Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Mundaneum Factories & Tokenomics: cycle de conférences et d’ateliers

Article
Par · 19/03/2018
Partager

Ce contenu est réservé aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

1 commentaire

  1. Merci Madame Brigitte Doucet pour ce relais d’information.
    Il est l’opportunité d’apporter un éclairage complémentaire sur la dimension rationnelle de la tokenomics, que les mots ‘partage’, ‘co-opératif’, ‘ouvert’, ‘participatif’, ‘soutenable’, ‘durable’, occultent parfois en raison des valeurs morales associées.
    La Tokenomics au Mundaneum a été présentée le 12 mars 2018 à Open Knowledge Belgium et pour avoir choisi le label de Creative Commons, elle se propose comme un exercice ouvert de connaissance, plus spécifiquement dans le champs de la raison.
    Je lis: “Une économie alternative qui s’oppose à l’économie basée sur la monnaie traditionnelle. Les apôtres de la transition participative se sont trouvé une nouvelle religion”
    La tokenemics n’est pas un appel à la conversion des âmes en faveur du partage ou d’autres valeurs morales.
    Elle ne s’oppose pas non plus à l’argent classique. Dans un portefeuille tokenisé, l’argent classique a sa place et sa part dépendra des usages sociétaux.
    Pas davantage, le contrat monétaire n’est abordé par la tokenomics en un sens philosophique, à la Rousseau ou autres.
    Les questions de raison qui sont posées par la tokenomics sont les suivantes:
    Comment les participants à un échange sont topologiquement caractérisés et connectés lorsque ledit échange s’opère via une transaction monétisée ?
    Vient naturellement ensuite la question analogue pour les tokens – des entités comptables, circulantes, aujourd’hui en recherche de format : comment les participants à des échanges tokenisés sont topologiquement connectés et caractérisés?
    Ici, la raison observe des différences, formalisables, qui peuvent faire l’objet d’algèbres, avant même toute quantification de valeurs, et renouveler nos formats comptables.
    Vient ensuite la capacité, grâce à cet exercice d’examiner les facilités de contracter de l’association, générées par la topologie des échanges tokenisés, associations qui s’hybrident par ailleurs avec les organisations entrepreneuriales usuellement monétisées.
    C’est aussi en ce sens formel, que la tokenisation est une offre de transition.
    La tokenomics examine par la raison le champs des possibles pour la circulation des valeurs et notamment la valeur organisationnelle d’association au cœur de la nécessité économique.
    Rien de moral non plus à ce stade, associations de bienfaiteurs et malfaiteurs ne sont pas distinguées pour un tel exercice de raison.
    D’ouvrir de nouveaux possibles et de les déposer dans l’espace culturel pour une invitation à s’en saisir est immanquablement un appel à la liberté.
    (Ce n’est pas un accident si les libertariens de toute orientation s’engouffrent dans les tendances crypto)
    La tokenomics pour quelles valeurs ? La tokenomics n’a pas de commerce de valeurs à proposer… En tant que connaissance et technique, elle autorise de nombreux commerces de valeurs, sans consensus obligatoire.
    L’outil ouvre de la facilité d‘association pour amener plus de valeurs à circuler dans le champs de la nécessité économique par une activité choisie. Se saisir de cette liberté s’assortit immanquablement de nouvelles formes de gouvernance pour des raisons structurelles. Les rôles gagnent leur définition du champ des possibles positions autorisées par l’outil. Et l’outil lui-même est posé dans le champs d’une libre construction de marché, un marché enrichi de la facilité de contracter en sécurité sans tiers.
    La tokenomics est amoral et apolitique et s’adresse à la liberté par l’implémentation des moyens. Elle est exercice de raison au cœur de l’action, car une connaissance se fabrique d’abord avec le corps, en artisan.
    Merci encore pour cet article. Il est opportunité de corriger un biais de communication. Au plaisir de vous rencontrer le 29 mars. Avec les artisans co-opérateurs, je tenterai d’apporter les éléments de raison pour un libre examen du contrat monétaire et des nouveaux moyens en cours d’élaboration pour une économie tokenisée, qui débordent aujourd’hui le champs de la blockchain.
    Bien à Vous.
    John.

Laisser un commentaire