Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

PoolPio: recréer en virtuel ce qu’on a perdu

Article
Par · 25/01/2016
Partager

PoolPio n’est pas encore une société. Simplement le nom d’un projet d’activités, lancé en novembre dernier et mené par deux jeunes Bruxellois sur le terrain de la vidéo 360°. S’ils réalisent des vidéos à des fins marketing ou de pur divertissement, ce n’est que pour subvenir à leurs premiers besoins, le temps de se faire un nom, une visibilité et de convaincre clients et éventuels bailleurs de fonds d’utiliser leurs services pour des réalisations de type réalité virtuelle ou augmentée visant des applications dans des secteurs tels que les soins de santé, le culturel ou le cinéma.

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Kevin Hauzeur et Jean-Louis Decoster combinent des compétences dans les domaines de la captation vidéo “sphérique” (solution GoPro et logiciel de stitching – réassemblage d’images pour vision panoramique) et des traitements post-effets (suivi, ajout d’infos, scénarisation dynamique…).

Leur espoir est de pouvoir s’imposer comme une société de création et de services dans d’autres domaines que le pur info-divertissement ou que le marketing augmenté.

Simuler et stimuler

Premier domaine visé: le médical. Leur premier projet, pour lequel ils ont été frapper à la porte de la Ligue Braille, concerne une solution d’autodiagnostic pour maladies oculaires. “En recourant à un simple Cardboard [ces dispositifs basiques dans lesquels se glisse un smartphone, devenu ainsi écran de réalité virtuelle] et une appli dédiée, il est possible d’émuler certaines pathologies.”

Le but? Permettre à tout un chacun de faire rapidement un petit diagnostic de son problème visuel. “La solution permettra de simuler une vision normale et une vision détériorée par les symptômes des différentes maladies”, explique Kevin Hauzeur. Pour leur fournir les informations médicales nécessaires, le duo a reçu l’aide d’un ophtalmologue, le Dr Paul Screvens.

Un premier prototype de démonstration permet d’identifier et diagnostiquer 7 maladies. D’ici fin février, le duo espère avoir poussé le total à 12.

L’idée séduira-t-elle? Si les contacts établis avec la Ligue Braille ne donnent pas de résultat, notamment en termes de financement potentiel, PoolPio imagine de s’adresser aux labos pharma.

Toujours dans le secteur (para)médical, PoolPio voudrait aussi concrétiser une idée de vidéo immersive qui permettrait à des para- ou tétraplégiques ou encore à des patients souffrant de douleurs fantômes de remobiliser leurs membres. Le vecteur déclenchant et scénarisant les simulations virtuelles serait ici les impulsions cérébrales, “pour des mouvements certes simples mais pouvant avoir un effet thérapeutique”. Des contacts, en ce sens, ont été établis avec l’hôpital Brugmann.

Une version moins sophistiquée de cette idée consisterait à développer une solution vidéo immersive, stimulant le mouvement et l’activité, pour des personnes contraintes à la sédentarité pour des raisons d’âge ou de santé. Qu’il s’agisse par exemple de personnes âgées ou d’enfants-bulles (souffrant de grave déficience immunitaire).

PoolPio imagine d’autres débouchés pour ses créations: le cinéma, avec des réalisations immersives sur le thème des “making of”, et la protection du patrimoine. “L’effet immersif de la vidéo 360° permet de créer des bulles d’immersion pour les générations futures, leur permettant de faire revivre des éléments de patrimoine disparus ou détruits. La vidéo procure déjà cet effet immersif. Il sera bientôt complété de manière satisfaisante par l’avènement du son atmosphérique. Et, qui sait, les odeurs y ajouteront-elles, demain, une nouvelle dimension…”

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire