Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Inoopa: si tu ne viens pas à Lagardère…

Article
Par · 02/03/2017
Partager

L’été dernier, Inoopa se lançait sur le marché, se présentant comme un “outil de premier diagnostic” destiné à permettre à tout commerçant de décider de l’opportunité de se lancer ou non (d’où le nom “in ou pas”?) dans l’e-commerce ou, à tout le moins, dans des activités de présence et de visibilité en-ligne, et de lieu donner une série de conseils sur la manière de le faire.

La méthode imaginée? Tout simplement un questionnaire en-ligne avec des algorithmes qui malaxent les réponses afin d’évaluer les paramètres de la société et de comparer sa situation et ses perspectives avec les indicateurs-clé du secteur concerné.

Au bout de l’exercice, une évaluation et quelques conseils sur la manière de procéder ou d’aborder les choses: feu vert pour la création d’une e-shop ou, plus modestement, orientation par exemple vers du simplement référencement sur réseau social (afin d’obtenir une meilleure visibilité pour la boutique “en briques”, le lancement de campagnes de fidélisation par e-mail ou celui d’une carte de fidélité virtuelle.

Le service était sensé être démocratique: 100 euros pour ce diagnostic en-ligne. Pas trop cher afin d’attirer un maximum de commerçants.

Moins d’un an après son lancement, la start-up fait le constat que le modèle n’est pas financièrement porteur, par manque d’engouement du côté de la cible.

Inoopa a donc décidé e changer son fusil d’épaule et de miser sur d’autres chevaux – sans pour autant faire une croix sur cette offre de service générique.

Explications.

Simple détour ou changement de cap?

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire