Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Quand une fintech débusque des talents via un hackathon…

Article
Par · 28/11/2018
Partager

Le week-end dernier, la fintech liégeoise Gambit Financial Solutions organisait un hackathon afin de faire plancher de jeunes (ou moins jeunes) codeurs sur le thème “Changer la vie grâce à la banque (mobile) de demain”.

Le Hack’Ademic avait notamment pour but, au-delà de la visibilité qu’un tel événement donne à une société, de permettre à Gambit d’entrer en contact et de repérer des talents en vue d’un possible recrutement, d’“offrir aux étudiants des opportunités d’embauche, de stages, de mémoires, ou encore d’envisager l’organisation d’ateliers et/ou conférences avec nos experts afin qu’ils puissent leur donner une réalité de terrain.”

Le besoin de Gambit en nouveaux collaborateurs ne se dément en effet pas. La société a engagé une quinzaine de personnes ces six derniers mois, affiche désormais un total d’une centaine de personnes, et s’emploie à se développer à l’international (voir encadré ci-dessous). Le besoin de nouvelles recrues est constant, souligne Geoffroy de Schrevel, CEO de la société. A commencer par des développeurs (intelligence artificielle, UX…) mais aussi des chefs de projet et des testeurs. 

Geoffroy de Schrevel (Gambit): “Nous sommes toujours en recherche de talents. En ce compris pour notre développement à l’international, au-delà du Benelux et de la France. Nous comptons actuellement plus d’un million d’utilisateurs de notre solution et nous sommes persuadés que nous enregistrerons une importante croissance à deux chiffres au cours des années à venir.”

Autre objectif du hackathon, lié au précédent mais devant se concrétiser sur le plus long terme: le développement de collaborations et de partenariats avec des écoles.

Le Hack’Ademic avait deux connotations spécifiques. Primo, il était sciemment destiné à des profils de programmeurs/codeurs. Deuzio, la société l’avait voulu international, “afin de favoriser une diversité culturelle que nous apprécions beaucoup”, souligne Geoffroy de Schrevel.

Le Hack’Ademic, une réussite?

Selon Geoffroy de Schrevel, le hackathon a rempli ses objectifs. “Avons-nous détecté des talents? C’est absolument certain. Le hackathon nous a permis

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire