grisé) les autres emplacements PMR de la région (mais sans savoir s’ils sont occupés ou non).

Dernières précisions plus techniques:
– le capteur communique via connexions LoRa et 4G (Orange)
– la batterie du boîtier-capteur de CommuniThings annonce une autonomie de 5 ans.

Partager

Laisser un commentaire