Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

digitalwallonia.be: la Wallonie se dote d’une “marque” numérique

Article
Par · 01/04/2015
Partager

Une “marque” unique est née pour chapeauter et unifier (si possible) le paysage et les ambitions du numérique wallon. Un peu à la mode French Tech, pour qui veut saliver devant l’exemple venu d’outre-Quiévrain.

Cette marque, ce sera… digitalwallonia.be. Non, ce n’est pas un poisson d’avril. Au-delà du nom, cet étendard virtuel se matérialisera également – d’ici la fin mai si le calendrier est respecté – sous la forme d’une plate-forme, d’un site Internet qui sera le wallo-guide du routard numérique. A la manoeuvre: l’Agence du Numérique qui veut en faire le référentiel unique, cohérent, “de tout ce qui vit et se fait” en matière d’ICT et de numérique en Wallonie: acteurs du secteur IT, utilisateurs numériques, organes d’encadrement…

Une vitrine – interactive – des acteurs et des usages numériques wallons. Un thermo-baromètre des progrès et avancées vers l’objectif – pas uniquement politique – de faire de la Wallonie une “terre d’excellence numérique”.

Au-delà d’une certaine grandiloquence, les enjeux, eux, sont bien concrets, urgents, parfois douloureux. La “transformation” numérique – ou favorisée par les technologies numériques – de l’économie et des acteurs locaux est un chantier au long cours. Le Plan numérique qui se prépare (au niveau du Cabinet Marcourt, du Conseil du Numérique, des travaux de groupes d’experts etc. (voir notre encadré, ci-dessous, pour une explication du mécanisme mis en oeuvre) devrait en principe être comme une nouvelle infusion d’idées, de projets et – ? – de moyens.

Dans les discours en tout cas – que ce soit ceux du ministre de l’Economie et du Numérique ou ceux du Ministre-Président -, le numérique occupe désormais une place de choix.

Exemples récents? Ces quelques phrases de Paul Magnette lors de son discours sur l’état de la Wallonie (Parlement wallon, 25 mars). “La révolution numérique doit concerner tous les secteurs – de la fonction publique à la santé, en passant par le commerce de détail.” “Il faut que les Wallons comprennent que le numérique est une innovation comparable à l’apparition de l’écriture.”

Autres signes?

Notamment, ce fameux Plan numérique, attendu au début de l’automne, qui sera une décoction – un “affinement”, en termes davantage stratégiquement corrects – du Master Plan TIC, imaginé voici plus de 3 ans, qui n’a jamais été déployé dans sa totalité. Par manque de moyens budgétaires et de focalisation pragmatique.

Mais aussi le rôle que jouera le numérique dans le programme “Industrie 4.0” de la Région.

Ou encore, la place de choix qu’occupera, dit-on, le secteur ICT dans le programme de promotion à l’exportation de l’AWEX en 2016.

Who is Who and How

Le futur site digitalwallonia.be – sous sa forme actuelle, il n’est que la liste des matières – permettra de découvrir l’ensemble des acteurs ICT et numériques locaux sous un angle “profils et rôles”. Le profil inclura par exemple les activités spécifiques de chaque acteur, le storyline de ses participations à des événements ou missions économiques, son activité sur les réseaux sociaux…

“La plate-forme sera l’incarnation de cet objectif de terre d’excellence numérique. Le but est d’oeuvrer à l’intensification numérique pour le développement économique et social. En transversal puisque tous les pôles de compétitivité, notamment, ont besoin du numérique”, explique André Blavier, porte-parole de l’Agence du Numérique (AdN; ex-AWT). “Ce sera le point d’unification des données et de concentration des actions, un centre de ressources – informations, bonnes pratiques, indicateurs, open data, API…”

Benoît Hucq, directeur de l’AdN: “L’Agence du Numérique conserve et poursuit les trois missions essentielles de l’AWT. A savoir: veille, conseils aux partenaires et acteurs de l’IT, vision prospective, décryptage et promotion des usages [numériques].”

Si l’AdN est le gestionnaire et l’animateur de cette plate-forme, elle espère aussi et surtout pouvoir opérer en chef d’orchestre, avec collaboration active (et synchronisée) des autres acteurs du secteur ICT wallon: cluster Infopole, CETIC, Technofutur TIC… Chaque “partenaire” demeurera responsable de ses données et informations mais selon le principe d’une “single version of the truth” – pour reprendre une expression bien connue du monde de la business intelligence et de l’analytique. En se déchargeant pour partie de “basses besognes” (constitution de bases de données, tenue à jour d’agendas d’activités…), chaque acteur devrait en principe pouvoir mieux se concentrer sur sa mission première. Par exemple, formation chez Technofutur TIC, l’animation et la promotion des acteurs ICT locaux du côté de l’Infopole…

Collecter, décanter, décider

Mécanisme complexe que celui imaginé pour préparer le Plan numérique, puisqu’il fait intervenir un bureau-conseil indépendant, un Conseil du Numérique (avec quelques grosses pointures locales), des Assises, des groupes d’experts, un site participatif ouvert aux contributions de tous…

Petit décryptage du fonctionnement de ce meccano (réservé à nos abonnés Select et Premium).

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire