Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

NRB: un accord avec IBM pour “flexibiliser” l’offre

Article
Par · 06/02/2018
Partager

Dans le cadre de son plan stratégique quinquennal de développement (2017-2022), validé, fin d’année dernière, par son conseil d’administration (voir plus de détails plus loin dans l’article), le groupe NRB a récemment signé un accord de collaboration commerciale avec IBM qui lui ouvre de nouvelles perspectives de services.

Au-delà des investissements qu’il continuera de faire dans le renforcement et l’évolution de sa propre infrastructure (mainframes, serveurs, logiciels de gestion…), NRB a en effet trouvé en IBM un partenaire pouvant accélérer l’ajout d’un pan majeur de services à ses clients. En l’occurrence, une passerelle vers des infrastructures de type cloud public et des capacités logicielles dans les domaines du middleware, de l’orchestration d’accès et de l’analytique.

Les termes de l’accord

L’accord de services passé entre NRB et IBM porte à la fois sur une extension des ressources d’infrastructure auxquels les clients peuvent faire appel et sur de nouveaux potentiels en termes de gestion et d’orchestration de services et d’accompagnement dans les choix à poser par les clients.

“Il y a une complémentarité naturelle entre IBM et NRB”, déclare Pascal Laffineur, patron de NRB. Big Blue peut mettre à la disposition de la société liégeoise les fruits de son R&D en matière d’infrastructure cloud et “sa puissance de développement pour la mise sur le marché de nouvelles technologies”, épargnant à NRB des investissements parfois colossaux, en ce compris en logiciels, qu’en tant qu’acteur nettement plus modeste et local, la société ne peut se permettre.

“Nous n’avions pas les moyens de développer les outils et solutions, notamment en termes de couche d’orchestration, pour organiser et gérer les accès aux clouds publics, contrairement à ce que nous assumons et continuerons de faire en termes d’orchestration de services et d’accès à notre propre cloud privé”, indique Pascal Laffineur.

NRB avait théorisé un choix technologique pour cet accès aux infrastructures de cloud public – qu’elles affichent l’enseigne d’IBM, d’Amazon, de Microsoft ou autre acteur éventuel. Sa préférence: VMware. Elle a été avalisée par IBM qui la reprendra à son compte pour assurer cet accès pour le compte des clients NRB.

La complémentarité s’exprime aussi en termes de clientèle visée: les grandes sociétés (internationales) pour IBM, des acteurs davantage de taille PME et plus locaux pour NRB.

Autre domaine où NRB avouait un manque de capacités et compétences propres – ou, en tout cas, trop lourdes à mettre en oeuvre en solo: l’automatisation des processus sur base de technologies IA (intelligence artificielle), baptisées “cognitives” dans le vocabulaire IBM.

L’accord passé avec Big Blue permet désormais à NRB de profiter des technologies IA (machine learning, analytique cognitif, processus automatisés…) développées et maîtrisées par IBM. Ces ressources et compétences pourront être mises à profit dans un large éventail de contextes.

Pascal Laffineur cite deux exemples.

“Jusqu’à présent, nous traitions certes les demandes, requêtes ou plaintes de nos clients concernant le fonctionnement d’une infrastructure ou d’un service mais en le faisant au cas par cas, sans pouvoir réellement analyser les causes (analyse technique et fonctionnelle de la ‘root cause’). Les outils d’analyse cognitive d’IBM permettront d’analyser ces causes, de les trier, hiérarchiser et de nous concentrer ainsi par exemple sur les causes majeures afin d’améliorer l’infrastructure.

Les potentiels IA seront également utiles pour conseiller les clients dans leur choix de scénario cloud. Sur base d’éléments statistiques, il devient possible d’affiner l’analyse de la situation et des besoins de chaque client en particulier et de lui recommander tel ou tel type de cloud, privé, public ou hybride, en fonction de sa configuration existante, de ses types de données, de ses besoins en stockage, des contraintes réglementaires auxquelles il doit se plier, de ses besoins en termes de confidentialité, etc.

La plate-forme en libre-service de NRB agira comme un cloud broker interactif, conseillant le client sur la meilleure approche pour gérer et traiter ses données”

Bien d’autres cas d’usage sont envisageables, notamment dans le domaine de la maintenance prédictive industrielle.

A noter que l’accord passé avec IBM n’a rien d’exclusif, NRB se réservant le droit d’être “technologiquement agnostique” et de choisir éventuellement un autre fournisseur pour des éléments matériels ou logiciels qui, à l’avenir, auraient sa préférence et/ou qu’il combinerait avec l’offre IBM. De même, les clients de NRB ne sont pas obligés de choisir une infrastructure cloud IBM.

L’argument financier

L’accord passé avec IBM permet aussi à NRB d’alléger sa facture. Non seulement, comme on l’a vu plus haut, la société évite de devoir investir lourdement en développements de logiciels et de processus mais l’ardoise ‘infrastructure matérielle’ (serveurs, mainframes, réseau) devient, elle aussi, plus aisée à régler.

“IBM nous facture l’infrastructure selon l’utilisation que nous en faisons. Nous passons ainsi d’un modèle Capex à de l’Opex, nous variabilisons nos coûts. C’est important dans un contexte où il est de moins en moins possible de prévoir la variabilité des besoins des clients. Un simple petit exemple: les besoins de compagnies d’assurance ou d’un client tel que d’Ieteren connaissent d’importantes fluctuations à l’époque du Salon de l’Auto.”

Pascal Laffineur (NRB): “Il y a un fit culturel évident entre nos deux sociétés. Le but était d’unir nos forces pour faire croître le marché auprès des clients, afin de leur proposer de nouveaux types de services.”

Pour que l’effet “variabilisation” joue à fond, il faudra bien entendu qu’un maximum de clients optent pour le cloud qui autorise ce modèle de “facturation à la consommation”. A cet égard, Pascal Laffineur souligne que l’accord passé avec IBM et les conditions tarifaires que NRB pourra répercuter vers ses clients lui permettront d’avancer un nouvel argument commercial: “nous sommes désormais en mesure de proposer aux clients des offres beaucoup plus flexibles. Nous pouvons leur proposer nos services à des tarifs plus variables que par le passé, ce qui devrait les rendre plus attractifs…”

Le potentiel de variabilisation et flexibilisation des coûts pour NRB ne s’arrête pas là. Le groupe a en effet également négocié avec IBM une variabilisation future de ses coûts mainframe. Si, jusqu’ici, les infrastructures legacy (matériel IBM) ont fait l’objet d’un contrat de leasing, demain, “au plus tard lors de l’arrivée à fin de vie des systèmes existants”, IBM facturera l’usage en mode IaaS (infrastructure as a service).

 

NRB a balisé les grandes lignes de sa stratégie de développement à cinq ans (2017-2022). Objectif: doubler l’envergure du groupe, en ce compris via acquisitions ciblées. Coup d’oeil sur les 6 axes et certaines intentions en termes de rôle que voudrait jouer NRB sur fond de stratégie numérique de la Wallonie.

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

1 commentaire

  1. enfin des stratégies et des rapprochements élaborés et étudiés il y a plus de 10 ans se mettent en place..au bénéfice de tous ceux qui travaillent et construisent leur avenir en WALLONIE
    et en BELGIQUE dans le domaine de l’IT

    Un pensionné qui aurait pris du plaisir a vivre ces moments excitants..

Laisser un commentaire