Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Quatre premières applis m-santé reconnues par le fédéral

Article
Par · 01/02/2019
Partager

Quatre premières applications mobiles e-santé, qui avaient été acceptées dans le programme de tests m-health des autorités fédérales (24 projets au total), ont été validées. Elles sont ainsi les premières à être référencées par le portail mHealth Belgium.

La certification qu’elles ont reçues leur permet de franchir une première étape vers un remboursement par la sécurité sociale. Elles sont donc en effet officiellement considérées comme respectant les critères de validation de niveau 1. Autrement dit, elles ont droit au marquage CE et sont jugées conformes à la réglementation relative aux dispositifs médicaux et aux normes européennes en matière de protection et de partage de données.

“C’est la preuve qu’elles ne posent aucun problème ou risque à l’utilisation”, explique Charles-Eric Winandy, co-fondateur de MoveUp, start-up qui a créé l’une des quatre premières applis reconnues (voir ci-dessous).

Pour finalement donner droit à remboursement par l’INAMI, toutes les applications devront obtenir les validations de niveau 2 (interopérabilité entre applications mobiles et avec d’autres applications de soins de santé, Réseaux Santé ou services eHealth) et 3 (applications ayant démontré une plus-value économico-sanitaire).

Franchir ces étapes 2 et 3 est pour l’instant impossible dans la mesure où les autorités n’en ont pas encore fixé les conditions précises.

A noter toutefois que les mutualités pourraient prendre les devants. C’est en tout cas ce que Partena a décidé de faire pour les applications MoveUp et FibriCheck (voir ci-dessous) qui bénéficient d’un remboursement forfaitaire, certes une somme modeste par rapport au coût de la solution mais un premier pas…

MoveUp: revalidation accompagnée

Start-up bruxelloise, mais d’origine gantoise (ses co-fondateurs ont eu l’idée de la solution alors qu’ils suivaient un MBA à la Vlerick Business School), MoveUp a développé une solution mobile, consistant en un bracelet connecté, traqueur d’activités, et d’une appli pour mobile qui permet aux personnes ayant subi une opération de la hanche ou du genou, avec placement d’une prothèse, de suivre un processus personnalisé de rééducation. Particularité: le programme et le suivi ne sont pas du genre “do it yourself 2.0” puisqu’ils impliquent et reposent en partie sur les informations et indications des professionnels (kiné, médecins spécialisés, sans oublier le chirurgien qui a pratiqué l’opération).

Le patient enregistre automatiquement ou encode, sur son smartphone ou sa tablette, des informations au jour le jour (douleurs, prise de médicaments, sensations…) et, sur cette base et sur base de son dossier médical, reçoit quotidiennement son programme d’exercices personnalisés, des conseils sur le niveau d’activité recommandé, sa posologie de médicaments ou encore des conseils afin d’optimiser son parcours de rééducation. L’appli lui permet aussi de poser des questions aux professionnels de soins.

La solution MoveUp a été certifiée comme dispositif médical CE.

Les premiers tests sur patients avaient été effectués en 2017 auprès de patients ayant été traités aux hôpitaux AZ Maria Middelares de Gand et AZ Delta à Roulers. La Clinique Saint-Jean de Bruxelles a également participé aux tests.

Depuis la solution a convaincu 17 hôpitaux, dont ceux de Braine l’Alleud, Ottignies, Saint-Luc (Bouge) et le Grand Hôpital de Charleroi. En tout, 35 chirurgiens prescrivent aujourd’hui cette appli qui est utilisée par environ 600 patients (environ 30% d’entre eux sont francophones). “Nous ajoutons désormais une centaine de patients par semaine”, indique Charles-Eric Winandy, co-fondateur de la société.

Côté remboursement de l’appli, elle a été adoptée par Partena, comme nous le signalions plus haut. La mutualité accorde un forfait de 30 euros pour son utilisation. MoveUp a par ailleurs convaincu deux assureurs privés (DKV et Axa) de l’inscrire également sur leurs tablettes (sans jeu de mots). “Le fait que nous soyons désormais validés “niveau 1” est un argument de plus dans nos démarches auprès d’autres assureurs”, estime Charles-Eric Winandy.

Pour l’instant, l’appli n’est pas encore téléchargeable au départ des “stores” Android et Apple mais ce devrait être le cas d’ici quelques semaines (ou mois). Pour l’instant, la solution est mise à disposition sous forme de “package”, la société procurant aux patients une tablette avec l’appli pré-installée…

Coeur, cancer, sommeil, respiration… 

FibriCheck, application mobile conçue par Qompium, start-up issue du programme d’accélération iStart de l’imec, a été créée afin de détecter des troubles du rythme cardiaque, notamment la fibrillation auriculaire, à l’aide d’un simple smartphone. Le “truc”: “l’utilisateur place son doigt pendant 60 secondes sur l’appareil photo de son smartphone, ce qui permet de détecter la forme de l’onde de pouls.”

Toutes les informations sont automatiquement communiquées à un médecin, “classées par ordre de priorité dans son tableau de bord”, afin qu’il puisse établir un diagnostic rapide et planifier un programme de traitement adéquat.

L’appli est essentiellement recommandée par les médecins pour des patients qui présentent un risque plus élevé (hypertension artérielle, diabète, maladies vasculaires, antécédents de crise cardiaque ou d’AVC…) ou qui souffrent de symptômes tels que palpitations cardiaques, essoufflement…

Tout comme MoveUp, FibriCheck est remboursée (forfaitairement) par Partena.

RemeCare pour Oncologie, développée par Remedus (Aartselaer), est une application destinée à faciliter les échanges entre patients souffrant d’un cancer, soignés à domicile par chimiothérapie, et soignants.

Elle permet aux patients d’encoder des informations concernant leur traitement et son observance: prise de médicaments, degré de gravité des effets secondaires… Le personnel soignant peut ainsi adapter plus rapidement le traitement ou les posologies.

Fonctions de l’appli: alertes et notifications, guidage automatisé, suivi clinique à distance, support de traitement.

L’application avait fait l’objet du projet-test AMTRA dont nous vous avions parlé dans l’article “AMTRA: appli mobile pour suivi ambulatoire du traitement anticancéreux par chimiothérapie”

Enfin, AirView de la société ResMed, est une appli mobile, basée dans le cloud, de suivi de personnes souffrant de troubles du sommeil et respiratoires.

Elle permet de procéder à des tests à distance et d’accéder à des informations concernant des équipements ou des thérapies respiratoires.

ResMed, société d’origine australienne désormais basée à San Diego (Californie), s’est spécialisée dans la conception d’équipements destinés au traitement des troubles respiratoires liés notamment au sommeil (apnée du sommeil, maladie pulmonaire obstructive chronique…).

Partager

Laisser un commentaire