Pour rester informé(e) des dernières actualités de l'IT en Belgique francophone, lisez ceci • Comment / Pourquoi s'abonner ?

Wallonia Creative District: 30 mois pour convaincre

Article
Par · 04/02/2013
Partager

Nous vous l’annoncions tout récemment: la Wallonie a été sélectionnée par l’Union européenne comme “district créatif”. Qu’implique ce statut? Quel rôle y joueront des organismes tels les clusters (Infopole Cluster TIC et TWIST)? Qui pilotera ou animera le programme? Le programme d’actions et de projets sera détaillé par le menu d’ici quelques semaines mais en voici déjà les grandes lignes.

Pendant 30 mois- de janvier 2013 à juillet 2015-, la région opérera comme “large-scale demonstrator”, autrement dit un terrain d’expérimentation et de concrétisation de bonnes pratiques en matière de politique de redressement et de développement économique centrée sur la créativité.

Selon le cadre défini par l’Europe, un “Creative District” doit en effet “démontrer le rôle que l’innovation dans les services et les ICCs (Industries créatives et culturelles) peuvent jouer dans la transformation d’une région de tradition industrielle en ajoutant de la valeur à son économie par le design, la créativité et l’apport de collaborations trans-sectorielles, de manière à renforcer son positionnement dans les chaînes de valeurs globales.”

Le programme d’actions déposé par la Wallonie auprès des autorités européennes a notamment été retenu en raison de l’approche multi-sectorielle, multi-disciplinaire qu’il propose et qui vise essentiellement deux choses.

D’une part, “décloisonner”, c’est-à-dire faire davantage se rencontrer et collaborer des acteurs, des secteurs, les clusters et les pôles des activités.

D’autre part- et c’est une conséquence directe, favoriser les échanges, synergies, mise en commun de bonnes pratiques et valorisations mutuelles entre le acteurs des industries créatives et culturelles et les secteurs d’activités (plus) traditionnels.

5 partenaires

Le projet sera piloté et animé par la DGO6 (définition et suivi du projet), Wallonie Design (support, activation des relations entre industrie et créateurs, pilotage de projets), St’art Invest (instruments de financement, accompagnement des ICC), l’AWT (support et mise à disposition de ressources d’infrastructure et d’animation) et ID Campus (formation, promotion de divers schémas de coworking et de co-création).

Les clusters Infopole Cluster TIC et TWIST (Technologies wallonnes de l’image, du son et du texte) opéreront comme “partenaires associés”.

4 axes d’action

D’une manière générale, plusieurs objectifs globaux sont visés. Notamment, “insuffler de nouvelles dynamiques créatives dans les clusters et pôles de compétitivité régionaux”, “rajeunir la base industrielle”, et “favoriser une ouverture à l’international”, à la fois pour les acteurs locaux, pour les initiatives des clusters et pour des appels à projets tels que le Boost-Up/Industries créatives.

Tel qu’imaginé, le projet “Creative District” wallon opérera selon 4 axes:

  • apprentissage et formation: avec, notamment, le lancement d’un nouveau programme de master destiné à stimuler les attitudes créatives et à décloisonner les disciplines; et la formation, évidemment nécessaire, de… formateurs en créativité
  • support à l’entrepreneuriat: le programme BoostUp/Industries créatives s’ouvrira à l’international; les espaces de co-working seront utilisés comme ”outils de rapprochement entre les ICC et les industries traditionnelles”; il s’agira aussi de favoriser le développement de compétences de consultance en innovation créative; et la Région envisage de créer des “chèques créativité” à l’usage des PME en vue de favoriser le recours par les acteurs de secteurs traditionnels à des services prestés par les industries créatives
  • support financier: des outils de financement spécialement dédiés aux spécificités des ICC seront créés et des actions tendront à rapprocher acteurs des ICC et investisseurs
  • activités de réseautage: les clusters et les pôles de compétitivité devront accentuer l’apport des ICC en leur sein, favoriser une fertilisation croisée entre acteurs ICC et membres de leurs réseaux; à cela s’ajoutera la promotion et la valorisation du secteur du transmédia.

Le rôle des clusters

En raison de leur “carte de visite” – l’ICT pour l’Infopole Cluster TIC, les technologies de l’image et du son pour TWIST – et leur caractère trans-sectoriel (lICT et le numérique étant utiles à tous les métiers et industries), les deux clusters sont considérés comme des instruments importants pour

Cette partie de contenu est réservée aux utilisateurs abonnés à / aux abonnement(s) suivant(s) :
  • Premium
  • Archives

Veuillez vous abonner ou vous inscrire pour la lire

Partager

Laisser un commentaire