Attention : Nous mettons à jour notre gestion des abonnements. Si vous rencontrez un bug, n'hésitez pas à nous contacter à bugs@regional-it.be

Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Digital Attraxion lance un programme MoveUp thématique

Article
Par · 08/09/2017
Partager

On connaît désormais bien les programmes dits d’“accélération” ou de maturation de jeunes pousses. Les participants ont droit à des formations, ateliers pratiques, conseils et accompagnement afin de faire progresser leur projet en termes de solidité commerciale et/ou technologique.

Toutefois, le programme MoveUp que lance aujourd’hui Digital Attraxion, l’accélérateur hennuyer de start-ups numériques/nouvelle économie, veut se distinguer de la moyenne des initiatives prises jusqu’ici en Belgique en y intégrant quelques particularités.

A commencer par une implication directe de… grandes entreprises. “L’idée est d’ancrer le programme dans le concret, de créer d’emblée une relation entre les start-ups participantes et leurs futurs clients ou fournisseurs potentiels”, explique Denys Bornauw, directeur Corporate Relationship de Digital Attraxion et en charge du programme MoveUp.

Puiser l’innovation à la source

Les corporates embrigadés dans la première session sont les Transports Fockedey, Sedis Logistics, Alstom, Lutosa, la Ville de Tournai, Technord, Bizzdev, l’Aéroport de Charleroi.

Leur rôle: ils serviront de “sparing partner” voire d’environnement de test et validation de l’idée portée par la start-up. “Ils s’engagent à consacrer du temps à la ou aux start-ups qu’ils “parrainent” en quelque sorte”, explique Denys Bornauw. “Ils participeront d’ailleurs à la sélection initiale des jeunes pousses accélérées, en adoubant leur projet parce qu’il est proche de leurs préoccupations.

Pendant le programme, ils devront rencontrer la start-up au moins une fois par semaine pour assurer le suivi de l’évolution du projet, valider l’hypothèse, le modèle commercial…”

Denys Bornauw affirme ne pas avoir eu de difficultés à convaincre ces “corp” de jouer le jeu. “S’impliquer dans ce genre de processus ne nécessite aucun investissement financier de leur part. Uniquement un engagement en temps. Et cela leur permet de réduire le risque car, en ayant trouvé le produit ou service de la start-up intéressant au départ, en l’ayant suivie pendant 20 semaines, ils auront appris à connaître celle qui pourrait devenir leur fournisseur ou leur client.”

Denys Bornauw (Digital Attraxion): ”Pour une corporate, s’impliquer dans un tel programme ne demande qu’un investissement en temps et lui permet d’apprendre à connaître la jeune pousse qui pourrait devenir leur fournisseur ou leur client.”

Notons au passage que Digital Attraxion ne s’implique pas dans la relation potentiellement commerciale qui peut ainsi naître entre start-up et “parrain”. Aux deux parties de voir en direct si elles veulent ou non lier leur destin futur…

A ces “parrains” s’ajoutent des partenaires qui contribueront à l’exercice d’accélération en mettant à disposition de l’expertise, du matériel ou des logiciels à conditions avantageuses. Parmi eux, OVH Digital Launch Pad, Sigfox, Ernst & Young, Cronos, The Things Network, le Microsoft Innovation Center de Mons, le Cenaero, Multitel, Proximus EnCo, IBM, Spacebel, Digital Wallonia (pour l’accès aux open data)…

Premier thème: logistique/IoT

Deuxième spécificité du programme MoveUp: il sera thématique. Pour sa première édition, le thème principal choisi est celui les systèmes intelligents de transport (ITS). Autres sujets qui pourront inspirer les start-ups candidates: la mobilité des objets connectés (IoT) et l’analytique big data pour environnements connectés.

“Le choix du thème s’est fait en fonction des spécificités de la région où se déroule le programme – Tournai est clairement une zone logistique importante, transfrontalière – et, dès lors, des expertises et attentes des sociétés locales, notamment celles des corporate qui s’impliqueront dans le programme.”

Quant à l’IoT et aux environnements connectés, il faut y voir en filigrane le thème des smart cities, que Tournai voudrait développer davantage.

Provoquer la mixité

Autre particularité: le programme MoveUp n’est pas exclusivement réservé à des start-ups locales (en l’occurrence, hennuyères). Les candidats peuvent en effet venir d’autres régions, voire d’autres pays. Digital Attraxion a en effet décidé de jouer la carte du transfrontalier et de l’international. “Notre volonté est clairement de privilégier la mixité entre start-ups locales et internationales, pour mieux fertiliser le terreau local et, par la même occasion, faire connaître le potentiel d’accueil et de développement que permet la région”, indique Denys Bornauw.

Dans le processus de sélection (du moins pour cette première édition), il n’y aura pas de quota de places réservé à des start-ups hennuyères ou wallonnes. Et cela, en dépit du fait que le financement de Digital Attraxion et du programme MoveUp est, lui, entièrement wallon. Une hérésie?

“Les retombées directes et indirectes bénéficieront bel et bien aux acteurs locaux puisque tout le coaching sera local et que les corporates et partenaires associés au programme sont des acteurs locaux. L’évolution des prototypes se fera, lui aussi, via l’écosystème local”, déclare Denys Bornauw. Et la phase ultérieure de prise de participation et d’investissement dans les start-ups permettra aux trois invests locales d’avoir un droit de premier regard/premier refus…

Appel à candidatures

L’appel à candidatures est lancé cette semaine et sera clôturé le 8 octobre. Des informations détaillées sur les critères à respecter pour déposer sa candidature et sur les thèmes du programme sont disponibles sur le site de Digital Attraxion.

25 start-ups seront pré-sélectionnées, en collaboration avec les “corporate” partenaires (afin de vérifier l’intérêt et la “traction” potentielle du projet) et auront la possibilité de venir défendre leur projet devant un jury le 23 octobre.

Les 10 jeunes pousses retenues seront connues dès le lendemain.

Démarrage du programme: 6 novembre. Clôture: 6 avril 2018.

Pour sa première édition, le programme d’accélération a élu domicile au Negundo Innovation Center, à Froyennes près de Tournai.

Hauteur de l’investissement consenti par Digital Attraxion pour l’exercice d’accélération qui, pour rappel, s’étend sur 20 semaines: maximum 100.000 euros par start-ups sous forme de prêt convertible, servant à couvrir des frais tels que le coaching, la participation aux ateliers (industrialisation de processus, marketing, financement…), une participation à 3 conférences ou salons (dont le Smart City Expo World Congress de Barcelone), des visites en entreprise…

Tournante régionale et thématique

MoveUp est destiné à “tourner” en province de Hainaut, histoire de visiter les trois principales sous-régions que sont le Tournaisis, la région de Mons et celle de Charleroi. A raison de 3 éditions, si possible, par an.

Cette volonté de proximité est, en quelque sorte, une version plus moderne et moins nombriliste d’un sous-régionalisme particulièrement tenace en province de Hainaut. C’est d’ailleurs pour tenter de le remiser aux oubliettes que Digital Attraxion a vu le jour, unissant dans un même effort une série d’acteurs locaux, et notamment les 3 invests régionales que sont Sambrinvest, WAPinvest (ex-HoccInvest Fonds Spin-off/Spin-out) et IMBC Spinnova. Relire l’article que nous avions publié au sujet de son positionnement et de son fonctionnement.

Chaque édition du programme MoveUp aura par ailleurs une thématique propre, correspondant le plus possible, comme expliqué plus haut, aux spécificités, compétences et besoins locaux. Une prochaine édition pourrait ainsi être placée sous le signe de l’industrie 4.0.

Partager