Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

La Hulpe et Ixelles désignées “eTowns” 2014 par Google

Article
Par · 29/11/2014
Partager

Pour sa deuxième édition, l’édition belge du concours international “eTown” organisé par Google, a désigné Aartselaer, La Hulpe et Ixelles comme les trois communes communes belges (une par Région) qui sont “les plus actives sur Internet et qui en exploitent le mieux les opportunités”.

Ce classement a été réalisé sur base d’une méthodologie imaginée par le Boston Consulting Group qui ne tient toutefois compte que de 6 critères (pas toujours optimaux, comme nous le verrons plus bas).

Le degré d’activité numérique mesuré et évalué – au niveau non seulement de la commune elle-même mais aussi de ses citoyens et, surtout, des entreprises établies sur son territoire – se place très largement dans une optique de numérique, instrument d’attractivité et de de développement économique. Gommant ainsi pas mal d’autres facettes de l’activité ou du dynamisme numériques d’une commune.

Des lauréats un rien surpris

La commune d’Ixelles semble avoir emporté de précieux points par le lancement récent d’un nouveau site Internet, “retravaillé pour permettre de multiples points d’entrée”. Outre sa page Facebook, que la commune alimente en actualités, la communication avec les citoyens passe aussi dorénavant par une lettre d’informations électronique (environ 2.000 abonnés, tout comme il y a aussi environ 2.000 fans sur Facebook).

La concentration, sur son territoire, de deux universités, de nombreux commerces et sociétés a sans doute aussi peser dans la balance. Des contacts désormais plus étroits sont ainsi noués entre les services communaux et les deux campus universitaires (ULB et VUB). Les citoyens ont en outre droit à un accès Internet gratuit dans les bibliothèques ou dans certains espaces tels l’EPN.

En octobre, la bibliothèque (néerlandophone) Sans Souci inaugurait, en collaboration avec Codojo Belgique, un programme d’ateliers de programmation pour les jeunes de 7 à 18 ans.

A noter, côté entreprises, que la start-up ListMinute, établie sur le territoire de la commune, a été désignée – par Google – “société exploitant le mieux le potentiel on-line pour son développement”.

Derrière Ixelles, Auderghem (qui l’avait emporté en 2013) et Evere complètent le trio de tête.

En Wallonie, La Hulpe détrône donc sa quasi-voisine – Wavre – qui avait été couronnée en 2013. Et les responsables communaux sont un peu les premiers étonnés de l’honneur qui leur est ainsi fait. Le Boston Consulting Group ne désire pas dévoiler les éléments précis qui ont fait penché la valence en faveur de La Hulpe (la méthodologie – rappelons-le – soulève quelques questions, voir ci-dessous) mais certains facteurs ont sans doute joué, estime Christophe Dister, bourgmestre de la commune.

Palmarès du concours eTown 2014

Bruxelles: Ixelles, Auderghem, Evere

Wallonie: La Hulpe, Wavre, Nivelles

Flandre: Aartselaer, Gand, Zonhoven

“Nous sommes une petite entité de 7.300 habitants mais nous accueillons aussi chaque jour, sur notre territoire, 3.000 personnes qui viennent travailler dans de grandes sociétés telles que Swift, La Dolce, DBO… ou pour un nombre appréciable de PME. Ces dernières sont assez actives sur Internet.

La commune compte aussi 250 commerces. Nous les encourageons à adopter une démarche commerciale mixte, alliant ventes dans leur espace physique mais aussi via le Net. Nous sommes en effet convaincus que, pour conserver des commerces locaux, il est nécessaire de changer d’approche. D’ores et déjà, 60% des consommateurs s’informent sur Internet avant d’aller faire leurs achats dans les magasins et les nouvelles générations consomment majoritairement via les canaux numériques.”

A cela s’ajoutent également plusieurs initiatives qui concernent directement l’administration communale: un site rénové, le déploiement d’applications telles que BetterStreet ou une application mobile de découverte des hauts lieux de la commune, auxquelles viendra bientôt s’ajouter une autre appli d’information (activités, événements…). Le collège a en outre adopté une solution de préparation et de gestion dématérialisées de ses réunions. “Tous ses membres reçoivent tous les documents par voie électronique quelques jours avant les séances. Cela économise bien du papier et permet à tous de mieux préparer les dossiers.” Le conseil communal sera bientôt mis au même régime numérique.

Une méthode très relative

Nous le disions d’emblée, la méthode adoptée par le Boston Consulting Group pour évaluer le degré d’activité et l’“efficience” numérique d’une commune ne brille pas vraiment par la multiplicité des critères retenus ou par son côté scientifique.

Sans que cela n’entache les mérites des communes récompensées, il n’en demeure pas moins que la méthodologie souffre clairement de certaines faiblesses et pêche par un petit côté analytique simpliste. Seulement six critères sont par exemple retenus. On peut notamment s’étonner que l’analyse de l’activité Internet du citoyen se résume au nombre de colis postaux qu’il reçoit suite à des commandes passées auprès de sociétés. Ou encore que la hauteur des investissements des entreprises ne soit évaluée que sur base de leur budget AdWords (mais après tout les prix sont remis par Google…). Pour nos abonnés Select et Premium, nous nous livrons ci-dessous à un petit décryptage de cette méthode.

Une belle progression depuis 2013

Les critères d’évaluation retenus par le BCG n’ont pas évolué depuis 2013. Ce qui permet d’effectuer une comparaison sur la situation numérique des territoires municipaux. Dans chacun des axes d’évaluation, la progression moyenne est sensible:

  • + 20% en matière de qualité d’infrastructure (débit de chargement), grâce notamment aux investissements consentis par Belgacom (VDSL2), Voo et Telenet
  • + 16% pour le nombre de sociétés ayant enregistré un nom de domaine .be
  • + 80% pour le nombre de comptes AdWords, “preuve d’une prise de conscience de l’importance du marketing on-line par les entreprises.”

Comme signalé plus haut, le décryptage qui suit de la méthode d’évaluation imaginée par le Boston Consulting Group est réservé à nos abonnés Select et Premium.

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire