Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Bientôt un centre de réplication 3D Vigo à Namur

Article
Par · 13/06/2014
Partager

Vigo Universal (Namur) inaugure ce 27 juin un centre de réplication 3D au centre de la capitale wallonne. Pas une simple boutique où l’on pourrait venir faire reproduire l’un ou l’autre “objet” via impression 3D mais plutôt, affirme Christophe Hermanns, fondateur et directeur de Vigo, un centre qui assumera toute la chaîne de création, depuis la numérisation (scanning 3D) jusqu’à l’impression, sur une variété de scanners et d’imprimantes 3D, en passant par la retouche de fichiers, le prototypage rapide et de la production en série.

“Les autres magasins qui voient le jour sont monomarque, sponsorisés par un fabricant. Nous voulons la variété afin de répondre à toutes les sollicitations.” L’impression 3D pourra ainsi s’adresser à un public très varié, tant privé que professionnel ou culturel, et produire des objets dans de multiples matières: plastique, nylon, poudre de résine, plâtre… en de multiples couleurs.

A découvrir donc dès la fin du mois.

Mais Vigo n’a pas attendu l’inauguration de ce centre ouvert au public pour s’aventurer dans l’impression 3D. Elle lui sert en effet aussi pour ses autres axes d’activités (voir encadré ci-dessous). De quoi rentabiliser, en partie, l’investissement.

Vigo Universal

La société de Christophe Hermanns opère selon un modèle un peu particulier. Au fil du temps, il a en effet développé six activités apparemment hétéroclites mais qui se croisent au gré des projets. Cette complémentarité, pas forcément planifiée au départ, permet à la petite équipe (6 personnes et des freelances embrigadés au fil des projets) de répondre à des demandes variées – et de traverser les périodes de vaches maigres que peuvent subir l’un ou l’autre secteur.

Quelles sont ces six axes d’activités? Développements IT; agence de communication et de design; numérisation et réplication 3D; robotique; événementiel; reportages photos et multimédias.

Les imprimantes 3D ont ainsi déjà servi et continueront de servir pour ses projets robotiques. La société a par exemple conçu pour un client un robot utilisé à des fins de marketing. Hauteur: 50 centimètres.

“Nous avions besoin de pièces pour ce robot. Nous avons par exemple refait les bras 5 ou 6 fois. Nous l’avons conçu et produit par raffinements successifs. Rien de tel qu’un modèle réel pour obtenir ce qu’on désire. Le client, de toute façon, n’est pas capable d’apprécier et de comprendre des plans d’ingénieur.

L’impression 3D de pièces permet de prototyper plus rapidement, en cycles courts et rapides, avec un degré de qualité supérieur puisque nous procédons aux adaptations au fur et à mesure. Nous pouvons ainsi proposer ce dont le client a réellement besoin sans passer par des sous-traitants.”

Premier client… Vigo elle-même

 

La suite de cet article est réservé à nos abonnés Select ou Premium. Pour vous abonner, utiliser ce lien.

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire